🔒
❌
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 3 avril 2020LinuxFr

Sortie en mars 2020, de l’Emmabuntüs DE3 sous Debian 10.3 qui préfigure notre version sous Debian 11

Le Collectif Emmabuntüs est heureux d’annoncer la sortie pour le 16 mars 2020, de la nouvelle Emmabuntüs Debian Édition 3 1.01 (32 et 64 bits) basée sur la Debian 10.3 Buster et Xfce, qui préfigure la première version Alpha de l’Emmabuntüs DE4 sous Debian 11 Bullseye.

Capture d’écran de l’EmmaDE4 Alpha 1 en cours de préparationCapture d’écran de l’EmmaDE4 Alpha 1 en cours de préparation

Cette distribution a été conçue pour faciliter le reconditionnement des ordinateurs donnés aux associations humanitaires, notamment, à l’origine, aux communautés Emmaüs (d’où son nom). L’objectif est de favoriser la découverte de GNU/Linux par les débutants, de prolonger la durée de vie du matériel pour finalement limiter le gaspillage lié à la surconsommation de matières premières.

Les objectifs de cette nouvelle version

Comme évoqué dans les annonces précédentes sur LinuxFr.org en juillet 2019, et septembre 2019, cette nouvelle version de notre distribution reprend les bases de l’Emmabuntüs DE2 sous Debian 10 Buster, et après avoir réalisé dans les versions Alpha, RC et finale, une diminution notable de la taille de l’image ISO, la rationalisation des logiciels présents, les améliorations de la gestion d’un thème sombre/clair, la prise en charge de l’installation en mode UEFI secure boot, ainsi que l’installation simplifiée via Calamares en mode autonome (live). Cette version de mise à jour apporte des améliorations en termes d’ergonomie, de temps de démarrage en mode autonome, de correction des déchirures d’image (tearing), et l’ajout des logiciels OpenBoard et Minetest.

Capture d’écran de Minetest sous l’EmmaDE3 1.01Capture d’écran de Minetest sous l’EmmaDE3 1.01

Cette nouvelle version va servir de base à notre future Emmabuntüs DE4 basée sur Debian 11 Alpha 2, et nous allons mettre à profit cette période de confinement pour essayer de sortir la première version alpha de notre Emmabuntüs DE4 dans un ou deux mois. Les phases de tests de cette version ont débuté cette semaine.

Si certains ou certaines d’entre vous désirent participer aux tests de la future version d’Emmabuntüs basée sur Debian 11, n’hésitez pas à nous contacter.

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

À partir d’avant-hierLinuxFr

LDAP Tool Box : création du projet Service Desk

Par : KPTN · Davy Defaud

Le projet LDAP Tool Box regroupe de nombreux outils pour l’installation, l’administration et l’utilisation des annuaires LDAP, et en particulier OpenLDAP.

Après Self Service Password, interface de changement de mot de passe, White Pages, permettant de rechercher et afficher les utilisateurs et groupes, voici le dernier né de la famille : Service Desk.

Capture d’écran de Service Desk

Service Desk est une interface Web pour vérifier, débloquer et modifier les mots de passe des comptes d’un annuaire LDAP. Il est publié sous licence GPL v3.

Histoire du projet

Travaillant chez Worteks, je participe au développement et au support de W’Sweet, une solution collaborative basée sur des logiciels libres comme BlueMind, Nextcloud, Rocket.Chat, Jitsi Meet, LemonLDAP::NG et OpenLDAP.

La solution est hébergée en SaaS, et repose donc sur un annuaire LDAP pour la gestion des comptes et des groupes. Nous avons dès le départ mis en place un mécanisme de réinitialisation d’un mot de passe perdu, mais celui‑ci reposant sur un courriel, cela nécessite que l’utilisateur fournisse une adresse de courriel de secours (l’adresse principale n’étant accessible qu’avec le mot de passe perdu…). Le résultat est que, dans la plupart des cas, l’utilisateur doit se tourner vers le support, qui doit faire le changement sur l’annuaire.

Les choses n’étant jamais simples, un utilisateur peut croire qu’il a perdu son mot de passe car il n’arrive plus à s’authentifier. Cependant, avec la politique des mots de passe OpenLDAP, un refus d’authentification peut aussi signifier que le compte est bloqué (suite à des attaques, ou une application mal configurée), ou que le mot de passe a expiré. Il est donc nécessaire de prendre la bonne décision et d’avoir les outils adéquats pour répondre à l’utilisateur et lui permettre de se connecter de nouveau. D’autre part, l’outil doit être assez efficace pour être délégué à un support de niveau 1, et éviter d’avoir à déranger les administrateurs de la plate‑forme pour des demandes simples.

De ce constat est né le logiciel Service Desk, ses fonctionnalités sont décrites dans le prochain chapitre.

Fonctionnalités

L’interface assez similaire à celle du produit White Pages. Un champ de recherche permet de retrouver le compte d’un utilisateur dans l’annuaire.

Sur sa fiche sont présentés ses principaux attributs (permettant principalement de le contacter) ainsi que le statut du compte. Ce statut repose sur les attributs opérationnels de son entrée LDAP, comme la date de modification, la dernière authentification, le dernier changement de mot de passe, les authentifications ratées, la date de blocage, etc. L’analyse de ces informations permet souvent de comprendre rapidement la situation de l’utilisateur.

Un formulaire permet de tester le mot de passe actuel. Ainsi, si l’utilisateur assure que son mot de passe ne fonctionne pas, il est possible de vérifier l’authentification directement sur l’annuaire et, si elle fonctionne, se tourner vers le paramétrage de l’application de l’utilisateur.

Un autre formulaire permet de changer le mot de passe, avec la possibilité d’en forcer le changement à la prochaine connexion de l’utilisateur.

Si le compte est bloqué, une alerte est affichée. Si le blocage est temporaire, la date à laquelle le compte redeviendra actif est présentée. Dans tous les cas, un bouton permet de débloquer immédiatement l’utilisateur.

Enfin, une alerte est également affichée si le mot de passe est expiré.

Conclusion

Le logiciel vient juste de sortir, avec un spectre fonctionnel limité mais suffisant pour faciliter la vie d’un certain nombre de personnes. La politique des mots de passe n’étant pas standardisée, Service Desk ne fonctionne pour le moment qu’avec OpenLDAP (et les annuaires suivant la même implémentation). N’hésitez pas à le tester et à proposer des évolutions !

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Revue de presse de l’April pour la semaine 13 de l’année 2020

Par : echarp · Davy Defaud

Cette revue de presse sur Internet fait partie du travail de veille mené par l’April dans le cadre de son action de défense et de promotion du logiciel libre. Les positions exposées dans les articles sont celles de leurs auteurs et ne rejoignent pas forcément celles de l’April.

[Wired] Open Source Fonts Are Love Letters to the Design Community

Le samedi 28 mars 2020.

« Typefaces that can be freely used and modified give others a chance to hone their craft — and share valuable feedback. »

[Science & Vie] Observez la diffusion du coronavirus sur la planète dans ces animations

✍ Marie Atteia, le jeudi 26 mars 2020.

« Un site open‑source illustre l’ensemble des séquences génétiques du coronavirus obtenues par les chercheurs. Une manière de visualiser la pandémie et de comprendre son évolution… »

Et aussi :

[Industrie & Technologies] La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable

✍ Kevin Poireault, le mercredi 25 mars 2020.

« Face à la pénurie de respirateurs artificiels qui guette les hôpitaux français, le Fonds de dotation de la Fédération hospitalière de France pour la recherche et l’innovation élabore un modèle open source à partir de systèmes de traitement de l’air utilisé dans les salles blanches. Selon Enguerrand Habran, son directeur de l’innovation, un prototype devrait voir le jour cette semaine et Airbus est intéressé pour commencer rapidement l’industrialisation. »

Et aussi :

[Silicon] Open Source : la liste de GitHub pour suivre l’évolution du Covid‑19

✍ Ariane Beky, le mercredi 25 mars 2020.

« D’une carte de la JHU au calcul distribué de Folding@home, GitHub recense des projets open source de suivi du coronavirus Covid‑19. »

Et aussi :

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Ansible Contributor Summit (mars 2020)

Le huitième Ansible Contributor Summit, évènement organisé par Red Hat et dédié aux échanges entre la core team Ansible et la communauté, s’est déroulé ce dimanche 29 mars 2020. Intégré initialement à la conférence foss‑north hébergée à Göteborg, l’évènement a eu lieu à l’aide de vidéoconférences et d’IRC.

Lorsque la situation sanitaire le permettra, un évènement sera à nouveau organisé en Europe pour que la communauté s’y rencontre, étant donné que les précédents Contributor Summits ont pris place aux États‑Unis.

Cette dépêche résume une partie des discussions ayant eu lieu lors de cet évènement.

    Sommaire

    L’évènement a débuté à 13 h UTC + 2 et s’est terminé vers 19 h UTC + 2. Sur la cinquantaine d’inscrits, un peu plus de trente participants étaient présents, notamment une quinzaine d’employés Red Hat et une quinzaine de membres de la core team, l’intersection de ces deux ensembles étant composée d’une dizaine de personnes.

    Les journaux IRC ainsi que les notes sont disponibles. Contrairement à cette dépêche, ces deux liens référencent l’ensemble des sujets discutés.

    Cet Ansible Contributor Summit est suivi de deux jours de hackaton.

    Les collections

    Les collections Ansible, ainsi que leur impact sur l’ensemble du projet, ont occupé une partie importante des échanges.

    Jusqu’à la version 2.9 incluse, le dépôt Git d’Ansible contient l’ensemble des modules et greffons. À partir de la version 2.10, la grande majorité des modules et greffons sont déplacés dans d’autres dépôts Git. Cette version expurgée est appelée ansible-base. Une soixantaine de modules — par exemple, ceux liés à l’exécution de commandes ou à l’installation de paquets — et greffons ne sont pas déplacés. Au niveau du projet Ansible, la migration aux collections n’est pas complètement terminée.

    Disponibles à partir de la version 2.10 qui n’a pas encore été publiée, les collections sont des ensembles de ressources Ansible : modules, greffons et rôles.

    Les collections ont notamment pour objectifs de :

    • faciliter la publication et la réutilisation de modules (plus simplement qu’en copiant ces modules dans un rôle) ;
    • permettre la publication de versions des modules et greffons plus fréquemment et indépendamment des publications d’Ansible ;
    • résoudre le problème d’espace de noms qui ne permettait pas d’utiliser deux modules différents avec un nom identique ; chaque ressource possède un identifiant en trois parties : nom d’organisation Ansible Galaxy, nom de la collection et nom de la ressource ;
    • faciliter la maintenance en répartissant les pull-requests entre différents projets.

    Trois collections supportées par la core team ont été publiées : netcommon, posix et windows. Il n’est pas prévu de créer des collections mélangeant des ressources supportées par la core team et des ressources maintenues par la communauté.

    Le code source des collections peut être hébergé sous l’organisation GitHub ansible-collections ou sur d’autres forges logicielles. La publication des collections sur Ansible Galaxy est requise.

    Alicia Cozine a présenté une version en cours de développement du site Web de la documentation. La question des journaux des changements des collections n’est pas encore résolue.

    L’introduction des collections ne devrait rien changer pour les utilisateurs installant Ansible via pip : ansible-base et les collections contenant les modules et greffons présents dans la version 2.9 seront contenus dans le paquet Python Ansible publié sur PyPi généré à l’aide du projet ACD.

    Ansible Community Distribution (ACD)

    Le contenu de la distribution communautaire Ansible ainsi que son processus de publication ne sont pas finalisés, les outils liés à la construction du paquet sont en train d’être développés par Toshio Kuratomi. Il est possible de tester ces développements à l’aide de la commande suivante :

    python3.8 -m pip install --user --upgrade -i https://toshio.fedorapeople.org/ansible/acd/ ansible
    

    AWX

    Matt Davis a présenté l’impact des collections sur AWX, une interface Web à Ansible. Actuellement, AWX prend en charge les environnements virtuels personnalisés ainsi que les collections à l’aide d’un fichier collections/requirements.yml.

    À terme, la notion d’environnement d’exécution sera ajoutée au projet AWX. Ces environnements d’exécution :

    • remplaceront les environnements virtuels personnalisés ;
    • seront basés sur des conteneurs ;
    • contiendront Ansible, ansible-runner et les collections.

    Dans un second temps, l’interface Web sera modifiée afin de permettre la gestion des environnements d’exécution.

    Documentations relatives aux collections

    molecule 3

    Sorin Sbarnea a présenté les nouveautés de la dernière version de molecule, un outil permettant de tester les playbooks et rôles Ansible.

    Un pilote molecule gère la création et la destruction des ressources utilisées par les tests (par exemple : conteneurs ou machines virtuelles). La majorité des pilotes ont été déplacés du dépôt Git de molecule vers des dépôts dédiés, par exemple le pilote OpenStack. Il ne reste que trois pilotes dans le dépôt molecule : delegated, docker et podman. Le pilote par défaut reste docker. L’objectif de cette réorganisation est de faciliter la maintenance et le développement des évolutions du cœur du projet. Un pilote molecule est un simple paquet Python avec un point d’entrée spécifique.

    Par défaut, Ansible remplace testinfra au niveau de l’étape des tests (verifier). testinfra est toutefois recommandé pour les cas d’usage avancé. goss est toujours disponible.

    La commande molecule matrix <sequence> permet de lister l’ensemble des étapes d’une séquence donnée.

    Il est possible de spécifier des valeurs par défaut au fichier molecule.yml en utilisant le fichier $HOME/.config ou $REPO/.config.

    À noter que le projet pytest-molecule permet d’exécuter plusieurs scénarios molecule en parallèle.

    ansible-lint

    ansible-lint est utilisé pour évaluer la qualité des rôles publiés sur https://galaxy.ansible.com. Le projet est entièrement communautaire et maintenu par Sorin Sbarnea sur son temps libre.

    Depuis la version 4.2, tous les fichiers YAML sont analysés, alors qu’il était auparavant nécessaire d’utiliser une commande du type ansible-lint $(find . -type f -name ".yml" -o -name ".yaml").

    Communauté et statistiques

    Gregory Sutcliffe a présenté différentes statistiques, notamment celles relatives aux contributions relatives aux collections.

    Canaux IRC

    Le projet Ansible utilise notamment les canaux IRC suivants (en anglais, sauf le 3ᵉ) sur le réseau Freenode :

    • #ansible, pour les questions liées à l’utilisation d’Ansible ;
    • #ansible-devel, dédié aux échanges relatifs au développement du projet ;
    • #ansible-fr, canal en français avec un ratio participants/membres de la core team intéressant ;
    • #ansible-molecule, spécifique au projet molecule ;
    • #ansible-awx, consacré au projet AWX ;
    • #ansible-community, dédié aux discussions liées à la communauté.

    D’autres canaux IRC existent et sont listés dans la partie Groups de la page Community.

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Agilité et logiciel libre — émission « Libre à vous ! » du 24 mars 2020 — Podcasts et références

    Cinquante‐neuvième émission « Libre à vous ! » de l’April. Podcast et programme :

    • sujet principal : agile et logiciel libre, une rencontre sur les valeurs et principes ;
    • chronique d’Emmanuel Revah sur Mozilla ;
    • présentation du jeu du Gnou par Isabella Vanni et Mohican.

    Suite au confinement de la population, l’émission a été diffusée dans des conditions particulières. Toutes les personnes ont participé à l’émission depuis chez elles. D’un point de vue technique, nous avons utilisé le module de discussion de Nextcloud. Les prochaines émissions seront diffusées dans les mêmes conditions, mais peut‑être avec d’autres outils.

    Rendez‑vous en direct chaque mardi de 15 h 30 à 17 h sur 93,1 MHz en Île‑de‑France. L’émission est diffusée simultanément sur le site Web de la radio Cause Commune.

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Agenda du Libre pour la semaine 14 de l’année 2020

    N. D. M. : vu le contexte de pandémie de Covid‑19 et les restrictions locales ou nationales (Belgique, France, Québec et Suisse) sur les rassemblements, beaucoup d’événements sont annulés (dès que les organisateurs ont pensé à mettre à jour l’Agenda du Libre ou non). Nous avons donc retiré tous les événements en présentiel. « Restez chez vous ! » (et profitez‑en pour contribuer à des logiciels libres).

    Calendrier Web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces deux événements (en France) est en seconde partie de dépêche.

    Bannière Libre en Fête 2020

    [FR Paris] Émission « Libre à vous ! » — Le mardi 31 mars 2020 de 15 h 30 à 17 h.

    L’émission « Libre à vous ! » de l’April est diffusée chaque mardi de 15 h 30 à 17 h sur radio Cause Commune sur la bande FM en région parisienne (93,1 MHz) et sur le site Web de la radio.

    Le podcast de l’émission, les podcasts par sujets traités et les références citées sont disponibles dès que possible sur le site consacré à l’émission, quelques jours après l’émission en général.

    Les ambitions de l’émission « Libre à vous ! »

    La radio Cause Commune a commencé à émettre fin 2017 sur la bande FM en région parisienne (93,1 MHz) et sur Internet.

    Depuis mai 2018, l’April anime une émission d’explications et d’échanges sur la radio Cause Commune sur les thèmes des libertés informatiques.

    « Libre à vous ! » se veut avant tout une émission d’explications et d’échanges sur les dossiers politiques et juridiques que traite l’April, et sur les actions qu’elle mène. Pour les libertés informatiques en général, et pour le logiciel libre en particulier.

    « Libre à vous ! » c’est aussi un point sur les actualités du Libre, des personnes invitées aux profils variés, de la musique sous licence libre, des actions de sensibilisation. Donner à chacun et chacune, de manière simple et accessible, les clefs pour comprendre les enjeux mais aussi proposer des moyens d’action, tel est l’objectif de cette émission hebdomadaire, qui est diffusée en direct chaque mardi du mois de 15 h 30 à 17 h.

    L’émission dispose d’un flux RSS compatible avec la baladodiffusion ainsi qu’un salon dédié sur le webchat de la radio (salon #libreavous).

    [FR Vaulx‑en‑Velin] Chamilo Camp Francophone 2020 — Du samedi 4 avril 2020 à 8 h au dimanche 5 avril 2020 à 9 h.

    La nouvelle édition Chamilo Camp 2020 de France se fait exceptionnellement entièrement en ligne.

    Date : 4 et 5 avril 2020.

    • Introduction au Chamilo Camp
    • Témoignage
    • Présentation du plug‑in H5P
    • Témoignage
    • Atelier pratique Chamilo dernière version
    • Étude de cas les compétences
    • Fin de l’événement

    https://chamilo-lms.com/chamilo-camp-francophone-2020

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    GNOME 3.36 à la cool

    Sorti le 11 mars 2020, GNOME 3.36 est baptisé « Gresik », pour rendre hommage à l’équipe qui a organisé dans la ville indonésienne la récente conférence annuelle de GNOME en Asie (GNOME.Asia).

    Comme tous les six mois, cette nouvelle version arrive avec son lot de nouveautés, qui bénéficient aussi du catalyseur d’autres rendez‑vous, comme le GTK Hackfest et le FOSDEM qui se succèdent traditionnellement à Bruxelles entre fin janvier et début février. En surface les choses ont l’air calme, mais en coulisses un important travail est mené pour essayer de rendre acceptables les performances du monolithique Shell sous Wayland (et ce n’est pas simple visiblement), compléter Flatpak et mettre au point le socle des futures versions (GTK 4).

    Système

    Optimisations (de performances et esthétiques) du Shell

    Le travail d’optimisation continue à travers tout un tas d’initiatives que vous pouvez découvrir sur le tout nouveau blogue consacré au développement de Mutter et GNOME Shell, développement qu’a rejoint Georges Stavracas d’Endless !
    Sur ce blogue, après être revenu sur les nouveautés de la 3.34, deux récents billets passent en revue quelques nouveautés de cette 3.36, dont la nouvelle interface de connexion.

    Daniel van Vugt de Canonical a poursuivi son travail d’optimisation sur le Shell.

    En revanche, ce gros morceau, touchant à l’exécution du JavaScript dans le Shell, avec Philip Chimento (Endless) à l’œuvre depuis un an et demi, semble résister : il faudra encore patienter pour en voir les fruits.

    Sysprof se dote d’un moniteur d’allocation mémoire grâce à Christian Hergert de Red Hat.

    Des modifications ont été faites aux Paramètres pour tenir compte des tests d’utilisabilité récemment menés.

    Un gestionnaire d’extensions

    La gestion des extensions sort de la Logithèque et devient une application spécialisée. Est‑ce un choix judicieux ? Chacun jugera.

    Fichez‑moi la paix !

    Un bouton « Ne pas déranger » (moins agressif que notre intitulé) a été ajouté à la fenêtre de notifications pour ne pas être déconcentré par ces dernières.

    Meilleure compatibilité des jeux sous Wayland

    …due au travail réalisé sur XWayland par de Hans de Goede, compte tenu du fait que beaucoup de jeux utilisent encore X11.
    De son côté, Olivier Fourdan a œuvré également sur XWayland, pour régler les problèmes de répétition de trames (stuttering) et de cisaillement (tearing).

    Meilleure prise en charge des multiples processeurs graphiques

    incluant les cartes NVIDIA avec pilote propriétaire.

    Un début de contrôle parental

    …qui permet seulement pour l’instant d’autoriser ou interdire l’accès à des applications et à des logiciels.

    Applications

    Jeux

    Gain de performances, prise en charge des nouvelles jaquettes Steam, possibilité de redémarrer un jeu « rétro » (géré par libretro) sans quitter une partie, travail préliminaire pour la gestion des cœurs libretro OpenGL (grâce auquel les jeux Nintendo 64 et Dreamcast pourraient être pris en charge dans la version 3.38)… Alexander Mikhaylenko vous raconte tout ça !

    Read‑it‑later

    Read‑it‑later est un client à l’application de lecture différée, Wallabag (une alternative libre à Pocket) écrit en Rust par Bilel Moussaoui.

    Comme beaucoup d’autres applications GNOME, il est disponible sur Flathub.

    Et les autres…

    Machines, Web, Musique et d’autres ont leur lot de nouveautés également !

    Autour de GNOME

    GIMP 2.10.14 et 2.10.18

    Dans l’intervalle, la version 2.10.14 du célèbre logiciel de retouche d’images GIMP a été publiée, suivie par la 2.10.18 (la faute à un méchant bogue dans la 2.10.16).

    Vidéos de la Conférence GStreamer 2019

    Celles‑ci sont en ligne.
    Les fans de Pitivi, et plus généralement les curieux (hobbyistes ou professionnels) de montage vidéo sous GNU/Linux, pourront visionner celle‑ci (qui inclut une démonstration en direct).

    GTK Hackfest 2020

    Avec notamment un bilan de l’état d’ATK (the Accessibility Tool Kit) (divulgâchis : le machin date et l’écart se creuse entre cette techno et les autres en vigueur, rendant leur articulation difficile) et la conclusion qu’il faut abandonner le soldat ATK et réimplémenter ce dont l’utilisateur a besoin dans GTK (comme c’est le cas dans Qt). À noter que cela ne semble pas être un bloquant pour GTK 4.

    En route pour GTK 4

    GTK 3.98 est sorti en février, soit neuf mois après la 3.96. Avec, à la clé : des optimisations du GL renderer, du défilement pour GtkTextView et du rendu CSS, permises notamment par Sysprof, mais aussi la refonte de l’API de transfert de données (utilisée pour le glisser‑déplacer, par exemple. L’actuelle, modelée sur X11, est jugée obsolète), le toilettage de GDK dorénavant architecturé au plus près de Wayland, des ajouts et retraits de GTK.

    PipeWire 0.3

    PipeWire 0.3 a été publié en février. Georges Stavracas a déjà rebondi dessus pour proposer dans cette version de GNOME, sous Wayland, de la diffusion d’affichage d’écran accélérée matériellement.

    Bon, plus qu’à attendre que ça arrive dans nos distribs !

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Atelier game design et création de jeu avec Godot anti‑confinement

    Pour occuper nos jeunes confinés et leur permettre d’apprendre en s’amusant, Activdesign met à disposition gratuitement son équipe de tuteurs en jeux vidéo dans le cadre d’ateliers ouverts gratuitement aux collégiens et lycéens.

    Le principe est le suivant : apprendre à faire un jeu en utilisant des cadriciels Godot prêts à l’emploi.

    Ange, développeur d’un cadriciel simplifiant la création de plates‑formes 2D, et Cédric, membre de l’équipe d’Escoria in daiza ayant écrit la documentation sur le cadriciel Escoria, se mettront à disposition des jeunes qui voudront tenter l’expérience d’utiliser ces outils. Leur disponibilité est assurée chaque jour du 30 mars au 3 avril 2020 de 15 h 30 à 17 h.

    Comment faire pour participer ?

    • faire connaître son intention de participer en s’inscrivant sur https://activdesign.eu/gamedesign en notant le code « COVID20 » ;
    • avoir un ordinateur à disposition avec une connexion Internet le temps des ateliers ;
    • avoir les logiciels installés, c’est‑à‑dire au moins Godot (3.2 standard, si possible).

    Pour l’inscription, une adresse de courriel est demandée pour pouvoir informer d’éventuels changements. Cette adresse peut être créée pour l’occasion, mais il est préférable qu’elle reste active toute la durée de l’atelier, par précaution.

    Comment cela se passera ?

    Pour faciliter les échanges, le suivi se fera sur une plate‑forme en ligne spécifique disposant d’outils intégrés :

    • une messagerie asynchrone ;
    • une messagerie instantanée Riot (inscrivez‑vous au préalable avec l’appli mobile) ou utilisez un client IRC sans inscription compatible, par exemple https://webchat.freenode.net/, mais qui ne permettra pas de faire de téléversement d’images ; le nom du salon sera notifié le moment venu ;
    • un client Jitsi, mais selon le nombre de personnes, la visioconférence pourrait s’avérer impraticable ;
    • un client FTP (par exemple FileZilla) pour s’envoyer des fichiers (Git n’est pas retenu pour des raisons de simplicité d’accès et d’uniformité de pratique) ; les identifiants seront aussi notifiés le moment venu ;
    • et quelques informations qui pourront être mises à jour au fur et à mesure des séances.

    Les identifiants fournis permettront d’accéder à la plate‑forme pour la durée de l’atelier.

    Nous espérons que cette initiative permettra de mieux faire découvrir les logiciels de qualité d’autant plus merveilleux qu’ils sont libres, et contribuer à l’émergence de nouveaux contenus qui en découle.

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Revue de presse de l’April pour la semaine 12 de l’année 2020

    Par : echarp · Davy Defaud · Ysabeau

    Cette revue de presse sur Internet fait partie du travail de veille mené par l’April dans le cadre de son action de défense et de promotion du logiciel libre. Les positions exposées dans les articles sont celles de leurs auteurs et ne rejoignent pas forcément celles de l’April.

    [Le Monde Informatique] Télétravail : pourquoi ne pas s’inspirer de l’Open Source

    ✍ Matt Asay, le jeudi 19 mars 2020.

    « Si des équipes distribuées pouvaient construire quelque chose d’aussi génial que Linux, alors il est peut‑être temps de vraiment encourager le télétravail. »

    Et aussi :

    [ZDNet France] Comment l’open source fait face à la crise du COVID‑19

    ✍ Steven J. Vaughan‑Nichols, le mercredi 18 mars 2020.

    « De nombreux projets open source relèvent le défi du COVID‑19 et proposent des initiatives pour soutenir la lutte contre le nouveau virus. »

    Et aussi :

    [Le Monde Informatique] Les failles des logiciels open source bondissent en 2019

    ✍ Jacques Cheminat, le mardi 17 mars 2020.

    « Selon une étude, les vulnérabilités dans les projets open source ont bondi de près de 50 % en 2019. Mauvaise nouvelle ? Au contraire, la sécurité de ces initiatives est de plus en plus prise en compte. »

    Et aussi :

    [korii.] Wikipédia gagne la guerre contre la désinformation sur le Covid‑19

    ✍ Antoine Hasday, le mardi 17 mars 2020.

    « Des spécialistes de la santé veillent au grain. Les GAFAM pourraient prendre exemple. »

    [Heidi.news] Les biohackers se mobilisent contre le coronavirus

    ✍ Fabrice Delaye, le lundi 16 mars 2020.

    « En 13 jours, l’OpenCovid19 Initiative, lancée par des militants de l’open science est parvenue à fédérer plus de mille partenaires tels que des biohackers (des biologistes travaillant en dehors des institutions) mais aussi des académiques, des start‑ups et des laboratoires communautaires autour d’un projet de science citoyenne contre l’épidémie. Porté par la plate‑forme en ligne Just One Giant Lab (JOGL), le projet vise à développer des protocoles de diagnostic de Covid‑19 en open source afin que les pays pauvres et les petits laboratoires puissent y avoir accès. Il s’accompagne d’un projet de science participative (ouvert à tous) destiné à suivre la propagation du virus dans l’environnement. »

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    L’association Debian France renouvelle ses instances

    L’assemblée générale annuelle de l’association Debian France vient de se terminer. Pas de confinement ici, puisque tout se passe en ligne et peut donc continuer envers et contre tout. Pour rappel, Debian France est une association qui se propose de représenter Debian en France, voire en Europe, puisqu’elle est la seule organisation de confiance (Trust Organization) active du projet Debian sur ce continent. Ce statut lui permet ainsi de recueillir des dons pour le projet Debian et de gérer le budget du projet qui lui incombe, en parallèle du sien.

    L’assemblée générale a renouvelé le tiers de son conseil d’administration, actant ainsi l’entrée de Cyril Brulebois, un développeur Debian de longue date, au sein de son organe directeur. Le conseil d’administration a reconduit le bureau de 2019, mais a élu un nouveau président : Jean‑Philippe Mengual.

    L’année 2019 avait marqué un véritable redécollage de Debian France : présence marquée aux FOSDEM, au Capitole du Libre, à Paris, à Lyon, organisation d’une « MiniDebConf » à Marseille, d’un meet‑up à Bordeaux. Elle espère faire pareil en 2020, mais avec une claire volonté de mieux associer la communauté francophone des développeurs et des utilisateurs de Debian. Tout ce que fait l’association doit avoir un « label » Debian clair, être partagé ici, et avec le projet dans son ensemble quand un budget est nécessaire ou pour les événements d’ampleur internationale (MiniDebConf). Dès février, Debian France a, via Debian, soutenu la tenue d’un sprint de l’équipe Ruby par exemple.

    Donc, l’association espère mieux communiquer avec toute la communauté et s’articuler avec toutes ses composantes, comme Debian-facile.

    L’enjeu, outre une promotion plus marquée de Debian (Ubuntu étant moins présent), c’est aussi d’inspirer des gens qui, en entendant parler des actions, peuvent vouloir y contribuer. Ils sont les bienvenus ! Tenir les stands, participer aux choix de goodies, adhérer à l’association, candidater au conseil d’administration pour 2021, autant de choses qui aideront à faire vivre l’association et promouvoir le projet Debian. L’association est « trusted organization », donc gère une partie du budget de Debian, elle doit par conséquent être composée, au conseil d’administration et au bureau, de développeurs Debian (pas exclusivement, mais bon). Autant dire qu’avec moins de cent développeurs vivant en France, toute bonne volonté est bienvenue ! Et toute candidature pour devenir développeur Debian est une bonne idée si vous vous en sentez capable et en avez envie.

    Haut les cœurs donc, et merci à tous ceux qui suivent l’association et le projet ! L’association remercie tous ses membres qui ont participé à l’assemblée générale, ainsi que son bureau qui a géré cette année avec enthousiasme et dynamisme. Elle espère que cette année sera riche en synergies et partage, dans l’esprit du logiciel libre.

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    ClicPDF — pour aider les gens à télétravailler…

    Allez, moi aussi j’y vais de mon bidule pour cette période de confinement… Étant proche d’une personne qui demande à ses collaborateurs, clients et autres personnes qui l’entourent de lui envoyer des documents divers et variés, je me suis rendu compte comme ça pouvait être compliqué (formats de fichiers, courriels en vrac, etc.). Alors, je me suis lancé dans un petit délire perso :

    • un téléphone mobile ;
    • une photo du document ;
    • téléversement sur un serveur relai temporaire (rétention entre 4 h et 4 h 59) ;
    • une mise à disposition Web.

    Pas d’authentification, pas de vérifications, un peu de PirateBox dans l’idée, du Lufi aussi un peu, mon objectif perso était de voir comment coder une appli minimaliste en NativeScript, et ensuite voir si ça intéresserait cinq personnes ou cinquante…

    L’application mobile est en cours de validation sur les Google bidule et Apple truc, j’aimerais un coup de pouce pour la proposer sur F‑Droid, le code source est disponible (release early, je n’ai même pas encore pris le temps de coller tous les en‑têtes GNU GPL, c’est pas bien)… Si vous avez un Android débridé — « rooté » —, vous pouvez installer l’APK, mais c’est mieux si vous recompilez les sources.

    Un bon gros coup de pouce pour le code serveur ne serait pas de refus, vu que j’ai fait ça à la triple‑rache (méthode connue).

    Pourquoi une rétention entre 4 h et 4 h 59 ? Tout simplement que le cron de nettoyage est lancé par cron.hourly. :-)

    La doc est en cours d’écriture (comme tout le reste)… J’essaye de vous faire le topo pour les développeurs en premier, histoire que si ça éveille des vocations ça puisse rapidement vous aider à démarrer !

    Happy hacking’!

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Achat de matériel — émission « Libre à vous ! » du 17 mars 2020 — podcasts et références

    Cinquante‑huitième émission « Libre à vous ! » de l’April. Podcast et programme :

    • sujet principal : l’achat de matériel et logiciels libres : ordinateurs de bureau, ordinateurs portables, téléphones mobiles ;
    • MuseScore, un logiciel libre d’édition de partitions musicales ;
    • chronique sur le télétravail.

    Suite au confinement de la population, l’émission a été diffusée dans des conditions particulières. Toutes les personnes ont participé à l’émission depuis chez elles. D’un point de vue technique, nous avons utilisé le module de discussion de Nextcloud. Les prochaines émissions seront diffusées dans les mêmes conditions.

    Mardi 24 mars 2020, notre sujet principal portera sur l’agilité et le logiciel libre. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les mettre en commentaires de cette dépêche.

    Rendez‑vous en direct chaque mardi de 15 h 30 à 17 h sur 93,1 MHz en Île‑de‑France. L’émission est diffusée simultanément sur le site Web de la radio Cause Commune.

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Association LinuxFr et site LinuxFr.org en 2018‑2019

    Le 18 février 2020 a eu lieu l’assemblée générale de l’association LinuxFr (couvrant statutairement la période du 1ᵉʳ octobre 2018 au 30 septembre 2019). C’était aussi l’occasion de discuter des activités ne relevant pas directement de l’association, mais de la vie du site LinuxFr.org : c’est‑à‑dire y compris de bénévoles ou contributeurs non membres de l’association, sur une période comprise entre l’assemblée précédente et le jour de l’assemblée.

    Les membres de l’association étaient statutairement convoqués, et les membres de l’équipe de modération, d’animation de l’espace de rédaction et les contributeurs importants en termes de code étaient invités à y assister. Deux invités se sont joint à nous.

    Le compte‑rendu complet est fourni en lien. Voici un résumé des thèmes abordés :

    • dans la partie bilan moral de l’association LinuxFr pour la période du 1ᵉʳ octobre 2018 au 30 septembre 2019 : assemblée générale, prix mensuels, relations avec les autres associations, communication interne et externe, risques juridiques, remerciements ;
    • dans la partie activités autour du site LinuxFr.org entre le 1ᵉʳ octobre 2018 au 18 février 2020 : administration système, développement, administration du site, modération du site, contenus réguliers ou particulièrement notables, rencontres physiques, statistiques du site en 2018 et 2019, évolutions de l’équipe, visibilité externe (positive ou non), informations régulières des membres, potentiels risques juridiques pour l’association, nouveaux membres.

    Les personnes les plus attentives auront remarqué que la partie formelle utilise les noms civils des gens, alors que la partie informelle utilise les noms d’affichage sur le site, donc parfois les pseudos.

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    QDRep, une solution libre pour l’échange de fichiers

    Suite à l’annonce subite du ministre français de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Jean‑Michel Blanquer, annonçant la fermeture des écoles, bon nombre d’enseignants, dont je fais partie, se sont retrouvés quelque peu démunis face à l’urgence. Certes, l’Éducation nationale a mis en place et utilise des solutions numériques pour l’enseignement à distance depuis longtemps. Cependant, devant l’afflux massif, certains serveurs ou certaines applications montrent leurs limites. Personne n’avait testé à grande échelle, maintenant c’est fait.

    Le mot d’ordre est « faites pour le mieux » pour répondre au plus pressé, sans laisser personne sur le bord du chemin, et c’est que nous faisons.

    QDrep se veut une solution alternative, légère et sans prétention, à des plates‑formes comme Dropbox, le tout en moins de mille lignes de code sous licence GNU GPL v3. Le logiciel veut répondre au besoin simple et basique de partager et d’échanger des documents avec des élèves dans le respect du RGPD.

    QDrep est écrit en PHP et s’installe sur un serveur, sans avoir recours à une base de données, en dézippant tout simplement l’archive sous la racine.

    Capture d’écran de QDrep

    Il n’y a pas encore de tutoriel, il fallait répondre rapidement à un besoin. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues !


    N. D. M. : d’autres outils libres de partage de fichiers existent comme Jirafeau, ShareIt, Lufi, etc.

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Agenda du Libre pour la semaine 13 de l’année 2020

    N. D. M. : vu le contexte de pandémie de COVID‑19 et les restrictions locales ou nationales (Belgique, France, Québec et Suisse) sur les rassemblements, beaucoup d’événements sont annulés (dès que les organisateurs ont pensé à mettre à jour l’agenda du libre ou non). Nous avons donc retiré tous les événements en présentiel. « Restez chez vous ! » (et profitez‑en pour contribuer à des logiciels libres).

    Calendrier Web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces deux événements (en France) est en seconde partie de dépêche.

    bannière Libre en Fête 2020

    [FR Paris] Émission « Libre à vous ! » - Le mardi 24 mars 2020 de 15h30 à 17h00.

    L’émission Libre à vous ! de l’April est diffusée chaque mardi de 15 h 30 à 17 h sur radio « Cause Commune » sur la bande FM en région parisienne (93.1) et sur le site web de la radio.

    Le podcast de l’émission, les podcasts par sujets traités et les références citées sont disponibles dès que possible sur le site consacré à l’émission, quelques jours après l’émission en général.

    Les ambitions de l’émission Libre à vous !

    La radio « Cause commune » a commencé à émettre fin 2017 sur la bande FM en région parisienne (93.1) et sur Internet.

    Depuis mai 2018, l’April anime une émission d’explications et d’échanges sur la radio Cause Commune sur les thèmes des libertés informatiques.

    Libre à vous ! se veut avant tout une émission d’explications et d’échanges sur les dossiers politiques et juridiques que traite l’April, et sur les actions qu’elle mène.

    Pour les libertés informatiques en général, et pour le logiciel libre en particulier. « Libre à vous ! »

    C’est aussi un point sur les actualités du Libre, des personnes invitées aux profils variés, de la musique sous licence libre, des actions de sensibilisation.

    Donner à chacun et chacune, de manière simple et accessible, les clefs pour comprendre les enjeux mais aussi proposer des moyens d’action, tel est l’objectif de cette émission hebdomadaire, qui est diffusée en direct chaque mardi du mois de 15 h 30 à 17 h.

    L’émission dispose d’un flux RSS compatible avec la baladodiffusion ainsi qu'un salon dédié sur le webchat de la radio.

    [FR Nantes] Visio-Apéro Monnaie Libre - Le mardi 24 mars 2020 de 19h00 à 22h00.

    Étant donné les circonstances actuelles, nous nous adaptons. L’édition de mars de l’apéro monnaie libre aura donc lieu à distance.

    Échanges en monnaie libre, échanges sur la monnaie libre et rencontre avec les membres du réseau.

    Lien pour se connecter à la visio : https://meet.jit.si/MonnaieLibreNantes

    Fonctionne avec n’importe quel navigateur (Chromium, Chrome, Firefox, Safari). Cependant avec Brave il peut y avoir un souci de micro qui ne marche pas, donc préférez un des navigateurs cités.

    Retrouvez-nous aussi sur :

    Discord: Collectif Monnaie Libre Loire-Atlantique Vendée (https://discord.gg/MKzeT5R)
    Mattermost: Collectif Monnaie Libre Loire-Atlantique Vendée (https://mattermost.cloud-libre.eu/signup_user_complete/?id=9caoqyszjfdpie9pzkjwmc6gso)
    Facebook: Monnaie Libre Loire-Atlantique Vendée (https://www.facebook.com/pg/Monnaie-Libre-Loire-Atlantique-Vend%C3%A9e-109603517106802/posts)
    Twitter: Monnaie Libre Loire-Atlantique Vendée (https://twitter.com/MonnaieLibreLAV)

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Guix pour remplacer mon gestionnaire de paquets APT

    Deuxième article d’une série autour de Guix, après une brève introduction générale, voici un article plus programmatique sur le remplacement (ou la cohabitation) de l’outil apt par guix. Je précise qu’il s’agit de dépêches dont l’objectif est de vulgariser les notions phares de Guix et de les illustrer par des cas pratiques.

    Sommaire

    Introduction

    Guix étant un gestionnaire de paquets avant tout, il est tout naturel qu’il puisse constituer un remplaçant des autres gestionnaires de paquets existants.

    Si, comme moi (ou comme Bryan Lunduke), vous trouviez qu’il y a déjà trop de fragmentation dans le desktop et qu’il faudrait juste choisir une bonne fois pour toutes un format de paquet (par exemple les .deb) et un gestionnaire de paquets (par exemple apt) et ainsi avoir une compatibilité entre les distros, Guix (ou Nix, mais ce n’est pas le sujet de cette dépêche) pourrait être un bon candidat ! En effet, Guix a de nombreux avantages par rapport à ses concurrents :

    • il est transactionnel, ce qui signifie que si l’installation des paquets n’aboutit pas pour une raison ou pour une autre (p. ex. coupure d’alimentation), le système n’est pas impacté ;
    • il permet d’avoir plusieurs versions d’un même logiciel installées sur la même machine sans aucun conflit ;
    • il permet d’installer les paquets sans avoir les droits d’administration (oubliez sudo) ;
    • il est possible de revenir, à tout moment, à un état antérieur du système et donc être sûr de retrouver un état fonctionnel si jamais une mise à jour n’a pas fonctionné.

    Guix a d’autres avantages, mais déjà ces quatre‑là le rendent important.

    Guix pour remplacer APT

    Voici par exemple comment je remplace progressivement l’utilisation de apt (et snap par la même occasion) sur mon système Xubuntu 18.04.

    Installation

    Tout d’abord, j’ai installé Guix très facilement en suivant les instructions et l’installeur officiel.

    Avant toute chose : gestion des locales

    Comme les paquets Guix ne sont pas forcément compilés avec la même libc que les paquets de notre système d’exploitation, il faut en premier lieu installer le paquet responsable de la gestion des locales de la libc, comme c’est précisé dans la doc :

    guix install glibc-locales

    Puis rajouter cette variable d’environnement à tous vos fichiers de session (.bashrc, .xsessionrc, etc.) :

    export GUIX_LOCPATH=$HOME/.guix-profile/lib/locale

    Sans cela, vous risquez d’avoir, comme moi, quelques problèmes.

    Installation de paquets

    Après avoir installé guix (voir plus haut), installer un paquet avec Guix est une opération très simple. J’ai commencé par remplacer certains paquets de ma distribution par des versions plus à jour. Par exemple (sans avoir les droits administrateur) :

    guix install libreoffice

    Qui est un alias de :

    guix package -i libreoffice

    Attention : la première installation de paquet peut prendre du temps (et de la place !) car Guix va chercher toutes les dépendances nécessaires à toutes les dépendances du paquet vu qu’il ne va utiliser aucune dépendance installée sur le système.

    Note : Vous verrez, certains paquets (ou correctifs) sont même compilés sur votre machine, mais dans l’ensemble, beaucoup de binaires précompilés (appelé substituts) sont disponibles (voir l’attribut builds dans la description des paquets).

    Toutes les dépendances téléchargées se trouvent dans le dossier /gnu/store. Voici un petit bout de mon dossier :

    $ ls --group-directories-first /gnu/store | less
    01xnzx1q3k9z3xmhly0fa5ki8hp8l99s-libmwaw-0.3.15
    023gvzf7gqbp61jfpc0674krwv7yiyza-mariadb-10.1.38
    02iklp4swqs0ipxhg5x9b2shmj6b30h1-binutils-2.31.1
    02k245xy33cvcnr8vm3lagm9zmb1s2wa-grep-3.1
    03bgmiwcr3v5yh6psgh9dvg4qihb7qa0-xdg-desktop-database
    03hd5wljl5yirh33czpi738ckq16zyp5-xdg-mime-database
    04h27h0myyksngxx8imv416n4iwsiv8m-hunspell-1.7.0
    04vqghzmpqzxpd94h1q931xpmazp5s7g-libgc-7.6.6
    057dna3nwy84zdvfqss8vbgx1pzkdc2l-libungif-4.1.4
    05zlxc7ckwflz56i6hmlngr86pmccam2-pcre-8.42
    09x4p4ywz39xzy42kmscfi2nnhwjgybd-curl-7.64.0
    0cnnj7kvggda2p12mlmxawz3ni9w5rwa-xcb-util-0.4.0
    0fcp0xw1l1r2v42j4kdmn9ra3r7bd45v-gtk-im-modules
    0fnyf3043x767xfm6gski5h1576q8wsn-glib-schemas
    0h9x3hqqh4fx52735a7mykqm7mdkqnf4-libgc-7.6.6
    0j6sz3bk4chqc8pgfv0fsn6byarwq4df-openldap-2.4.46
    0j7xd8b63wv6hfssbacw28bj7rsbx0sk-packages
    0ja63438w88gil4lxbpsgc5chmyiqhn6-openldap-2.4.46
    0jif6gjzhxcg86q9qb7cjbcxdy8sacsn-python2-pygtk-2.24.0
    0k450nckm9yp9vlbykvrb7pqp2njm3c4-libxv-1.0.11
    0q9pq9flr76rh4bv2524niknknnl2kvq-glib-2.56.3
    0r1ihh22jhbii0n3xa4isgscbrynydfr-module-import
    0wqgmqnlpr8pzvx4skqdgczym8384fbb-shishi-1.0.2
    

    Comme vous pouvez le voir, toutes les dépendances se trouvent ici. Et dans chaque dépendance se trouve une arborescence propre.

    Par exemple :

    $ tree -d /gnu/store/01xnzx1q3k9z3xmhly0fa5ki8hp8l99s-libmwaw-0.3.15/
    /gnu/store/01xnzx1q3k9z3xmhly0fa5ki8hp8l99s-libmwaw-0.3.15/
    |-- bin
    |-- include
    |   `-- libmwaw-0.3
    |       `-- libmwaw
    |-- lib
    |   `-- pkgconfig
    `-- share
        `-- doc
            |-- libmwaw
            |   `-- html
            `-- libmwaw-0.3.15

    Se trouve aussi maintenant dans mon répertoire personnel un dossier .guix-profile dont voici l’arborescence :

    tree -L 1  /home/dede/.guix-profile
    ~/.guix-profile
    |-- bin
    |-- etc
    |-- include
    |-- lib
    |-- libexec
    |-- manifest
    |-- sbin -> /gnu/store/8k4pnixpz73kxvxbjqajgbprjjmmgpxy-util-linux-2.32.1/sbin
    `-- share

    Le dossier bin contient des liens symboliques vers les binaires présents dans /gnu/store. On a ainsi un fonctionnement très flexible et je peux choisir très facilement à quelle version d’un logiciel attribuer tel ou tel alias.

    Le fichier qui nous intéresse est manifest, il décrit toutes les versions des logiciels installés et où ils se trouvent :

    (manifest
      (version 3)
      (packages
        (("tree"
          "1.8.0"
          "out"
          "/gnu/store/x5xb40q502s7pnqk9lmsnpc5vpsm1r8r-tree-1.8.0"
          (propagated-inputs ())
          (search-paths ())
          (properties))
         ("recutils"
          "1.8"
          "out"
          "/gnu/store/wzk023ls4f7dq4mcc3kc86vskhw804n1-recutils-1.8"
          (propagated-inputs ())
          (search-paths ())
          (properties))
         ("emacs"
          "26.2"
          "out"
          "/gnu/store/b38pn0gnj4jsrf79lg4kr80rn5kaim0q-emacs-26.2"
          (propagated-inputs ())
          (search-paths
    [...]

    Utilisation des paquets

    Pour utiliser les paquets installés par Guix, quand on est en ligne de commande, il suffit de rajouter le dossier bin à notre $PATH :

    export PATH="/home/dede/.guix-profile/bin${PATH:+:}$PATH"

    Pour un usage serein, vous pouvez rajouter cette ligne à votre .bashrc si vous utilisez Bash ou .zshrc si vous êtes sous ZSH :

    # Guix
    # le fichier profile contient l’ajout de `bin` au `$PATH`
    GUIX_PROFILE="$HOME/.guix-profile" ; \
      source "$HOME/.guix-profile/etc/profile"

    Maintenant, quand vous tapez par exemple libreoffice, c’est la version Guix qui se lance et non plus celle installée sur votre système via apt et cela, sans aucune interférence, si ce n’est les fichiers de configuration qui se trouvent dans votre HOME qui seront partagés.

    Ici la version 6.1.5.2 de LibreOffice, alors que celle présente dans Xubuntu 18.04 est la 6.0.7. Dans ce cas‑là, Guix n’offre pas de paquet très à jour.

    Avec un lanceur graphique

    Si vous voulez que les lanceurs graphiques (les raccourcis dans le menu) lancent directement toutes vos applications Guix, vous n’avez qu’à modifier le fichier .xsessionrc en rajoutant la même ligne que dans votre .bashrc :

    # Guix
    # le fichier profile contient l’ajout de `bin` au `$PATH`
    GUIX_PROFILE="$HOME/.guix-profile" ; \
      source "$HOME/.guix-profile/etc/profile"

    Si toutefois vous souhaitez garder vos logiciels installés via apt et ne mettre à jour que quelques lanceurs, il est aussi possible de modifier les lanceurs graphiques en changeant simplement la commande d’exécution.

    Exemple, avec LibreOffice Writer, avant j’avais :
    libreoffice --writer %U

    Et j’ai simplement mis ça à la place :
    /home/dede/.guix-profile/bin/libreoffice --writer %U

    Après m’être assuré que le paquet Guix fonctionnait bien, j’ai pu faire une désinstallation du paquet installé via apt :
    sudo apt remove libreoffice

    Je fais ça petit à petit avec tous les logiciels que j’utilise. Ça me permet en quelque sorte d’avoir une « rolling release » tout en gardant le système auquel je suis habitué. C’est une introduction tout en douceur à Guix :).

    Désinstallation des paquets

    Il est bien sûr possible de désinstaller un paquet très facilement via guix remove libreoffice, alias de guix package -r libreoffice.

    Note : après un remove, Guix garde tout de même les fichiers dans /gnu/store mais supprime les liens symboliques dans votre guix-profile.

    Pour faire une vraie suppression, il faut faire un guix gc qui supprime tous les paquets inutilisés. Mais après quelques tests, certains paquets supprimés restent quand même, je ne sais pas pourquoi.

    Mise à jour des paquets

    Pour mettre à jour tous les paquets en même temps, il suffit de taper guix upgrade ou guix package -u. Si je veux simplement mettre à jour LibreOffice, par exemple, je peux faire :
    guix upgrade libreoffice

    Rechercher un paquet

    Pour rechercher un paquet, rien de plus simple, exemple avec libreoffice : guix search libreoffice, alias de guix package -s libreoffice.

    Bon, ça renvoie souvent beaucoup de paquets, pas forcément en lien, donc on peut simplifier l’affichage avec un grep :
    guix search libreoffice | grep -A 2 'name:' | less

    Voir affiner la recherche avec :
    guix search libreoffice | grep -A 2 'name: libreoffice' | less

    Après je ne suis pas un pro des petits outils en ligne de commande qui se chaînent (je n’ai que les rudiments) et je suis sûr que des personnes plus douées que moi font des merveilles pour avoir une recherche plus aisée.

    Bon, je ne vous conseille pas le site listant les paquets Guix, car il est tout bonnement inutilisable. Il ne contient même pas de formulaire de recherche…

    Mettre à jour Guix

    Vous pouvez aisément mettre à jour le logiciel Guix en tapant la commande suivante :
    guix pull

    Et si vous souhaitez connaître les dernières nouveautés ajoutées, vous pouvez faire un :
    guix pull --news

    Revenir en arrière suite à un problème

    Avec Guix il est possible de revenir à n’importe quelle « génération » (c’est le nom donné à chaque changement dans l’installation) de paquets sans souci.

    Je vais prendre un exemple concret, sous ma Xubuntu, j’ai git installé :

    git --version
    git version 2.17.1

    J’aimerais avoir une version plus récente, alors je fais un :

    guix install git

    J’ai maintenant un git plus à jour :

    git --version     
    git version 2.21.0

    Si pour une raison ou une autre je veux revenir en arrière, je peux faire un « rollback » :

    guix package --roll-back
    git --version
    git version 2.17.1

    Ce qui est intéressant, c’est qu’en réalité, le logiciel reste présent dans le répertoire /gnu/store, il est seulement retiré du profil personnel. Cela rend la « navigation » dans les différentes générations très rapide et aisée.

    Exécuter une application en mode « bac à sable »

    Il est possible d’utiliser une application dans un espace isolé de l’environnement (appelé « container ») et ainsi protéger au maximum la distribution hôte.

    Exemple avec Midnignt Commander où l’on peut voir que les répertoires système et autres répertoires personnels ne sont pas accessibles :

    guix environment --ad-hoc --container mc
    # Il faut définir la variable TERM
    export TERM=xterm-256color
    mc

    Note : en jouant un peu avec cette commande, je me rends compte que ce n’est pas très utilisable pour des applications graphiques, car le conteneur n’a même pas accès au serveur X, donc son usage est un peu limité.

    Conclusion

    Guix (tout comme Nix) offre une vision novatrice, sécurisée et extrêmement souple de la gestion de paquets. L’installer sur une distribution hôte est très aisé et sans risque. C’est une expérience intéressante pour qui souhaite découvrir cet outil et accessoirement mettre à jour certains paquets.

    Si vous avez plus de questions, je vous invite à lire la FAQ ci‑dessous.

    FAQ

    Pour quoi faire ?

    Les PPA c’est pas plus simple ?

    Et Snap ?

    Snap est un gestionnaire de paquets qui se veut universel, mais qui pour l’instant est porté exclusivement par Canonical. Il offre des caractéristiques assez similaires à Flatpak mais permet aussi d’installer des logiciels sans nécessiter de pile graphique (ce qui n’est pas le cas de Flatpak à ma connaissance).

    Comme vu plus haut, Guix peut aussi avoir une exécution en mode bac à sable, avec sans doute moins de granularité possible sur les autorisations. Après, sans vouloir troller, Snap semble avant tout fait pour introduire des logiciels tiers (entendez par la provenant d’entreprises et n’étant pas audités par la communauté) dans la logithèque Ubuntu. Son slogan « _The app store for Linux » » en dit long…

    Je ne connais pas cet outil, mais, personnellement, je préfère faire confiance aux serveurs de paquets et à la communauté qui les construit qu’en un logiciel qui me permet d’exécuter des applications en lesquelles je n’ai pas confiance en mode « bac à sable » et me demandant des autorisations que j’accorderai forcément… Puis ça crée des disques virtuels et je n’aime pas ça.

    Et Flatpak ?

    Je ne peux que vous conseiller la lecture de l’excellente dépêche de nokomprendo qui compare Nix (logiciel très similaire à Guix) et Flatpak. Pour moi, Nix ou Guix sont plus intéressants que Flatpak.

    Et Nix alors ?

    D’un point de vue pragmatique, Nix est plus abouti (plus ancien) et bénéficie d’une beaucoup plus grosse communauté et donc d’un nombre plus important de paquets, qui sont sans doute plus à jour. Guix et Nix étant très proches dans leur fonctionnement, on est en droit se demander quel est l’intérêt de Guix.

    Nous tâcherons d’écrire une dépêche spécifiquement sur ce sujet, mais on peut déjà noter quelques spécificités de Guix par rapport à Nix qui rendent le projet attrayant et non redondant selon nous :

    • Guix est un projet GNU et Guix System est une distribution basée exclusivement sur du code libre, cet aspect est très important chez les contributeurs Guix ;
    • un énorme effort est fait pour rendre la distribution bootstrapable (désolé pour l’anglicisme) et ainsi pouvoir compiler l’ensemble des sources (même gcc) à partir d’un unique binaire très léger dont le code assembleur est lisible, ceci afin d’éviter les attaques dites de « trusting trust » ;
    • dans un but similaire, l’équipe de Guix cherche à avoir des builds reproductibles, c’est‑à‑dire avoir des binaires identiques pour une même entrée (mêmes sources et même fichier de configuration), ceci afin de pouvoir s’assurer que les binaires générés en local sont bien les mêmes que ceux proposés par le serveur, par exemple ;
    • Guix utilise GNU Shepherd à la place de systemd ;
    • Guix utilise pour la définition de ses paquets et la configuration du système le langage d’extension Guile ; à la différence du langage utilisé par Nix (Nix Expression Langugage), Guile est un langage généraliste s’interfaçant facilement avec des librairies C et étant utilisé dans (quelques) autres projets GNU, comme Shepherd par exemple — à noter qu’ils sont tous les deux des langages fonctionnels.

    Installer des paquets sans droits administrateur c’est pas un peu dangereux ?

    Non, pas vraiment. Le seul risque est qu’un utilisateur disposant des droits pour installer un paquet via le démon Guix pourra donc installer autant de logiciels qu’il veut et potentiellement remplir le disque dur. J’invite le lecteur à lire cet échange pour plus d’informations.

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Pas de confinement pour Firefox 74

    La version 74 de Firefox desktop a été publiée le 10 mars 2020.

    On peut la qualifier de relativement mineure tout en appréciant tout de même que l’installation des extensions soit placée sous le contrôle exclusif de l’utilisateur ou que, pour les utilisateurs de macOS, des gains de performance et d’autonomie (avec WebRender activé) soient au programme. Mais ne boudez pas trop vite : par comparaison, la prochaine version promet son lot d’améliorations sur GNU/Linux. ;)

    Nous vous détaillons tout cela et bien plus ci‑après.

    Sommaire

    Nouveautés pour le bureau

    Voici les principales nouveautés de la version 74 pour le bureau :

    • vous avez désormais la main pour supprimer, via le gestionnaire d’extensions, les extensions qui ont pu être installées par le passé par des programmes tiers, et, pour l’avenir, les programmes n’ont plus la possibilité d’installer leur extension dans le navigateur (enfin !) ;
    • sous macOS, l’utilisation du compositeur système lorsque WebRender est activé (à ce stade, WebRender reste désactivé par défaut) ;
    • côté vie privée, la prise en charge du protocole mDNS ICE permet de masquer votre adresse IP en la remplaçant par une adresse aléatoire dans certains scénarios WebRTC ;
    • on peut désactiver la possibilité de déplacer un onglet vers une nouvelle fenêtre en tirant dessus grâce une nouvelle préférence, pour éviter les fausses manip’ : browser.tabs.allowTabDetach ;
    • révision de la façon dont sont présentées les demandes de permission à l’utilisateur (de la caméra, du micro, etc.) lorsqu’elles proviennent d’une page embarquée (iframe) : le navigateur présente la demande comme venant de la page parente et, si la page parente obtient la permission, celle-ci est partagée avec la page embarquée ; si la page parente n’obtient pas la permission, la permission est automatiquement refusée à la page embarquée sans que l’utilisateur ne soit sollicité à nouveau — auparavant, l’utilisateur pouvait recevoir une demande de permission d’un domaine sans rapport avec l’adresse affichée dans le navigateur, ce qui pouvait être source de confusion ; il s’agit aussi d’éviter de demander à l’utilisateur une double permission ;
    • TLS 1.0 et 1.1 ne sont plus pris en charge ;
    • une nouvelle variable d’environnement MOZ_DBUS_REMOTE (à configurer) homogénéise la communication entre les versions X11 et Wayland de Firefox ;
    • et d’autres nouveautés, notamment concernant la gestion des contextes par les conteneurs avec les extensions Firefox Multi‑Account Containers ou Facebook Container !

    Par ailleurs, aux États‑Unis, le DNS via HTTPS (avec les serveurs de Cloudflare comme résolveur DNS par défaut, et possibilité d’en changer dans les préférences pour NextDNS ou tout autre à configurer manuellement) va progressivement être déployé auprès des utilisateurs.

    Nouveautés pour Android

    Rien que le minimum, l’actuel Firefox pour Android étant entré en mode maintenance en attendant la sortie du nouveau Firefox pour Android (qui est actuellement développé sous le nom de Firefox Preview).

    Actualités afférentes

    À venir dans Firefox pour le bureau

    Version 75

    Voici ce que devrait arriver dans la prochaine version de Firefox pour le bureau :

    État de WebRender

    Une prochaine étape importante est l’implémentation d’un back‑end permettant un rendu logiciel de WebRender, qui permettrait d’avoir un même code pour toutes les situations (rendu WebRender matériel pour les processeurs graphiques récents, logiciel pour les anciens). Différentes solutions sont actuellement testées.

    État de la version Flatpak de Firefox

    On touche au but !

    L’oxydation continue

    Ce que Mozilla appelle en interne « oxydation » est le processus d’intégration/remplacement au sein de Firefox de composants en Rust (il y a un jeu de mots là‑dedans).

    Sont actuellement travaillés :

    • l’intégration du service de mise à jour en arrière‑plan pour Windows écrit en Rust (GNU/Linux n’est pas concerné) ;
    • l’intégration de Mozilla Sync Storage écrit en Rust (projet Durable Sync).

    Et, parce que c’est vous : la feuille de route d’oxydation de Firefox, mais chut !

    État du futur Firefox pour Android

    Une version majeure de Fenix est attendue pour bientôt (actuellement en « feature Freeze »), avec :

    Identifiants, Sites les plus visités, prise en charge de UBlock Origin comme première extension, de meilleures pages d’erreur, Protection renforcée contre le pistage paramétrable, sélecteur de langue, améliorations de l’interface et de la stabilité…

    dav1d 0.6 AV1 Video Decoder

    Une nouvelle version du décodeur implique de meilleures performances ! dav1d est inclus dans Firefox et ces améliorations y atterriront tôt ou tard.

    Firefox Send n’est pas plus bêta qu’un autre

    Ce mardi, Mozilla a annoncé que son service de transfert de gros fichiers sécurisé Firefox Send sortait de bêta.

    Contribuer aux dépêches sur Firefox

    Pour contribuer à la prochaine dépêche sur Firefox 75, c’est par ici !

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    KissCache un service de mise en cache KISS

    KissCache est un serveur de cache sous licence MIT pensé suivant le principe KISS : Keep It Simple Stupid.

    Contrairement à un serveur mandataire (proxy) transparent comme Squid, pour utiliser KissCache, il faut (et suffit) de préfixer l’adresse URL voulue par celle de l’instance locale de KissCache. KissCache va alors télécharger en arrière‑plan le fichier demandé et le transmettre au client. Si plusieurs clients demandent le même fichier au même moment, celui‑ci ne sera téléchargé qu’une seule fois. KissCache n’étant pas transparent, il peut tout à fait mettre en cache des fichiers disponibles via HTTPS.

    Cas d’usage

    Chez Linaro, nous utilisons KissCache dans notre infrastructure de validation. En effet, les différents tests de validation vont tous utiliser les mêmes ressources (noyaux Linux, système de fichiers racine, dtb…) au même moment. Grâce à KissCache notre infrastructure de validation ne téléchargera chaque ressource qu’une seule fois, réduisant drastiquement la charge réseau.

    Nous avons longtemps utilisé squid, mais nous n’avons jamais réussi à le configurer pour :

    • télécharger une seule fois chaque fichier, même en cas de demande parallèle ;
    • mettre en cache les ressources disponibles via HTTPS.

    Utilisation

    Pour installer une instance locale :

    git clone https://git.lavasoftware.org/ivoire/KissCache
    cd KissCache
    docker-compose build
    docker-compose up

    L’instance sera disponible à l’adresse http://localhost:8001.

    Il suffit maintenant de préfixer les adresses URL par celle de notre instance KissCache :

    curl "http://localhost:8001/api/v1/fetch/?url=https://linuxfr.org"

    KissCache va alors télécharger la page pour vous et vous la transmettre.

    Configuration

    TTL

    Par défaut, KissCache va garder chaque fichier pendant dix jours. Cette valeur par défaut peut être changée par l’administrateur ou via le paramètre ttl dans l’adresse URL.

    curl "http://localhost:8001/api/v1/fetch/?ttl=1d&url=https://linuxfr.org"

    Quota

    Par défaut, KissCache n’utilisera que 2 Gio d’espace disque et retournera un code d’erreur 507 (Insufficient Storage) pour toute requête supplémentaire. Il est, évidemment, possible de changer cette valeur ou même de supprimer tout quota.

    Accès

    L’accès à l’instance KissCache peut être restreint par adresse IP pour, par exemple, n’autoriser que les machines de validation. L’interface Web sera toujours accessible à tous, mais seules les adresses IP autorisées auront le droit d’utiliser le système de cache.

    Technique

    KissCache est une application Django qui utilise Celery pour la récupération des ressources en arrière‑plan.

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Java 14 tombe le masque

    À quelques jours du printemps, une nouvelle version de Java arrive avec son lot de corrections, améliorations, nouveautés et retraits. Voilà six mois que Java 13 a apporté ses quelques nouveautés. Cette nouvelle itération est bien plus riche aussi bien sur les fonctionnalités définitives que sur celles en cours de maturation. Au programme pas moins de 16 JEP intègrent le langage. Seulement une partie sera détaillée dans la suite de dépêche.

    Sommaire

    Les nouveautés définitives

    Avec la nouvelle cadence de versionnage, les nouveautés arrivent plus tôt mais dans un état non définitif et profitent des retours d’expérience des utilisateurs.

    Temps de démarrage et empreinte mémoire

    Depuis plusieurs versions, les temps de démarrage et l’empreinte mémoire diminuent. Il est possible d’espérer un gain d’une dizaine de pourcents sur le temps de démarrage, c’est toujours ça de pris ! Côté empreinte mémoire, en revanche, la baisse est plus conséquente, de l’ordre de 30 % à 40 %. Ces améliorations sont natives, il n’est pas nécessaire d’ajouter des options. Pour plus de détails, une présentation et un article.

    Du côté des ramasse‑miettes

    G1

    G1 est le ramasse‑miettes par défaut depuis Java 8 et il progresse de version en version à tous les niveaux (temps de réponse, gestion de la mémoire). Je vous laisse regarder cette présentation ou le support. Cette progression est une bonne raison pour ne plus rester sur Java 8, car aucune amélioration n’est portée sur les versions antérieures.

    Les ramasse‑miettes expérimentaux

    ZGC (disponible depuis Java 11) fonctionne sur les trois principaux systèmes d’exploitation et il devrait bientôt ne plus être expérimental si l’on en croit cette JEP. L’idée derrière ZGC est de proposer un ramasse‑miettes à faible latence et qui peut aussi bien gérer des petites ou des grosses quantités de mémoire.
    Shenandoah est un autre ramasse‑miettes à faible latence intégré depuis Java 12, son objectif est d’avoir des temps de pause identiques quelle que soit la quantité de mémoire à libérer. Si vous voulez savoir comment ça fonctionne et avoir un état d’avancement du projet, je vous laisse regarder cette présentation et pour les explications plus détaillées c’est ici (partie 1), puis là (partie 2).

    Switch statement et switch expression

    Les switch expression et switch statement sont arrivées dans la version 12, ont été revues dans la version 13 et sont définitives dans cette version 14 (voir la JEP 361).

    Avant, on devait écrire :

    public enum Event {
        PLAY, PAUSE, STOP
    }
    
    String log;
    switch (event) {
      case PLAY:
        log = "User has triggered the play button";
        break;
      case STOP:
      case PAUSE:
        log = "User needs a break";
        break;
      default:
        String message = event.toString();
        LocalDateTime now = LocalDateTime.now();
        log = "Unknown event " + message + 
              " logged on " + now;
        break;
    }

    Et maintenant, cette syntaxe est possible :

    var log = switch (event) {
        case PLAY -> "User has triggered the play button";
        case STOP, PAUSE -> "User needs a break";
        default -> {
            String message = event.toString();
            LocalDateTime now = LocalDateTime.now();
            yield "Unknown event " + message + 
                  " logged on " + now;
        }
    };

    Avec cette nouvelle forme :

    • il n’y a plus de risque d’oublier un break en cours de chemin ;
    • il n’est plus nécessaire d’instancier une variable à vide ;
    • c’est plus court !

    Autre fait notable, le cas par défaut n’est plus obligatoire lorsque toutes les possibilités d’un enum sont traitées. Par précaution, en rajouter un peut protéger s’il y a un ajout dans l’énumération.

    Le mélange des syntaxes est aussi possible avec des risques d’erreurs comme le montre l’exemple suivant :

    int i = switch (day) {
        case MONDAY -> {
            System.out.println("Monday"); 
            // ERROR! Block doesn't contain a yield statement
        }
        default -> 1;
    };
    i = switch (day) {
        case MONDAY, TUESDAY, WEDNESDAY: 
            yield 0;
        default: 
            System.out.println("Second half of the week");
            // ERROR! Group doesn't contain a yield statement
    };

    Chacun se fera son avis sur ces nouvelles formes, car autant un switch case à l’ancienne est pénible à écrire, autant avec les nouvelles possibilités il va falloir s’accorder sur le style à suivre sur un projet.

    JDK Flight Recorder Event Streaming

    Dans Java 11, Oracle a libéré Flight Recorder (FR) qui permet de suivre l’activité d’une application du sol au plafond, c’est‑à‑dire des appels processeur aux méthodes utilisées pour faire de l’affichage, en passant par le ramasse‑miettes et par le compilateur à la volée. Pour diverses explications, du code et des démos, allez voir cette conférence ou encore cet article. Toutefois, pour découvrir l’outil rapidement, il faut lancer votre application avec java -XX:StartFlightRecording:filename=/tmp/monAppli.jfr -jar monAppli.jar, interagir avec durant quelques instants et l’arrêter. Il est aussi possible de démarrer les enregistrements sur une application déjà en fonctionnement avec jcmd MainClass JFR.start. Ensuite, vous pouvez profiter d’un résumé des évènements enregistrés avec $JAVA_HOME/bin/jfr summary /tmp/monAppli.jfr | less ; pour une analyse plus poussée, Java Mission Control est bien plus adapté.
    Le JDK Flight Recorder Event Streaming apporte la possibilité de profiter directement de ces mesures sans passer par la case écriture dans un fichier et lecture à partir de ce dernier. Ça peut sembler basique, mais ça ouvre de nombreuses possibilités pour monitorer de façon déportée différents services (un exemple avec du Grafana et du Quarkus).

    Des NullPointerException plus explicites

    Dorénavant, les développeurs Java auront moins d’excuses pour passer de longs moments à décortiquer les NPE, car elles indiqueront quel objet est null. Cette fonctionnalité existe depuis 2006 dans le JDK de SAP, et la plus grande ouverture des contributions à Java a permis de la rendre disponible au plus grand nombre. Pour Java 14, il faudra activer l’option -XX:+ShowCodeDetailsInExceptionMessages afin d’en profiter et, à partir de Java 15, l’option sera activée par défaut.

    Nouveautés en prévisualisation

    Records

    La verbosité du langage n’est plus à démontrer et, pour alléger la charge, des efforts sont faits, notamment avec de l’inférence de type avec le mot clé var au moment de déclarer une variable. Les records vont dans ce sens‑là, mais en plus ils permettent de transporter de la donnée de manière immutable. Voici un petit exemple de code :

    public record Bouchot(String nom){}

    C’est tout, une seule ligne pour créer un record ! Derrière, le langage se débrouille pour générer les méthodes equals(), toString() et hashCode(). Pour accéder au nom d’un bouchot (que l’on aura déclaré comme ceci : var monBouchot = new Bouchot("DLFP"), il suffit de faire monBouchot.nom(). Un record reste une classe Java, avec quelques limitations toutefois, il est donc possible de rajouter des contraintes sur le constructeur, par exemple refuser les null ou écrire votre propre méthode toString(), si la version générée ne vous convient pas.

    public record Bouchot(String nom){
      public Bouchot {
        if(null == nom){
          throw new IllegalArgumentException("Crois‑tu qu’une moule puisse s’accrocher à null ?");
        }
      }
    }

    Une chose intéressante à savoir est que les records ont été définis en prenant en compte le futur du langage aussi bien du côté développeur (types scellés, pattern matching et déconstruction) que de la machinerie interne (inline type). Pour aller plus loin, je vous laisse lire cet article.

    Pattern Matching instanceof

    Java est le dernier des principaux langages fonctionnant sur la JVM à ne pas implémenter le pattern matching. Pour cette première, il commence modestement en apportant un peu plus de légèreté syntaxique.

    // Avant avec le cast
    if (obj instanceof Bouchot) {
        Bouchot b = (Bouchot) obj;
        var nom = b.nom();
    }
    
    //Après
    if (obj instanceof Bouchot b) {
        var nom = b.nom();
    }

    L’étape suivante est de combiner le pattern matching avec les switch expressions et de pouvoir déconstruire les records. Tout le programme est détaillé dans la JEP 375 et en voici un avant‑goût :

    record Point(int x, int y) {}
    
    if (obj instanceof Point(var a, var b)) {
        System.out.println(a+b);
    }

    Outils d’empaquetage

    L’idéal de Java qui était, si je ne me trompe pas, compile ton application une seule fois et elle fonctionnera partout, semble ne plus trop être à l’ordre du jour. La démarche est plus, livre ton application avec les modules Java strictement nécessaires et, optionnellement, le JRE qui va avec. Le but étant la diminution de la taille des applications mais aussi l’amélioration de la réactivité et de la sécurité, car moins de code sera chargé et donc exposé. Comme d’habitude, les détails sont à lire dans la JEP 343.

    Les blocs de texte, seconde itération

    Après une première implémentation dans la version précédente de Java, en voici une nouvelle (JEP 368). Le principe est d’avoir une solution élégante pour se débarrasser des concaténations sur plusieurs lignes, de se battre avec les échappements divers et variés et surtout améliorer la lisibilité.

    String query = """
                   SELECT `EMP_ID`, `LAST_NAME` FROM `EMPLOYEE_TB`
                   WHERE `CITY` = 'INDIANAPOLIS'
                   ORDER BY `EMP_ID`, `LAST_NAME`;
                   """;

    C’est aussi utilisable en combinaison avec d’autres bibliothèques, voici un exemple d’utilisation avec JOOQ.

    Avec cette seconde version, viennent des caractères d’échappement des lignes pour jongler avec les lignes trop longues ou gérer plus finement les retours à la ligne.

    Dans l’exemple suivant toutes les lignes feront six caractères :

    String colors = """
        red  \s
        green\s
        blue \s
        """;

    Les mises au placard et les départs

    Ironie de l’histoire, l’architecture créée par la même société que le langage est dépréciée et ne sera rapidement plus supportée. Pour les rares qui ont encore du Solaris et du SPARC, c’est bientôt la fin pour faire tourner des machines virtuelles Java (JVM) modernes. Les détails sont présents dans la JEP 362. Même processus pour le ramasse‑miettes Concurrent Mark Sweep dans le but de laisser plus de temps au développement des autres ramasse‑miettes, les détails dans la JEP 291.

    Suppression des outils Pack200, suite à leur placardisation dans Java 11, ils sont remplacés par les outils jlink, plus d’informations dans la JEP 367.

    Dans les prochaines versions

    La seconde version du pattern matching de instanceof, les types scellés, la version définitive des blocs de texte. Je vous laisse regarder cette diapo de Rémi Forax (un contributeur d’OpenJDK). Pour une vision plus « sous le capot », Brian Goetz (un architecte du langage) a rédigé deux articles sur les évolutions de Java.

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Fedora 32 Beta peut être testé

    Par : Renault · Davy Defaud

    En ce mardi 17 mars, la communauté du Projet Fedora sera ravie d’apprendre la disponibilité de la version bêta de Fedora 32.

    Malgré les risques concernant la stabilité d’une version bêta, il est important de la tester ! En rapportant les bogues maintenant, vous découvrirez les nouveautés avant tout le monde, tout en améliorant la qualité de Fedora 32 et réduisant du même coup le risque de retard. Les versions en développement manquent de testeurs et de retours pour mener à bien leurs buts.

    La version finale est pour le moment fixée pour le 21 ou 28 avril. Voici les nouveautés annoncées pour cette version.

    Sommaire

    Expérience utilisateur

    • Passage à GNOME 3.36.
    • Une nouvelle image alternative Comp Neuro Lab est disponible pour proposer par défaut des paquets relatifs aux neurosciences.
    • Plusieurs polices matricielles sont converties en OpenType pour être exploitables par des applications plus modernes qui reposent sur la bibliothèque pango.

    Gestion du matériel

    Le service fstrim.timer est activé par défaut. Il sera exécuté de façon hebdomadaire pour signaler la liste des secteurs effacés au contrôleur de mémoires Flash pour améliorer leur gestion d’un point de vue performance.

    Internationalisation

    • Migration de la plate‑forme de traduction de Zanata vers Weblate pour le projet Fedora. Le premier n’était plus vraiment maintenu et souffrait de sérieux défauts.

    Administration système

    • Le paquet earlyoom est activé par défaut. En cas de mémoire insuffisante (mémoire vive et partition d’échange — swap — utilisées à plus de 90 %), un signal SIGTERM sera envoyé au processus ayant le plus gros score OOM. À plus de 95 % d’utilisation, c’est le signal SIGKILL qui est envoyé. Le but est d’essayer de sauver la machine en cas de problème de disponibilité de mémoire, situation où un redémarrage brutal matériel était souvent nécessaire.
    • Le gestionnaire de base de données MariaDB est mis à jour vers la version 10.4.
    • Son alter ego PostgreSQL passe quant à lui à la version 12.
    • Le redémarrage des services après une mise à niveau est centralisé. Cela réduira le nombre de scriptlets à maintenir à cet effet dans les paquets, mais surtout évite de redémarrer un service alors qu’une dépendance n’a pas fini sa mise à niveau en cours ce qui peut être source de bogues.
    • Le pare‑feu dynamique firewalld migre de iptables vers nftables.
    • Par ailleurs, la variante iptables par défaut devient iptables-nft.
    • Le paquet apt va fournir le projet de Debian plutôt qu’apt-rpm.
    • L’outil de sauvegarde rdiff-backup a été mis à jour vers sa dernière version 1.2.8, qui repose sur Python 3 et est incompatible avec celle qui reposait sur Python 2.
    • Les utilisateurs système adoptent le format sysusers.d, ce qui permet d’unifier les procédures, de facilement observer quels paquets créent un nouvel utilisateur et se rapprocher d’OpenSUSE dans l’approche de cette problématique.

    Développement

    • La suite de compilateurs GCC 10 est proposée.
    • Son concurrent direct LLVM vient également dans sa version 10.
    • La bibliothèque C GNU C Library progresse à la version 2.31.
    • Mise à jour de Binutils 2.33.
    • Le paquet clang-libs ne proposera plus que la bibliothèque partagée libclang-cpp.so, les trente‑sept autres fichiers ayant fusionné avec ce dernier.
    • La bibliothèque de calcul multiprécision flottant mpfr a une précision de 4.0.2.
    • Le compilateur Pascal libre, Free Pascal Compiler, passe à la version 3.2.0.
    • Le langage Python rampe vers la version 3.8.
    • Tandis que Python 2 est retiré. Plus exactement, le paquet python2 est remplacé par celui de python27 pour des raisons de compatibilité. Les paquets qui dépendent de cette version de Python de même que les bibliothèques Python 2 sont quant à eux supprimés des dépôts. Cela met fin à la transition de Python 2 vers Python 3, ce premier n’étant plus maintenu officiellement depuis janvier 2020.
    • Le paquet python-nose est déprécié en vue d’une suppression future.
    • La boîte à outils Django 3 est disponible.
    • Ruby brille de 2.7 feux.
    • Le générateur de pages statiques Jekyll version 4 est exposé dans les dépôts.
    • Le gem Ruby Bundler passe quant à lui la deuxième.
    • Le langage Go, quant à lui, file vers la version 1.14.
    • Haskell Stackage LTS va vers la version 14.
    • La pile .NET libre Mono évolue de la version 5.20 à 6.6.
    • PHP écrase avec sa version 7.4.
    • Le gestionnaire de versions Bazaar laisse place à son fork Breezy, qui est mieux maintenu.
    • La chaîne de compilation mingw32 change de systèmes d’exception de SJLJ vers dwarf-2.
    • Python est compilé avec le drapeau -fno-semantic-interposition pour améliorer ses performances.

    Projet Fedora

    • Le projet améliore la façon d’avoir des statistiques sur l’utilisation de Fedora. Actuellement, le tout reposait sur la collecte de données via les miroirs pour connaître le nombre d’installation en vigueur, ce qui n’était pas fiable. Pour éviter cela, chaque requête tous les sept jours vers un dépôt officiel sera enregistrée par machine. Cela évitera les problèmes liés à la vie privée. Cette nouveauté était proposée pour Fedora 30 mais a été finalement reportée.
    • Un bogue sur les images autonomes sur CD ne sera plus bloquant. En cas de bogues spécifiques à ces images, une nouvelle version de Fedora sera proposée malgré tout. Le correctif nécessaire pourra avoir lieu après la disponibilité officielle. Cela permet de réduire la charge des tests pour finalement assez peu d’utilisateurs.
    • De manière similaire, l’image Xfce 32 bits ne sera plus bloquante, alors que l’image Workstation pour AArch64 le sera.
    • Un nouveau buildroot pour le projet Fedora voit le jour pour proposer de tester un changement dans la micro‐architecture x86-64. Ceci afin d’évaluer les possibilités d’améliorer les performances et de voir les éventuelles régressions en vue d’une mise à jour globale des exigences de l’image x86_64.
    • Le lien entre une langue couverte et une police d’écriture n’est plus dans le paquet de la police mais dans un paquet langpack spécifique nommé langpacks-core-font-.
    • Juste après la séparation entre Rawhide et une nouvelle version de Fedora, ici 32, une période de gel des paquets sera observée, comme avant une bêta ou une sortie finale, pour améliorer la stabilisation.
    • L’ensemble des paquets qui gère des unités utilisateur pour systemd doivent recourir aux preset_ et non gérer cela à la main, afin de simplifier la maintenance et la cohérence. Cela reprend le même mécanisme proposé pour les services qui a été introduit dans Fedora 18.
    • Les paquets de base, qui sont notamment utilisés pour produire les images minimales pour les conteneurs, réduisent leur nombre de scriptlets afin d’unifier les procédures et améliorer leur gestion.

    Tester

    Durant le développement d’une nouvelle Fedora, comme cette version bêta, le projet propose des journées de tests quasiment chaque semaine. Le but est de tester pendant une journée une fonctionnalité précise comme le noyau, Fedora Silverblue, la mise à niveau, GNOME, l’internationalisation, etc. L’équipe qualité élabore et propose une série de tests en général simples à exécuter. Il suffit de les suivre et d’indiquer si le résultat est celui attendu. Dans le cas contraire, un bogue devra être ouvert pour permettre l’élaboration d’un correctif.

    C’est très simple à suivre et requiert souvent peu de temps (15 minutes à une heure maximum) si vous avez une bêta exploitable sous la main.

    Les tests à effectuer et les rapports sont à faire via la page dédiée. J’annonce régulièrement sur mon blog quand une journée de tests est planifiée.

    Si l’aventure vous intéresse, les images sont disponibles par Torrent ou via le site officiel.

    Si vous avez déjà Fedora 31 ou 30 sur votre machine, vous pouvez faire une mise à niveau vers la bêta. Cela consiste en une grosse mise à jour, vos applications et données sont préservées.

    Nous vous recommandons dans les deux cas de procéder à une sauvegarde de vos données au préalable.

    En cas de bogue, n’oubliez pas de relire la documentation pour signaler les anomalies sur le BugZilla ou de contribuer à la traduction sur Weblate.

    Bons tests à tous !

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Vie dématérialisée

    Dans cette situation exceptionnelle que vit le monde, nous tous rassemblons une extraordinaire capacité à vivre et faire vivre le monde de façon dématérialisée. Le monde du logiciel libre regorge d’outils, de technologies, de savoirs qui vont pour les prochaines semaines nous être utiles à tous.

    Comment s’organiser ? Quelles sont les bonnes solutions, les bons outils, les bonnes méthodes ?

    Cette dépêche, qui j’espère à l’écriture de ces lignes, sera largement participative, a pour but de vous donner des solutions, de savoir comment être des acteurs du maintien de ce lien social indispensable amputé de sa composante présentielle largement essentielle, mais aujourd’hui problématique.

    Sommaire

    Des serveurs…

    Le cas de Framasoft est assez symbolique : offrir de nombreux services centralisés sur quelques acteurs et/ou serveurs est problématique, d’autant plus dans cette situation délicate où nous sommes nombreux à aller vers ces outils. L’initiative existe, ce sont les CHATONS. Il ne tient qu’à nous d’en monter, préférablement de façon pérenne, ou même de façon temporaire (les connexion très haut débit deviennent de plus en plus courantes), à disposition de tous, ou pour votre petit bout de communauté (famille, association, entreprise…). Gardez aussi à l’esprit qu’utiliser un service en ligne c’est accorder une certaine confiance à l’hébergeur du service : celui‑ci peut généralement avoir accès aux données transitant sur ses serveurs. Les solutions que nous vous proposons ici sont toutes basées sur des logiciels libres qui vous permettent donc de monter votre propre serveur si ce point est important pour vous.

    … et des applications

    Ce qui fait la différence entre un ordinateur et un serveur ce sont les services rendus. Mais quel service mettre en place pour quels usages ?

    Logiciel Voix Vidéo Chat Documents Utilisation Déploiement
    Mumble Oui Non Oui Non Moyen Simple
    Jitsi Oui Oui Oui Non Simple Moyen
    Mattermost Non Non Oui Non Simple Simple
    Nextcloud Oui Oui Oui Oui Moyen Moyen
    Cozy Non Non Non Oui Simple Moyen
    Tracim Non Non Oui Oui Simple Moyen

    Mumble

    C’est un logiciel libre multi‑plate‑forme de voix sur IP. L’utilisation de Mumble nécessite l’installation d’un client sur ordinateur (GNU/Linux, Windows et macOS) ou mobile (iOS ou Android).

    Le logiciel serveur (nommé Mumble‑server ou Murmur suivant les distributions), tout comme le client, est disponible dans les dépôts des distributions. Il permet de créer des salons en accès libre ou avec inscription, de gérer des comptes utilisateurs, et sécurise la connexion par chiffrement. Le client propose également une messagerie instantanée minimale, pratique pour partager des liens.

    Sa force est de nécessiter très peu de ressources au niveau serveur et client (usage processeur, bande passante) tout en maintenant une bonne qualité audio. Assez simple d’installation du côté serveur, le côté client, essentiellement sur la configuration du micro, peut être un peu compliqué pour certains utilisateurs.

    L’interface de Mumble n’est pas très attirante, mais elle passe au second plan quand on est lancé dans une discussion

    Jitsi

    Très riche au niveau de ses fonctionnalités et très simplement accessible aux utilisateurs, même sans identification, avec un simple navigateur Web moderne. Il gère l’échange de voix, de vidéo et d’écran, sans oublier la présence d’une messagerie par texte.

    Les instances officielles et celle fournie par Framasoft souffrent aujourd’hui de l’affluence des utilisateurs. Vous pouvez cependant essayer l’instance mise en place spécialement par la société Algoo : suricate.tv.

    L’installation du serveur sous Debian ou Ubuntu se fait en ajoutant un dépôt puis en installant les paquets nécessaires. La documentation en anglais est bien détaillée et un forum est disponible en cas de besoin.

    Une discussion de groupe avec audio et vidéo sur Jitsi

    Mattermost

    Cet outil permet d’avoir des discussions écrites. C’est un équivalent libre à Slack (et même meilleur sur pas mal d’aspects). Ces discussions se passent dans des canaux publics ou en privé, avec des fonctionnalités de réactions via des émojis, de partage de fichiers, de notification et de recherche. Il est possible d’accéder à Mattermost depuis un navigateur, et il existe des applications pour bureau et mobile pour les utilisateurs intensifs.

    L’installation est facile : il s’agit d’un seul fichier binaire à installer, avec une base de données MySQL ou PostgreSQL. Il existe également des images Docker.

    Mattermost sous Windows, avec la liste des canaux à gauche, une discussion en cours au milieu et des détails à droite

    Nextcloud

    Nextcloud peut faire beaucoup de choses et a une approche plus large que les applications précédentes. Il convient bien à un contexte d’entreprise où l’on souhaite mettre en place des groupes et gérer du contrôle d’accès. Il propose des applications pour gérer les fichiers, une solution de conférence audio‑vidéo, une partie logicielle de travail collaboratif (contacts, calendriers, etc.), ainsi qu’une intégration avec la suite bureautique ONLYOFFICE.

    Il est développé en PHP et peut ainsi être facilement installé sur un hébergement Web disposant d’une base de données MySQL. Certains modules utilisent cependant d’autres technologies (comme pour l’intégration d’ONLYOFFICE) et nécessitent donc d’avoir un serveur dédié.

    L’accès aux fichiers de Nextcloud peut se faire sur mobile et ordinateur de bureau

    Cozy

    Cozy a été présenté récemment sur LinuxFr.org et peut aider dans le contexte actuel. Je pense en particulier à du partage de fichiers et à l’application Notes qui permet d’écrire à plusieurs, avec un peu de mise en forme. Je trouve que cela remplace avantageusement un [Etherpad].

    Côté installation, il existe un paquet Debian pour s’auto‑héberger. Mais, en cette période difficile, il peut être plus rapide et efficace de commencer avec des instances gratuites hébergées par Cozy Cloud.

    Prise de notes avec Cozy

    Tracim

    Tracim propose une offre comparable à Nextcloud mais plus nettement orientée travail collaboratif. Il y a donc un agenda, une galerie, la possibilité de partager des fichiers et de créer un document en « mode pad », mais avec des possibilités de mise en forme plus grandes que, par exemple, celles du pad de Framasoft (Framapad avec Etherpad). La fonctionnalité « Créer un doc bureautique » permet de travailler avec LibreOffice Online. On peut créer des groupes différents. L’interface est reposante pour l’œil.

    L’installation du serveur est facilitée par la mise à disposition d’une image Docker. Si vous préférez la méthode classique, l’installation manuelle est détaillée pas à pas sur le dépôt Git.

    Dans le cadre de la gestion de la pandémie actuelle et des nécessités de confinement, la société Algoo qui a créé Tracim propose également Suricate TV, qui est une instance de visioconférence Jitsi Meet.

    Tracim

    Les sujets similaires sur LinuxFr.org

    Forums

    Journaux

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Revue de presse de l’April pour la semaine 11 de l’année 2020

    Par : echarp · Davy Defaud

    [Maddyness] Dans l’économie confinée, le numérique est sur le pied de guerre

    Le vendredi 13 mars 2020.

    « Hébergeurs de centres de données, fournisseurs de solutions de travail collaboratif ou de vidéoconférences, certaines entreprises du numérique se retrouvent en position stratégique en période de confinement et de recours massif au télétravail. »

    Et aussi :

    [Next INpact] Health Data Hub : un collectif critique le choix Microsoft (¤)

    ✍ Marc Rees, le vendredi 13 mars 2020.

    « Un collectif d’entreprises et d’associations “œuvrant dans le monde des logiciels libres de l’open source et des données ouvertes” annonce avoir adressé une lettre au ministre de la Santé. En ligne de mire ? Le Health Data Hub et ses liens avec Microsoft. »

    Et aussi :

    [ZDNet France] Voici pourquoi les bugs dans les logiciels open source ont atteint un niveau record

    ✍ Liam Tung, le vendredi 13 mars 2020.

    « Les efforts déployés pour améliorer la sécurité des logiciels open source ont permis de découvrir 6 100 vulnérabilités l’année dernière, soit dix fois plus qu’il y a dix ans. »

    [La Gazette de la Défense] À l’Electrolab, les membres s’occupent aussi de satellites

    Le jeudi 12 mars 2020.

    « Le “hackerspace” nanterrien a développé une branche radioamateur qui lui permet de fabriquer du matériel adapté à la construction et la maintenance de satellites amateurs. »

    [ZDNet France] Linux / Open source : le point sur les événements annulés

    ✍ Steven J. Vaughan‑Nichols, le mardi 10 mars 2020.

    « L’épidémie de coronavirus a décimé la plupart des événements tech de ces dernières semaines, et ceux à venir sont généralement annulés. Le point sur les événements concernant Linux et l’open source. »

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Financement de logiciels libres — émission « Libre à vous ! » du 10 mars — Podcasts et références

    Cinquante‐septième émission « Libre à vous ! » de l’April. Podcast et programme :

    • sujet principal : le financement de logiciels libres avec le retour d’expérience de la société XWiki ;
    • la chronique « Partager est bon » de Véronique Bonnet de l’April sur le thème « Mesures à la portée des gouvernements pour promouvoir le logiciel libre » ;
    • interview du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) sur leur logiciel libre Datashare, une plate‑forme d’indexation et de partage sécurisé d’informations pour les journalistes d’investigation, diverses annonces.

    Rendez‑vous en direct chaque mardi de 15 h 30 à 17 h sur 93,1 MHz en Île‑de‑France. L’émission est diffusée simultanément sur le site Web de la radio Cause Commune.

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Des nouvelles de Cozy

    La page d’accueil de Cozy a changé

    Qu’est‑ce que Cozy ? Eh bien, c’est tout d’abord un domicile numérique, un espace où vous êtes chez vous avec vos données (fichiers, photos, bancaires, vacances). Cozy vous permet également de récupérer vos données depuis des services tiers pour mieux les utiliser. Comment ? Avec les connecteurs qui vous les rangent automatiquement pour ne plus perdre de temps à les chercher. Enfin, on peut faire confiance à son Cozy : le code est libre, il est possible de s’auto‑héberger, Cozy Cloud (la société) ne fait pas dans la publicité ciblée, l’exploitation ou la revente de vos données. Grâce à tout ça, Cozy peut vous simplifier votre vie numérique.

    Sésame, ouvre‑toi !

    L’extension pour navigateur Cozy Pass est arrivée

    Ça fait quelque temps que l’on y travaille, mais ça a y est : Cozy a son gestionnaire de mots de passe. Il est utilisable sous la forme d’une extension pour les navigateurs et permet d’enregistrer les mots de passe que vous utilisez pour les différents sites. Si vous l’utilisez sur plusieurs navigateurs, les mots de passe sont automatiquement synchronisés entre eux. Nous allons compléter cela par des applications pour profiter des mots de passe sur mobile dans les semaines qui viennent.

    Techniquement, on s’est appuyé sur Bitwarden, un gestionnaire de mots de passe libre présenté récemment sur LinuxFr.org. Les mots de passe sont bien entendu chiffrés et nous nous efforçons de garantir un très bon niveau de sécurité. Si vous voulez plus d’informations, je vous encourage à lire le billet de blog écrit par mon collègue Paul : Petit guide en terre inconnue : le chiffrement, et à poser des questions dans les commentaires.

    Vos idées sont précieuses, notez‑les

    Cozy a maintenant une application de prises de notes

    Notes est avant tout un éditeur de texte en ligne destiné à :

    • créer vos propres notes avec les fonctionnalités essentielles (gras, souligné, liens, tableaux…) ;
    • classer et retrouver vos notes avec vos autres documents, dans les répertoires de Drive ;
    • utiliser les raccourcis et la saisie au format Markdown ;
    • et partager vos notes avec vos contacts pour travailler à plusieurs.

    Techniquement, nous nous sommes appuyés sur ProseMirror comme éditeur de texte, et nous avons redéveloppé une partie de ProseMirror en Go, côté serveur, que nous avons intégré à Cozy‑Stack. En plus d’une interface claire, cette approche nous a surtout permis d’avoir un outil collaboratif. Il est possible d’écrire à plusieurs simultanément sur une même note partagée. Quand un utilisateur fait une modification, il se passe les étapes suivantes :

    1. le client crée une représentation de cette modification (un step dans la terminologie de ProseMirror) ;
    2. le client envoie cette modification au serveur ;
    3. le serveur vérifie que cette modification s’applique correctement ;
    4. le serveur enregistre la modification ;
    5. le serveur envoie aux autres clients la modification ;
    6. les autres clients appliquent la modification chez eux.

    Si à l’étape 3, la modification est refusée par le serveur, le client va chercher à récupérer les mises à jour du serveur qu’il n’a pas encore reçues puis à recalculer la modification. On peut voir ça comme un équivalent d’un « git rebase ».

    Une petite citation pour finir

    Je ne résiste pas à vous donner un petit extrait d’une déclaration de Stéphane Bortzmeyer lors des JRSE 2019 :

    SOLID, je faisais partie des gens qui trouvaient le concept intéressant, mais même après avoir lu dix fois tous les articles autour d’Inrupt et les déclarations de Tim Berners‑Lee, je ne comprends toujours pas ce qu’est SOLID. Ma première réaction a été : « ils ont réinventé Cozy avec plus de marketing ».

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Agenda du Libre pour la semaine 12 de l’année 2020

    N. D. M. : vu le contexte de pandémie de COVID‑19 et les restrictions locales ou nationales sur les rassemblements, il est possible que certains événements soient d’ores et déjà annulés ou le soient à la dernière minute. Nous vous conseillons de vous renseigner avant de vous y rendre. L’information disponible directement sur le site de l’Agenda du Libre est plus « fraîche » que celle publiée ici (extraite au 14 mars 2019 à 18 h 30 CET, ceux déjà signalés comme annulés ont été retirés), et celle sur le site de l’organisateur est probablement encore plus fraîche.

    Calendrier Web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence…), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces soixante-neuf événements (France : 66, Belgique : 2, Québec : 1) est en seconde partie de dépêche.

    bannière Libre en Fête 2020

    Sommaire

    [FR Limoges] Exposition Expolibre - Du mardi 3 mars 2020 à 10h00 au samedi 28 mars 2020 à 18h00.

    La Bfm vous invite à découvrir Expolibre, une exposition sur la philosophie et les enjeux du logiciel libre, réalisée par l’APRIL.

    Un logiciel libre est un logiciel dont l’utilisation, l’étude, la modification et la duplication en vue de sa diffusion sont permises, techniquement et légalement, afin de garantir certaines libertés, dont le contrôle du programme par l’utilisateur et la possibilité de partage entre individus.

    Renseignements au 05 55 45 96 53

    [FR Eauze] Monnaie locales, monnaies libres… - Du lundi 9 mars 2020 à 18h30 au jeudi 19 mars 2020 à 22h30.

    L’association Le Ver Luisant vous invite à une soirée spéciale monnaies alternatives, monnaie locale, monnaie libre

    18h30 - 20h15 : Conférence  « des monnaies locales dans une économie locale ».

    La conférence portera sur les transformations du monde économique et numérique,
    et sur l’utilisation au quotidien, au niveau local, de plusieurs monnaies, plusieurs moyens de paiement, avec support physique et/ou numérique…
    Une large part sera consacrée à vos questions…
    Une conférence : www.les-cris.com – Antoine Herzog
    Vous pourrez trouver les diapositives de la présentation, sur le site.

    20h15 - 21h : Pot et petit buffet

    21h : Réunion publique : création d’une monnaie locale
    Promue par les Jardins d’hidraya et d’autres associations, du Gers, La plume
    est en cours de création. Venez la découvrir.

    Participation libre
    Salle d’honneur de la mairie
    Place de la République - 32800 Eauze

    [CA-QC Montréal] 3L et la MULLM Rencontre mensuelle - Le lundi 16 mars 2020 de 14h00 à 17h30.

    Accueil rencontre Rencontres mensuelles conjointes MULLM et 3L

    Quand Lundi le 16 mars 2020 de 14:00 à 17:30

    Où: Au café Rond point au 3213 Ontario est, Montréal. En face de l’Église Nativité-de-la-Sainte-Vierge d’Hochelaga, qui est derrière la place des Tisserandes.

    Nous aurons une rencontre sur les logiciels libres et pour bien profiter du peu de temps (3 heures et 30 minutes), veuillez noter qu’aucun support ne sera donné. Ça sera l’occasion de discuter du libre de voir et expérimentez des applications, tout en faisant connaissance. Nous espérons que vous serez nombreux à venir jaser de tous nos sujets, lire et demander de multiples informations.

    Il y aura une petite démonstration en live-cd et en présentation visuelle IMPRESS de Libre Office 6.0 et + et on va aussi vous montrez comment installer dans Firefox ou non selon votre choix libriste une fonction de synchronisation entre appareils (fonction qui demandent des paramétrages pour sécuriser un peu mieux cette fonctionnalité… pour bloquer des intrusions lors de la synchro.) .

    Cette rencontre est autant pour les néophytes que les avancés en logiciel libre. Tous sont les bienvenus (es).

    Carte
    http://www.openstreetmap.org/note/1177511#map=19/45.54141/-73.54778&layers=N

    C’est à quelques minutes de marche de la station de métro Pré fontaine (Dirigez-vous vers le sud) ou près d’un arrêt de l’autobus 125 sur la rue Ontario.

    [FR Villeneuve d’Ascq] Expolibre, pour découvrir le logiciel libre - Du mardi 10 mars 2020 à 15h00 au mardi 21 avril 2020 à 12h00.

    L’OMJC de Villeneuve-d’Ascq vous propose de découvrir Expolibre, une exposition sur la philosophie et les enjeux du logiciel libre, réalisée par l’April et diffusée pour populariser son utilisation par le grand public.

    Vous découvrirez qu’un logiciel libre est un logiciel dont l’utilisation, l’étude, la modification et la duplication en vue de sa diffusion sont permises, techniquement et légalement, afin de garantir certaines libertés, dont le contrôle du programme par l’utilisateur et la possibilité de partage entre individus.

    [FR Béziers] Permanence Présence Libre - Le lundi 16 mars 2020 de 10h00 à 18h00.

    Dorénavant et à partir de maintenant, c’est-à-dire tous les lundis, vous pourrez nous retrouver au Barjoe de Béziers.

    Boire une pinte ensemble, partager un repas ou des idées sur les logiciels libres, la culture libre, les biens communs, les 17 objectifs de développement durable…
    C’est ce que nous vous proposerons tous les lundis au Barjoe.

    Le matin de 10h à 12h est réservé aux associations :

    • Montpel’libre pour répondre à vos questions sur :

      • les logiciels libres,
      • la culture libre,
      • les biens communs…
    • API : Action of Public Interest :

      • simplifier la lecture du monde complexe ;
      • porter les 17 Objectifs de Développement Durable en partage…

    Le midi de 12h à 15h :
    Déjeuner d’affaire.

    L’après-midi de 15h à 18h, un temps d’échanges ouvert pour les entreprises. Venez nous rencontrer et nous parler de vos problématiques d’entreprises, nous vous conseillerons sur le choix de votre système d’information… :

    • Présence Libre, pour les professionnels :
      • accompagner votre entreprise à utiliser les logiciels libres
      • héberger vos données
      • sécuriser vos données
      • former vos équipes à l’utilisation de logiciels métiers…

    Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

    Cet événement vous est proposé dans le cadre du partenariat qui lie Présence Libre, API : Action of Public Interest, le Barjoe et Montpel’libre.

    Lundis 2, 9, 16, 23 et 30 mars 2020 de 10h00 à 18h00
    15, boulevard Jean Jaurès 34500 Béziers

    [FR Gometz-le-Châtel] Atelier python et gestionnaire de mot de passe - Le lundi 16 mars 2020 de 11h00 à 12h00.

    Ateliers hebdomadaires de découverte de logiciels libres, apprentissage de la programmation, et ateliers de protection de la vie privée à la MJC de Gometz le châtel.

     ~1h de Python - la notion de fonction (avec moi, Georges)

    et ~1h de gestion des mots de passe le 25 février (avec Baptiste - tykayn de www.cipherbliss.com ).

    inscrivez-vous à notre liste de diffusion: cil-gometz@framalistes.org

    Pour entrer dans la MJC il faut passer par le grand portail en métal, juste en dessous de la mairie dans la rue.

    si vous venez en voiture il vaut mieux se garer en haut de la rue, près du rond point et des grands magasins.

    la MJC est ici:

    https://www.openstreetmap.org/node/5208774651

    [FR Saint Etienne] Permanences GNU/Linux et Logiciels Libres - Le lundi 16 mars 2020 de 19h00 à 23h00.

    Permanences Alolise

    Tous les lundis soir à partir de 19h00.

    Rencontrer les bénévoles, passer sous Linux, poser des questions sur le libre, les logiciels, l’hébergement…

    Pour passer votre ordinateur sous linux, nous vous invitons à nous prévenir avant votre passage.

    [FR Hellemmes] Chef d’orchestre logiciel - Le mardi 17 mars 2020 de 09h30 à 17h30.

    Mardi 17 mars 2020, Métalu A Chahuter accueille le 1ᵉʳ événement du tiers-lieu numerico-artistique metalu.net !

    Initiation à Chataigne – Chef d’orchestre logiciel – machine modulaire pour les arts numériques

    Venez participer à un atelier d’initiation à Chataigne en présence de Benjamin Kuperberg, créateur du logiciel.

    • Chataigne c’est quoi ?

    Chataigne est un logiciel open source pensé avec un objectif en tête : créer un outil commun pour les artistes, techniciens et développeurs voulant utiliser les technologies et synchroniser des logiciels pour des spectacles, installations interactives et du prototypage.

    Chataigne ne crée pas de contenu par lui-même, son rôle est d’être le nerf central dans un projet mêlant différentes interfaces logicielles et matérielles.

    On peut le voir comme un chef d’orchestre, qui s’occupera de contrôler toute la flotte technologique en ayant connaissance de la vision globale du projet.

    Chataigne a été conçu pour remplir à la fois les besoins des spectacles à temporalité linéaire ainsi que des projets interactifs en temps réels.

    De même, si vous avez déjà eu le besoin de faire interagir plusieurs logiciels et/ou matériels, si vous avez déjà croisé les termes d’Open Sound Control, MIDI, DMX, etc. alors Chataigne est probablement la boîte à outils dont vous rêviez.

    Curieux, amateurs et professionnels, artistes et passionnés, des usages de l’électronique, de la mécanique, du numérique, cette initiation est faite pour vous !

    • Au programme :

    Matin : présentation générale de l’outil et de sa philosophie et introduction à l’utilisation du logiciel
    Après-midi : les mains dans le cambouis, les participants se regroupent autour de 4 ou 5 projets pour une mise en œuvre pratique.

    Plus d’informations sur Chataigne

    ____________

    Mardi 17 mars 2020 – de 9h30 à 17h30
    122 rue Dordin – 59260 Hellemmes-Lille
    Sur inscription à l’adresse > infos@metalu.net
    Attention jauge limitée !

    [FR Béziers] Permanence accompagnement personnalisé - Le mardi 17 mars 2020 de 15h00 à 17h30.

    La salle de formation ouvre ses portes sans rendez-vous aux permanences, entre 15h00 et 17h30, hors vacances scolaires.

    Vous serez assistés sur les ordinateurs de la salle ou sur votre matériel personnel (PC, tablette, smartphone, appareil photo numérique).

    Poser des questions sur le fonctionnement de votre matériel, ou sur l’utilisation de logiciels (système d’exploitation, traitement de texte, messagerie…) ou de services en ligne.

    Si vous souhaitez vous initier ou vous perfectionner sur LibreOffice ou Gimp, sur des connaissances de bases sur GNU/Linux, dépannages de base, installations, prises en mains…

    Bus ligne 3, arrêt Trinité
    GPS Latitude : 43.34754 | Longitude : 3.22244
    Carte OpenStreetMap

    Médiathèque André Malraux - Place du 14 juillet 34500 Béziers
    Mardis 3, 10, 17, 24 et 31 mars 2020 de 15h00 à 17h30

    [FR Paris] Émission « Libre à vous ! » - Le mardi 17 mars 2020 de 15h30 à 17h00.

    L’émission Libre à vous ! de l’April est diffusée chaque mardi de 15 h 30 à 17 h sur radio « Cause Commune » sur la bande FM en région parisienne (93.1) et sur le site web de la radio.

    Le podcast de l’émission, les podcasts par sujets traités et les références citées sont disponibles dès que possible sur le site consacré à l’émission, quelques jours après l’émission en général.

    Les ambitions de l’émission Libre à vous !

    La radio « Cause commune » a commencé à émettre fin 2017 sur la bande FM en région parisienne (93.1) et sur Internet.

    Depuis mai 2018, l’April anime une émission d’explications et d’échanges sur la radio Cause Commune sur les thèmes des libertés informatiques.

    Libre à vous ! se veut avant tout une émission d’explications et d’échanges sur les dossiers politiques et juridiques que traite l’April, et sur les actions qu’elle mène.

    Pour les libertés informatiques en général, et pour le logiciel libre en particulier. « Libre à vous ! »

    C’est aussi un point sur les actualités du Libre, des personnes invitées aux profils variés, de la musique sous licence libre, des actions de sensibilisation.

    Donner à chacun et chacune, de manière simple et accessible, les clefs pour comprendre les enjeux mais aussi proposer des moyens d’action, tel est l’objectif de cette émission hebdomadaire, qui est diffusée en direct chaque mardi du mois de 15 h 30 à 17 h.

    L’émission dispose d’un flux RSS compatible avec la baladodiffusion ainsi qu’un salon dédié sur le webchat de la radio.

    [FR Orthez] On installe Linux ! - Le mardi 17 mars 2020 de 16h15 à 20h00.

    [FR Lyon] Mapathon Missing Maps - Le mardi 17 mars 2020 de 18h30 à 21h30.

    Découvrez la cartographie participative et humanitaire en nous aidant à contribuer à OpenStreetMap, la carte du monde collaborative et libre!

    CartONG et Le Tuba vous invitent à un mapathon Missing Maps le mardi 17 mars 2020.

    Nous cartographierons les parties du monde qui ne sont pas encore sur la carte et qui sont vulnérables aux catastrophes naturelles, crises sanitaires, environnementales, aux conflits et à la pauvreté.

    Le mapathon est ouvert à tous les publics et tous les niveaux!

    Préparez votre ordinateur et votre souris et pensez à vous inscrire en cliquant sur le lien ci-dessous:

    https://www.eventbrite.ca/e/billets-mapathon-missing-maps-a-lyon-letuba-84916554701

    [FR Bordeaux] Aquilenet: permanence à la mezzanine - Le mardi 17 mars 2020 de 18h30 à 23h59.

    Rendez-vous du collectif Aquilenet, fournisseur d’accès Internet associatif.

    1ᵉʳ mardi du mois: ouvert à tous

    2ᵉ et 4ᵉ mardis du mois: Atelier

    3ᵉ mardi du mois: réunion collégiale de l’association.

    [FR Tours] Permanence ADeTI - Le mardi 17 mars 2020 de 18h30 à 20h30.

    La permanence d’ADeTI est un moment d’accueil avec des bénévoles pour apprendre à utiliser un ordinateur sous GNU/Linux (Ubuntu, Linux Mint, Debian…)  mais aussi :

    • réparer les problèmes de logiciels sur son ordinateur
    • prendre des conseils pour choisir des logiciels alternatifs
    • différencier les logiciels libres utilisables pour répondre aux besoins
    • préserver et réfléchir sur ses usages (vie privée, éthique…)

    Mais c’est aussi un moment consacré pour :

    • partager des connaissances et échanger des savoirs
    • maîtriser les formats ouverts et la pérennité de ses documents
    • Confidentialité, intégrité et disponibilité des systèmes d’information
    • Diversité des alternatives
    • Indépendance

    Nous accueillons également des membres de l’association Touraine Data Network et A-Hébergement qui peuvent répondre aux questions concernant Internet, les réseaux et l’hébergement : connexion à Internet, alternatives aux « Box » et aux opérateurs/FAI commerciaux, Neutralité du Net, Vie Privée, Blog, Site Internet/Web…

    [FR Grenoble] Quatrième “Contrib’atelier” Framasoft - Le mardi 17 mars 2020 de 19h00 à 21h30.

    Fini la consommation, passons à la contribution !
    Que vous soyez familier du code ou novice du numérique, Framasoft vous propose de découvrir comment contribuer sur ses logiciels dans la convivialité et autour d’un apéro partagé.
    Une manière de contribuer aussi à la culture du libre !

    Rendez-vous lundi 17 mars à partir de 19h à La Turbine.Coop

    Les contrib’ateliers sont des événements conviviaux permettant de contribuer ou de s’initier ensemble aux logiciels libres et à la culture libre, notamment aux services proposés par Framasoft. Cet événement grenoblois, inspiré des succès lyonnais, toulousains et parisiens, est le second d’une série que l’on espère longue.

    Programme de l’atelier :

    Après un petit rappel sur l’importance de la contribution dans notre société de consommation, message porté par la campagne Contributopia de Framasoft, nous verrons les différentes façons techniques et non techniques de contribuer (en traduisant, amenant des suggestions, signalant un bug…), avant de mettre les mains à la pâte chacun sur le projet de son choix !

    Atelier ouvert à toutes et tous, celles et ceux qui maîtrisent le code ou qui n’y connaissent rien du tout ! Ceux qui ont assisté aux premiers ateliers ou aux p’tits nouveaux !
    Vous êtes tous bienvenu.e.s !
    Si vous le souhaitez, et si vous le pouvez, apportez quelque chose à boire ou à grignoter.

    POUR S’INSCRIRE C’EST ICI !

    Atelier organisé par Framasoft
    Atelier gratuit, ouvert à tous. Débutants bienvenus.
    Apportez votre ordinateur, sinon on vous en prête un.

    Framasoft, c’est une association d’éducation populaire, un groupe d’ami·es convaincu·es qu’un monde numérique émancipateur est possible, persuadé·es qu’il adviendra grâce à des actions concrètes sur le terrain et en ligne avec vous et pour vous !

    [FR Grenoble] Session Hack - Le mardi 17 mars 2020 de 19h00 à 23h00.

    Séance du mardi soir au LOGal.

    C’est ouvert à tout le monde, vous êtes les bienvenu.e.s

     N’hésitez pas à passer nous voir pour rencontrer nos membres, découvrir leurs projets ou participer!

    [FR Lyon] Atelier Libre D’Informatique du 4ᵉ - Le mardi 17 mars 2020 de 19h00 à 22h00.

    Après pre-inscription

    Installation de logiciels libres.

    Promotion du logiciel de généalogie « Ancestris ».

    Assistance à la migration vers une distribution Gnu/Linux.

    [FR Issoire] Permanence Logiciels Libres iLinux - Le mardi 17 mars 2020 de 19h30 à 22h30.

    iLinux (Association Issoire Linux) organise chaque mardi soir, de 19H30 à 22H30, une permanence Logiciels Libres / Linux ouverte à toutes et tous, membre de l’association ou non.

    Durant cette permanence, vous pourrez trouver des réponses aux questions que vous vous posez au sujet des Logiciels Libres et de (GNU/) Linux, ainsi que de l’aide pour résoudre vos problèmes d’installation, de configuration et d’utilisation de Logiciels Libres et de Linux.

    N’hésitez pas à apporter votre ordinateur, afin que les autres participants puissent vous aider.

    Une connexion Internet (Fibre optique) est disponible sur place, ainsi que les mises à jour pour les distributions GNU/Linux les plus courantes.

    L’association iLinux dispose de ses propres serveurs d’hébergement (cloud, mail, stockage etc), si vous le souhaitez vous pourrez vous inscrire pour commencer à utiliser nos services et être guidé pour votre première utilisation.

    Cette permanence a lieu à la Maison des associations (Salle Volga), 20 rue du palais, 63500 Issoire.

    Librement, iLinux.

    [FR Mourenx] Les alternatives aux logiciels propriétaires - Le mercredi 18 mars 2020 de 10h00 à 11h30.

    [FR Chambretaud] Présentation Logiciel Libre et LibreOffice - Le mercredi 18 mars 2020 de 10h00 à 12h00.

    Atelier de présentation de Logiciels Libres

    C’est quoi un logiciel libre ?

    Découverte et tests de logiciels (VLC, Firefox, Audacity, Kdenlive, Thunderbird, Keepass, Gimp, Darktable, etc)

    Initiation à LibreOffice

    [FR Nanterre] Atelier robotique - Le mercredi 18 mars 2020 de 14h00 à 16h00.

     Venez vous initier à la programmation avec Scratch et les robots Teksta (chien robot interactif) et YcooPublic: enfant de 8 ans et +

    Atelier animé par Anne Marie Mutombo, référente du cyber@cacias

    [FR Corbeil-Essonnes] Découverte de services en ligne avec des logiciels libres ou open source respectueux de nos vies privées. - Le mercredi 18 mars 2020 de 14h00 à 17h30.

    Services décentralisés et sécurisés.

    Venez découvrir des outils à utiliser via des services en ligne ou à héberger soi-même.

    Pour vos Mails, carnet d’adresse, agenda, et cloud, le partage de fichiers, vos recherches sur internet, la création de documents collaboratifs, la messagerie instantanée, la visioconférence…

    [FR Limoges] Firefox, l’allié de la confidentialité - Le mercredi 18 mars 2020 de 14h00 à 16h00.

    Utiliser Firefox et naviguer sans laisser de traces.

    Sur inscription sur place auprès des animateurs

    Renseignements au 05 55 45 96 53

    [FR Ramonville-Saint-Agne] Permanence d’accueil découverte et entraide à propos des logiciels libres - Le mercredi 18 mars 2020 de 14h00 à 18h00.

    Un samedi après-midi sur deux, de 14h à 18h, nous vous accueillerons si vous souhaitez vous informer sur les logiciels libres, applications et système d’exploitation.

    Nous pourrons vous aider à installer la distribution GNU/Linux de votre choix en solo ou en "double boot".

    Pour cela nous vous conseillons de venir plutôt en début d’après-midi, en ayant au préalable effectué une sauvegarde de vos données personnelles (Opération hautement recommandée de toutes façons !!)

    Également, accessible à partir de notre site ("nos listes") vous pouvez demander à être abonné à notre liste de discussion et d’entraide « linux31 » ouverte à tous.

    L’entrée est libre. Adhérer au CULTe n’est en aucune façon obligatoire.

    [FR Rennes] Do It Together Biology - Le mercredi 18 mars 2020 de 17h00 à 20h00.

    Laboratoires et ateliers libres et décomplexés de bidouilles, de techniques, de lectures, de musiques, de méthodologies, de cultures, de sciences…

    Lab0⋅bi0⋅p0p dans le cadre des activités du Kaouenn_Noz biohackerspaces

    Tous les mercredis c’est Do It Together Biology de 17h à 20h, biohacking pour les plus engagé⋅e⋅s

    Avec des logiciels libres, des œuvres libres, des radios, des micropipettes, des vidéos, des levures, ou des lichens.

    L’écologie, des jeux, des œuvres littéraires, de la programmation informatique, des expériences de biologie, des investigations dans le vivant, des causeries, de la couture…

    Avec des méthodes telles l’arpentage pour les lectures ou biopunk pour les manipulations. Il s’agit d’apprendre ensemble de choisir ensemble, de désassembler ce qui est compliqué pour le comprendre ensemble.

    [FR Beauvais] Sensibilisation et partage autour du Libre - Le mercredi 18 mars 2020 de 18h00 à 20h00.

    Le premier vendredi du mois, l’association propose une rencontre pour partager des connaissances, des savoir-faire, des questions autour de l’utilisation des logiciels libres, que ce soit à propos du système d’exploitation Linux, des applications libres ou des services en ligne libres.

    C’est l’occasion aussi de mettre en avant l’action des associations fédératrices telles que l’April ou Framasoft, dont nous sommes adhérents et dont nous soutenons les initiatives avec grande reconnaissance.

    [FR Lyon] Rencontre wikimédienne - Le mercredi 18 mars 2020 de 18h30 à 20h00.

    Rencontre ouverte à toutes et à tous, débutants ou non sur les projets wiki (wikipédia, wiktionnaire, commons…) autour d’un verre.

    [FR Grenoble] Install Party GNU/Linux - Le mercredi 18 mars 2020 de 19h00 à 22h00.

    Le but de cette rencontre est que les novices repartent à la fin de la soirée avec leur propre ordinateur fonctionnant sous un nouveau système d’exploitation libre, correctement installé, configuré et agrémenté de nombreux logiciels libres eux aussi.

    Au cours de ces réunions, les utilisateurs confirmés tentent de transmettre une partie de leur savoir aux novices, qui deviendront passeurs à leur tour. (Wikipédia ©).

    Merci de sauvegarder vos données si vous apportez votre machine!

    [FR Grenoble] Session Hack du mercredi - Le mercredi 18 mars 2020 de 19h00 à 23h00.

    Séance du mercredi soir au LOGal

    C’est ouvert à tout le monde, vous êtes les bienvenu.e.s

     N’hésitez pas à passer nous voir pour rencontrer nos membres, découvrir leurs projets ou participer!

    [FR Toulouse] Rencontres Tetalab - Le mercredi 18 mars 2020 de 20h30 à 23h30.

    Rencontre hebdomadaire des hackers et artistes libristes Toulousains.

    Ouvert au public tous les mercredi soir.

    Venez nombreux.

    [FR Martigues] Atelier sur la virtualisation des systèmes: Virtualbox - Le jeudi 19 mars 2020 de 16h00 à 18h00.

    L’U.L.L.M vous invite à l’atelier Virtualbox

    En 3 séances indépendantes et adaptées au public du moment.

    Animé par Marc.

    Jeudi 19 mars de 16h00 à18h00 à la MVA, salle des AG quai Lucien Toulmond 13500 Martigues.

     

    [FR Orléans] Open Atelier - Le jeudi 19 mars 2020 de 16h00 à 20h00.

    Tous les jeudis après-midi, les portes des ateliers de la Labomedia vous sont ouvertes pour accueillir la curiosité, l’envie d’apprendre et de partager, de pratiquer dans un cadre coopératif ce « numérique ».

    On peut ainsi y pratiquer le code informatique, le développement de jeux vidéos, la programmation d’automates, le traitement de texte, la fabrication d’objets, la création web, l’interaction audiovisuelle, le réseau et l’administration de serveurs, la manipulation du son et de l’image, la couture, la gravure, les radiofréquences, la réparation d’appareils, le recyclage du plastique…

    #hacklab #hackerspace #medialab #fablab #biolab #arduino #circuit-bending #processing #hacking #python #blender #fiducial #neutralité-du-net #midi #puredata #p2p2p #art-numérique #lulz #php #vlc #électronique #gnu-linux #multimedia #vjing #kinect #open-source #video-game #bit #internet #creative-commons #gif-annimés #wiimote #captation-de-mouvement #nodejs #design-génératif #inkscape #logiciel-libre #chatons #osc #solenoïde #rfid #qr-code #blockchain #pirate-box #respect-de-la-vie-privée #stop-motion #biofeedback #1337 #irc #data-moshing #point-cloud #javascript #freefriispray #dessin-algorithmique #objet-connecté #low-tech #ascii-art #scrath #lolcat #glsl #dmx #minitel #piano-à-roulette #django #deaddrops #cyberpunk #hexadecimal #light-painting #3d #singularité-téchnologique #ogg #libreoffice #bluetooth #format-C: #géolocalisation #C++ #gimp #infra-rouge #reprap #raspberry-pi #streaming #capteurs-sensoriels #petit-poney #chip #rtl-sdr #bot #scratch #EGG #réalité-augmentée #innovation-digitale #sauver-le-monde

    Et toujours le « bit de dieu » à 18h69

    Sans complexe ni formalisme, chacun est invité à présenter un projet en cours ou réalisé, une idée à collectiviser, une curiosité à assouvir, une lecture ou un visionnage à partager.

    Ouvert

    Ressources

    Pratique

    [FR Rezé] Groupes d’Entraide Mutuelle - Le jeudi 19 mars 2020 de 16h00 à 18h00.

    Accompagnement informatique

    Groupes d’Entraide Mutuelle :

    Comment passer son ordinateur sous Linux ? Comment installer son imprimante sous Linux ? Comment retrouver ses usages sur logiciels libres ? Comment fonctionne un ordinateur ? Comment entretenir soi-même son ordinateur ?
    Venez poser vos questions lors du GEM hebdomadaire ! Les adhérent-e-s et l’équipe de Nâga répondent aux questions de chacun-e sur le matériel, Linux et les Logiciels Libres.

    Tarif :

    • GEM pour 3 mois : 20 €
    • GEM pour 1 an : 50 € ou gratuit pour les personnes ayant adhéré à l’association avec l’acquisition d’un ordinateur.

    Horaire :

    [FR Mourenx] On installe Linux ! - Le jeudi 19 mars 2020 de 16h15 à 20h00.

    [FR Limoges] Projection-débat « La bataille du libre » de Philippe Borrel - Le jeudi 19 mars 2020 de 18h00 à 20h00.

    Bfm centre-ville, Auditorium Clancier, dans la limite des places disponibles.

    Désormais l’informatique est au cœur de presque toutes les activités humaines.

    A-t-elle contribué à faire de nous des citoyens plus autonomes ?

    Ou plutôt les consommateurs passifs d’un marché devenu total ?

    Sans que nous en ayons conscience, deux logiques s’affrontent aujourd’hui au cœur de la technologie.

    Projection suivie d’un échange avec le réalisateur.

    Renseignements au 05 55 45 96 53

    [FR Grenoble] Session Hack du jeudi - Le jeudi 19 mars 2020 de 18h30 à 23h00.

    Séance du jeudi soir au LOGal

    C’est ouvert à tout le monde, vous êtes les bienvenu.e.s

    N’hésitez pas à passer nous voir pour rencontrer nos membres, découvrir leurs projets ou participer.

    [FR Bordeaux] Jeudi Giroll - Le jeudi 19 mars 2020 de 18h30 à 20h30.

    Les membres du collectif Giroll, GIROnde Logiciels Libres, se retrouvent une fois par semaine, pour partager leurs savoir-faire et expériences autour des logiciels libres.

    Le collectif réalise aussi une webradio mensuelle, tous les seconds jeudis du mois, à retrouver en direct sur le site de Giroll.

    Ces rencontres sont ouvertes à tous.

    [FR Montpellier] Aprilapéro - Le jeudi 19 mars 2020 de 18h45 à 19h30.

    Un apéro April consiste à se réunir physiquement afin de se rencontrer, de faire plus ample connaissance, d’échanger, de partager un verre et de quoi manger mais aussi de discuter sur l’actualité et les actions de l’April.

    Un apéro April est ouvert à toute personne qui souhaite venir, membre de l’April ou pas. N’hésitez pas à venir nous rencontrer.

    Régulièrement Montpel’libre relaie et soutient les actions de L’April. De nombreux Apriliens ont par ailleurs rejoint les rangs de Montpel’libre, sans doute lors d’Apéro April, d’AprilCamp ou des Rencontres Mondiales du Logiciel Libre qui ont eu lieu à Montpellier.

    Nous vous invitons donc à venir nous rejoindre dans une ambiance conviviale, à partager cet apéro, chacun apporte quelque chose, boissons, grignotages… et on partage.

    Au programme des discussions :

    • Pacte du Logiciel Libre Candidats.fr, Montpel'libre lance sa campagne
    • Pacte pour la Transition

    Les Aprilapéro Montpellier ont lieu le 3ᵉ jeudi de chaque mois de 18h45 à 19h30.

    Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

    Cet événement vous est proposé dans le cadre du partenariat qui lie le DoTank, l’April et Montpel’libre.

    Tramway lignes 1, 2, 3 et 4, arrêts Gare Saint-Roch
    GPS Latitude : 43.60285 | Longitude : 3.87927

    [FR Lyon] Entraide et bidouille - Le jeudi 19 mars 2020 de 19h00 à 22h00.

    Les membres de l’ALDIL proposent leur aide pour faciliter votre utilisation des logiciels libres et enrichir leurs connaissances en retour.

    Vous pouvez indiquer le but de votre venue par avance en nous rejoignant sur :
    - Framateam (chat) : chatter-avec-l-aldil
    - la liste Entraide (« forum par e-mail ») : entraide-by-aldil

    [FR Montpellier] Permanence FSFapéro - Le jeudi 19 mars 2020 de 19h30 à 20h15.

    Afin de se rencontrer, d’échanger et de faire plus ample connaissance, Montpel’libre lance de nouvelles rencontres surnommées les FSFapéros-FSFE. C’est l’occasion pour les neurones de toute part de se réunir physiquement pour discuter, échanger et partager un verre et de quoi grignoter.

    Les FSFapéros-FSFE auront lieu tous les 3ᵉ jeudis de chaque mois. Ils sont l’occasion de discussions informelles d’une part et de discussions plus sérieuses sur les différents thèmes d’importance et les différentes actions et campagnes en cours.

    Tout le monde est invité et peut venir aux FSFapéros-FSFE, qu’on soit contributeur de longue date, simple intéressé-e par les sujets que défend la Free Software Foundation Europe, ou nouvel-le arrivant-e cherchant à participer davantage. N’hésitez pas à amener vos amis et à leur faire découvrir la Free Software Foundation, la FSFE et Montpel’libre.

    Peuvent être aussi abordées des questions sur Les exégètes amateurs ou Open Law.

    Au programme des discussions :

    • Libre Planet 2020
    • FSF & GNU

    Les FSFapéros (FSFE) Montpellier ont lieu le 3ᵉ jeudi de chaque mois de 19h30 à 20h15

    Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

    Cet événement vous est proposé dans le cadre du partenariat qui lie le DoTank, la Free Software Foundation, la FSFE et Montpel’libre.

    Tramway lignes 1, 2, 3 et 4, arrêts Gare Saint-Roch
    GPS Latitude : 43.60285 | Longitude : 3.87927
    Carte OpenStreetMap

    Jeudi 19 mars 2020 de 19h30 à 20h15 (3ᵉ jeudi de chaque mois)
    DoTank - 2, rue du Pavillon, 34000 Montpellier

    [FR Paris] Soirée de Contribution au Libre - Le jeudi 19 mars 2020 de 19h30 à 22h00.

    Parinux propose aux utilisateurs de logiciels libres de se réunir régulièrement afin de contribuer à des projets libres. En effet, un logiciel libre est souvent porté par une communauté de bénévoles et dépend d’eux pour que le logiciel évolue.

    Nous nous réunissons donc tous les jeudis soir dans un environnement propice au travail (pas de facebook, pas de télé, pas de jeux vidéos, pas de zombies).

    Vous aurez très probablement besoin d’un ordinateur portable, mais électricité et réseau fournis.

    En cas de difficulté, vous pouvez joindre un des responsables de la soirée, Emmanuel Seyman (emmanuel (at) seyman.fr), Paul Marques Mota mota (at) parinux.org, ou Magali Garnero (Bookynette) tresorier (at) parinux.org.

    Pour obtenir le code d’entrée de la porte cochère, envoyez un mail au responsable.

    On peut amener de quoi se restaurer (Franprix, 8 rue du Chemin Vert, ferme à 22h)

    Regazouillez sur Twitter - Wiki des soirées

    Programme non exhaustif

    • Fedora (sa traduction)
    • Parinux, ses bugs et son infrastructure
    • April… y a toujours quelque chose à faire
    • Open Food Facts/ Open Beauty Facts, sa base de données, ses contributeurs, sa roadmap
    • Schema racktables, son code
    • Agenda du Libre, mise à jour et amélioration du code
    • Ubuntu-Fr, son orga, ses événements
    • En vente libre, maintenance et commandes
    • Open street map, une fois par mois
    • Linux-Fr sait faire
    • en vente libre

    tout nouveau projet est le bienvenu.

    Tous les 1ᵉʳˢ jeudis => L’association ouvre-boite organise une réunion pour ses membres.

     Tous les 3ᵉ jeudis, dès 18h45, le groupe de travail Sensibilisation de l’April se réunit pour réfléchir à mieux communiquer vers le grand public.

    Tous les 4ᵉ jeudis, des membres de Framasoft organisent des contrib'atliers et vous invitent à venir participer, tester ou améliorer des logiciels libres!!

    [FR Montpellier] Quadrapéro - Le jeudi 19 mars 2020 de 20h15 à 21h00.

    Afin de se rencontrer, d’échanger et de faire plus ample connaissance, Montpel’libre lance de nouvelles rencontres surnommées les Quadrapéros. C’est l’occasion pour les neurones de toute part de se réunir physiquement pour discuter, échanger et partager un verre et de quoi grignoter.

    Les Quadrapéros auront lieu tous les 3ᵉ jeudis de chaque mois. Ils sont l’occasion de discussions informelles d’une part et de discussions plus sérieuses sur les différents thèmes d’importance et les différentes actions et campagnes en cours.

    Tout le monde est invité aux Quadrapéros, qu’on soit contributeur.rice de longue date, simple intéressé.e par les sujets que défend la Quadrature, ou nouvel.le arrivant.e cherchant à participer davantage. N’hésitez pas à amener vos amis et à leur faire découvrir La Quadrature et Montpel’libre.

    Peuvent être aussi abordées des questions sur Les exégètes amateurs ou Open Law.

    Au programme des discussions :

    • Loi HAINE
    • Reconnaissance faciale

    Les Quadrapéros Montpellier ont lieu le 3ᵉ jeudi de chaque mois de 20h15 à 21h00.

    Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

    Cet événement vous est proposé dans le cadre du partenariat qui lie le DoTank, la Quadrature, Montpel’libre et API : Action of Public Interest

    Tramway lignes 1, 2, 3 et 4, arrêts Gare Saint-Roch
    GPS Latitude : 43.60285 | Longitude : 3.87927
    Carte OpenStreetMap

    Jeudi 19 mars 2020 de 20h15 à 21h00 (3ᵉ jeudi de chaque mois)
    DoTank - 2, rue du Pavillon, 34000 Montpellier

    [FR Montpellier] Atel’libre Godot Game Engine - Le vendredi 20 mars 2020 de 14h00 à 20h00.

    Vous êtes cordialement invités à l’atelier Godot nouveau concept de 14h jusqu’à 20h, voire plus si on est motivé à poursuivre.
    Chacun vient à l’heure qui lui convient, pour la durée qu’il veut…

    Le thème du jour et pour faire suite au mois précédent : jeu 3D multijoueur en first person view suite, voir vidéo des personnages et de l’esprit ici, le tout sur blender et sur le site du graphiste créateur.

    Comme d’habitude, ceux qui connaissent peuvent venir avec leurs projets pour avancer ensemble sur ce qu’ils souhaitent (2D ou 3D), et les nouveaux qui ne connaissent pas encore Godot, viennent aussi quand ils veulent :

    • le début de l’après-midi sera en mode « libre », chacun se greffe par exemple sur un projet et on apprend sur le tas (débutant aussi) dans le style « Game Jam » ;
    • vers 17h30 s’il y a une demande, une initiation « guidée » sera transmise à ceux qui le souhaitent ;
    • la suite de la soirée redevient libre.

    Comme d’habitude on peut amener à boire et quelques choses à grignoter ce que l’on veut sur place.

    Cet atelier est à vocation pratique donc venez avec votre ordinateur, si vous pouvez, sinon on en aura quelques-uns à disposition sur place.

    Godot est un moteur de jeu multiplateforme capable de rendus 2D et 3D. Il est depuis janvier 2014 ouvert au public et disponible sous licence MIT, ce qui fait de lui un logiciel libre.

    En tant qu’outil de création de jeux vidéo, Godot couvre de nombreux aspects de leur réalisation. L’utilisateur de Godot a la possibilité d’importer du contenu (images, son, modèles 3D), de créer des animations, de programmer le comportement de différents éléments du jeu grâce à un langage de script, de soumettre des objets à une physique (forces, collisions), de placer des sources de lumière, de créer un niveau constitué de tuiles (tiles) au sein de l’éditeur, etc.

    Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

    Tramway lignes 1, 2 et 4 arrêt Corum
    GPS : Latitude : 43.61730 | Longitude : 3.88173
    Carte OpenStreetMap

    Vendredi 20 mars 2020 de 14h00 à 20h00 (3ᵉ vendredi du mois)
    9, rue de la Poésie 34000 Montpellier

    [FR Béziers] Permanence accompagnement personnalisé - Le vendredi 20 mars 2020 de 15h00 à 17h30.

    La salle de formation ouvre ses portes sans rendez-vous aux permanences, entre 15h00 et 17h30, hors vacances scolaires.

    Vous serez assistés sur les ordinateurs de la salle ou sur votre matériel personnel (PC, tablette, smartphone, appareil photo numérique).

    Poser des questions sur le fonctionnement de votre matériel, ou sur l’utilisation de logiciels (système d’exploitation, traitement de texte, messagerie…) ou de services en ligne.

    Si vous souhaitez vous initier ou vous perfectionner sur LibreOffice ou Gimp, sur des connaissances de bases sur GNU/Linux, dépannages de base, installations, prises en mains…

    Bus ligne 3, arrêt Trinité
    GPS Latitude : 43.34754 | Longitude : 3.22244
    Carte OpenStreetMap

    Vendredis 6, 13, 20 et 27 mars 2020 de 15h00 à 17h30
    Médiathèque André Malraux - Place du 14 juillet 34500 Béziers

    [FR Martigues] Permanence de l’U.L.L.M - Le vendredi 20 mars 2020 de 16h00 à 18h00.

    L’U.L.L.M vous invite à leur permanence d’acteurs du Libre local.

    Vendredi 20 mars 2020 de 16h00 à 18h00, à la Maison de la Vie Associative quai Lucien Toulmond 13500 Martigues.

    C’est l’occasion de nous rencontrer pour connaître nos activités et service, avoir de l’aide sur un logiciel libre, ou simplement discuter avec nous.

    Venez nombreux.

    [FR Montpellier] Atel’libre Emacs - Le vendredi 20 mars 2020 de 18h00 à 20h00.

    Venez découvrir l’éditeur Emacs, un éditeur de texte extensible, paramétrable et auto-documenté, l’un des logiciels phares du système GNU/Linux.

    Si vous êtes rédacteur ou blogueur, si vous souhaitez conserver vos textes dans des archives bien construites ou si vous pensez qu’il est plus logique de trouver plus facilement l’information dans votre propre ordinateur que sur internet, alors cet atelier est peut-être fait pour vous.

    Découvrez comment s’en servir et graduellement, comment l’adapter pour des prises de notes et des rédactions.

    Une inscription préalable est nécessaire pour participer à ces permanences. Elles sont ouvertes en priorité aux adhérents à jour de cotisation auprès de Montpel’libre… Elles sont proposées dans le cadre des différents partenariats qui lient le Club de la Presse Occitanie à Montpel’libre.

    Tramway lignes 1 et 3, arrêts Port-Marianne et Rives du Lez
    GPS Latitude : 43.603095 | Longitude : 3.898166

    [FR Beauvais] Traitement photographique avec Darktable - Le samedi 21 mars 2020 de 09h30 à 12h00.

    darktable est un logiciel Open Source de traitement photographique qui permet de cataloguer ses photographies numériques et d’y appliquer des corrections et effets divers à ces images.

    Il autorise également le contrôle en temps réel d’appareil photographique numérique (APN) connecté par un câble à un ordinateur.

    Site du logiciel : https://darktable.fr

    [FR Lyon] Usages de la cartographie interactive - Le samedi 21 mars 2020 de 09h30 à 12h30.

    Animé par l’association Altercarto

    L’EPN des rancy vous propose une série d’ateliers proposée par Altercarto visant à découvrir et à mettre en pratique, de manière accessible et accompagnée, les usages de la cartographie interactive.

    À l’aide de plusieurs outils libres (SuiteCairo, uMap) et en mobilisant différents types de données (statistiques, expérientielles ou documentaires), les ateliers prendront la forme d’une enquête exploratoire collective autour d’un thème choisi avec les participant•e•s, à laquelle ils•elles apporteront leur contribution directe (questionnements, connaissances, expertise).

    Une réelle motivation à participer à un travail en commun et à explorer des cartes et des données dans une démarche d’enquête collective est recommandée.

    [FR Béziers] Wikipermanence - Le samedi 21 mars 2020 de 10h00 à 12h00.

    Une Wikipermanence est une rencontre physique entre des Wikipédiennes et Wikipédiens chevronné·es et de nouveaux ou futurs Wikipédiens qui souhaitent acquérir des connaissances et des conseils sur le fonctionnement de Wikipédia.
    Cette Wikipermanence est faite pour répondre aux questions, permettre des démonstrations, offrir une aide aux premiers pas et permettre un suivi.

    Mais aussi, pour acquérir des connaissances et des conseils sur le fonctionnement de l’encyclopédie en ligne Wikipédia et du guide touristique collaboratif Wikivoyage. Montpel’libre sera présente en salle de formation pour répondre à vos questions, faire des démonstrations, vous offrir une aide aux premiers pas et assurer un suivi.

    Permanence Wikipédia, Wikivoyage.

    Alors, venez participer aux rendez-vous des Wikipermanences de Béziers qui ont lieu à la médiathèque de Béziers, le dernier samedi de chaque mois, de 10h00 à 12h00.

    Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

    Cet événement vous est proposé dans le cadre du partenariat qui lie la Médiathèque de Béziers, l’IUT de Béziers et Montpel’libre.

    Samedi 21 mars 2020 de 10h00 à 12h00 (dernier samedi de chaque mois)
    Médiathèque André Malraux - Place du 14 juillet 34500 Béziers

    [FR Béziers] Rencontre OpenStreetMap (HérOSM) - Le samedi 21 mars 2020 de 10h00 à 12h00.

    Ces rencontres mensuelles se veulent être des instants conviviaux pour faire un compte-rendu des activités du mois précédent, mais aussi pour présenter les opérations et rendez-vous à venir que proposent les groupes HérOSM. Naturellement, elles sont également ouvertes à tout public.

    Si vous avez des propositions n’hésitez pas à compléter la page dédiée.

    Déroulement de la rencontre
    Nous vous présenterons les projets en cours, nous vous proposerons de contribuer, faire de la production de données.
    N’oubliez pas vos ordinateurs portables pour la séance de saisie !

    Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

    Cet événement vous est proposé dans le cadre du partenariat qui lie la Médiathèque de Béziers, OpenStreetMap et Montpel’libre.

    Bus ligne 3, arrêt Trinité
    GPS Latitude : 43.34754 | Longitude : 3.22244
    Carte OpenStreetMap

    Samedi 21 mars 2020 de 10h00 à 12h00 (dernier samedi de chaque mois)
    Médiathèque André Malraux - Place du 14 juillet 34500 Béziers

    [FR Quetigny] Fête du logiciel libre et install party - Le samedi 21 mars 2020 de 10h00 à 16h30.

    Le printemps est une saison de douceur, de vitalité et de renouveau, c’est le moment idéal pour faire le grand ménage sur son ordinateur. Avec la bibliothèque de Quetigny, l’association COAGUL, de nombreux et nombreuses bénévoles vous offrent une journée d’accompagnement pour découvrir des logiciels libres et libérant. Ils peuvent vous servir dans toutes les tâches informatiques quotidiennes mais aussi dans des travaux délicats exceptionnels.

    Toute la journée nous vous aidons dans l’installation d’un système d’exploitation libre en remplacement, ou côte à côte, de votre système d’exploitation privateur de liberté, tout moche et tout pourri qui vous est imposé à l’achat de votre ordinateur.

    En continu de 10h à 16h30, vous pourrez assister à 2 micro-présentations de 15 minutes :

    • l’histoire et les généralités sur ce qu’est un logiciel libre : présentée par l’association COAGUL
    • présentation de la cryptomonnaie (monnaie numérique) libre G1, basée sur le logiciel Duniter : présentée par le groupe dijonnais d’utilisateurs et d’utilisatrices de la monnaie libre G1

    Venez avec votre « ordinateur » (ordiphone, smartphone, tablette, ordinateur fixe ou ordinateur portable), repartez gratuitement avec GNU/Linux ou d’autres logiciels libres (The Gimp, Inkscape, VLC, Firefox, Thunderbird, LibreOffice, Tor, uBlock origin…) installés et configurés !

    Venez avec votre clé USB, repartez gratuitement avec une version de GNU/Linux mobile prête à être utilisée sur n’importe quel ordinateur, ou repartez avec des logiciels libres à installer chez vous ou chez vos proches !

    Venez avec quelques choses à partager, à boire, à manger, votre savoir, repartez gratuitement avec le plein de connaissances !

    [FR Nanterre] Install Partie - Le samedi 21 mars 2020 de 10h00 à 12h00.

    Le centre social et culturel Parc en Ciel propose une install partie d’une distribution (système d’exploitation et logiciels libres) avec le collectif Emmabuntus et le réseau des médiathèques de la ville.

    C’est ouvert à tous.

    Apportez vos ordinateurs pour leur donner une seconde vie!

    [FR Caen] Install Party / Rencontre Monnaie Libre - Le samedi 21 mars 2020 de 10h00 à 18h00.

    Pour la première fois, l’association Calvix s’associe à Artifaille dans le cadre d’une install-party / rencontre monnaie libre à l’occasion du libre en fête.

    La structure Relais d’Sciences nous accueil au sein du Dôme pour l’occasion.

    Lors d’une après-midi conviviale, venez passer votre ordinateur sous linux, échanger avec nous sur les sujets de l’informatique libre, du logiciel libre, de la monnaie libre, ou de tout autre sujet autour du libre et de l’informatique éthique.

    Ou venez simplement faire connaissance avec les acteurs du libre de Caen et sa région.

    Pour vous inscrire, rendez-vous ici : https://attendee.artifaille.fr/?event_id=437

    [FR La Roche-sur-Yon] Libre en Fête en Vendée - Le samedi 21 mars 2020 de 10h00 à 17h00.

    Les libristes Vendéens vous invitent à venir discuter Linux, logiciels libres et vie privée le 21 mars à la Loco Numérique.

    Le programme est provisoire et volontairement informel de façon à laisser à chacun la liberté de trouver et proposer ce qu’il a envie d’y retrouver

    • Ateliers vie privée
    • Install Party Linux
    • Projection du documentaire « Internet, aliénation ou émancipation »
    • Discussion autour des logiciels libre
    • Atelier Linux et téléphone portables (Pinephone, /e/)
    • Pique-nique libre (chacun amène quelque chose à manger et à partager : quiche, chips, salade…)

    Venez comme vous êtes, entrée libre et gratuite.

    [FR Toul] Données personnelles, identité numérique : si on en parlait - Le samedi 21 mars 2020 de 10h00 à 12h00.

    Atelier de sensibilisation autour des données que nous laissons en naviguant sur le Web.

    Qu’est-ce qu’une donnée personnelle, un cookie…

    Comment limiter ses traces…

    [FR Murbach] Réunion informatisée - Le samedi 21 mars 2020 de 13h30 à 18h00.

    L’association LUG68 vous invite à sa prochaine réunion informatisée mensuelle, le samedi après-midi à Murbach-près-Guebwiller, où vous pouvez venir avec votre machine, portable ou fixe pour :

    • installer GNU/Linux à côté ou en remplacement de votre système existant
    • demander de l’aide sur un logiciel libre (toute plateforme)
    • découvrir un tas de logiciels libres, fonctionnels et puissants !

    Pour ceux qui viennent avec une tour, nous avons des écrans VGA sur place et un charriot pour transporter le matériel au 2ᵉ étage avec l’ascenseur.

    Pensez simplement à ramener clavier, souris, et câble réseau RJ45 !

    Côté fonctionnement, nous ne faisons pas de formation informatique à proprement parler : chacun vient avec ses besoins et/ou désirs, et avance à son rythme, en sollicitant l’aide des membres présents, dans une ambiance chaleureuse et conviviale !

    Tous les autres détails sont sur notre site internet (rubrique débutants) !

    À noter que le Domaine Langmatt est un hôtel-restaurant situé tout en haut de Murbach (800m d’altitude), dans la forêt : il faut dépasser la célèbre abbaye de Murbach, et continuer jusqu’au bout de la route, cf. carte OpenStreetMap.

    Le bâtiment qui nous accueille est à gauche, et la salle au 3ᵉ étage !

    [BE Liege] Café Crypté - atelier d’autodéfense numérique - Le samedi 21 mars 2020 de 13h30 à 17h30.

    Le Café crypté est un moment collectif qui se tient chaque mois durant lequel nous tentons résolument de limiter la casse dans notre utilisation des outils numériques et connectés.

    Internet pourrait-il encore être une utopie ? Le Café n’est pas définitif sur la question, mais il est clair que si certaines personnes choisissent de l’utiliser, autant se protéger au mieux.

    Le Café tente de lever le voile sur les motifs et stratégies de vol et d’exploitation de nos données privées par la surveillance de masse des GAFAM. Il cherche à partager les pratiques d’autodéfense numérique afin de s’en prémunir.

    Il est technique mais pas excluant, il est politique mais pas partisan, il est complexe mais pas compliqué et, bien sûr, il est collaboratif mais pas contraignant.

    Le Café se déroule tous les troisièmes samedi du mois, débute à 13h30 et se termine généralement vers 17h30. Venez quand vous voulez, l’espace et le bar sont ouverts.

    Pour toute question ou informations : crypto@barricade.be

    Les documents en cours de production :

    cloud.domainepublic.net/bawet/s/DjXxt79JQ2XeMcD

    [FR Dourdan] Permanence hebdomadaire Monnaie Libre - Le samedi 21 mars 2020 de 14h00 à 15h00.

    La première « Permanence Monnaie Libre » vous accueille tous les samedis de 14h00 à 15h00 à Dourdan (Essonne 91).

    organisé toutes les semaines par Vit.

    C’est la cave à bière et cidres « BeerZ » qui a la gentillesse de m’accueillir ! La seule contre-partie est de prendre une consommation si vous venez (en UNL).

    L’établissement vend 5 bières par semaine en Ğ1, max une bière par jour.

    J’ai des flyers et peut faire des démos minutes.

    Je vous demande donc de faire passer le mot sur les réseaux sociaux.

    A bientôt devant une bière artisanale, un cidre artisanal ou un jus de fruit !

    BeerZ, 17 Rue Haute Foulerie, 94410 DOURDAN

    • Gare RER-C
    • A 10 Sortie n° 10 Dourdan
    • Parkings en bord de rue, à proximité du centre-ville en une minute à pied de l'entrée du château

    site de la monnaie libre G1 / Duniter

    https://duniter.org/fr/monnaies-libres/

    comment certifier de nouveaux membres:

    https://duniter.org/fr/toile-de-confiance/certifier-de-nouveaux-membres/

    la licence g1:

    https://duniter.org/fr/monnaie-libre-g1/licence-g1/

    le forum

    https://forum.monnaie-libre.fr/

    sujet de la permanence pour annoncer sa venue

    https://forum.monnaie-libre.fr/t/permanences-hebdomadaires-monnaie-libre-a-dourdan-91/6015

    site personnel de Vit: vit.free.fr

    [FR Courbevoie] Atelier. Mon nouveau site web - Le samedi 21 mars 2020 de 14h00 à 18h30.

    L’association StarinuX  organise l’atelier :

    MON NOUVEAU SITE WEB, introduction au langage PHP

    • LE PROGRAMME:

    Laissons l’animateur Dominique nous l’exposer :
    Sur la base du moteur de site fourni, nous finaliserons le site web, en personnalisant ses données générales, en construisant ses pages avec un des 4 langages du web :

    PHP (PHP Hypertext Processor) création de pages Web dynamiques interactives.
    Introduction au langage PHP : exemple du moteur du site Web.
    Explication du contenu de ce fichier d’index que l’on peut appeler d’une certaine manière, "le fichier-maître-unique" constituant la structure du site.
    Nous serons guidés par les indications d’erreurs PHP, envoyées par le serveur à notre demande pour étudier successivement les différents composants du moteur du site :

    • les fichiers contenant les données, générales du site, des pages et des fonctions PHP.
    • les fichiers stand-alone qui exécutent des fonctions propres à PHP, telles l’envoi de mails ou la communication avec la base de données.

    Travail en ligne dans l’espace d’un hébergeur, chacun aura son répertoire propre. À la fin de l’atelier, les participants repartiront avec leur travail zippé.

    NIVEAU & PRÉ-REQUIS:

    Débutant, cet atelier est conseillé à tous celles et ceux qui ont le projet de créer leur propre site Web, et avant, d’en comprendre les principes.

    Comme à l’accoutumée, une participation de 20€ est demandée (10€ personne privée d’emploi), valable un an pour de plus de 10 ateliers.

    Au plaisir de votre venue samedi 21 avril, Bien à vous.

    Le chargé événementiel de StarinuX

    [FR Strasbourg] Libérons-nous du pistage - Le samedi 21 mars 2020 de 14h00 à 17h00.

    Lors de cet atelier, des bénévoles d’Alsace Réseau Neutre, vous proposent différents parcours pour reprendre le contrôle sur vos données numériques en vous accompagnant dans l’adoption de solutions alternatives à vos usages numériques courants.

    Les parcours au choix:

    • configurer votre navigateur et découvrir des services numériques éthiques
    • découvrir et installer Linux (Install Party)
    • prendre en main la solution d’auto-hébergement YunoHost (inscription obligatoire)
    • installer et configurer LineageOS sur votre smartphone (inscription obligatoire)

    Si possible, amenez votre ordinateur (et/ou autre équipement que vous utilisez le plus).

    Les parcours « configurer votre navigateur » et « Install Party » s’inscrivent dans le cadre du Certificat d’Émancipation Numérique.

    Les 2 autres parcours sont liés au Certificat de Contribution Numérique, un cycle de formation complémentaire.

    — Public: adultes et adolescents de plus de 16 ans
    — Tarif: Gratuit
    — Inscription: https://arn-fai.net/inscription

    [FR Joigny] Présentation des logiciels libres et de Linux - Le samedi 21 mars 2020 de 14h00 à 18h00.

    Dans le cadre de l’opération nationale « Libre en fête », Scani nous invite dans ses locaux de Joigny pour faire une présentation des logiciels libres et de Linux.

    [FR Schiltigheim] Install Party Linux - Le samedi 21 mars 2020 de 14h00 à 17h00.

    Votre ordinateur tourne sous Windows 7, Vista ou XP ? Vous êtes déjà utilisateur des logiciels Firefox ou LibreOffice sous Windows ou Mac ? L’échange de connaissances ça vous branche ? Votre système actuel ne vous satisfait plus, il est lent et virussé ? Il est temps pour vous d’adopter un  Linux !

    La fin de support de Windows 7 est arrivé à son terme le 14 janvier 2020, celui d’XP étant déjà enterré depuis avril 2014 et celui de Vista depuis avril 2017. Depuis ces dates Microsoft ne fournit plus aucune mise à jour de sécurité pour ces versions respectives de Windows. Cependant ce n’est pas parce que Windows 7 est mort que votre machine l’est, comme le laisse à penser le message alarmiste de Microsoft que les utilisateurs ont pu recevoir. Votre PC est très certainement apte à vivre encore quelques années avec un système Linux plus léger ! De plus, à l’heure où le climat s’emballe et où la pression sur les ressources de notre planète s’accroît, retarder et rationner l’achat de nouveaux matériels devient une nécessité !

    Pour vous accompagner dans la transition, l’association Desclicks – L’Informatique Solidaire organise le samedi 21 mars de 14h à 17h une Install Party Linux dans ses locaux du 3 rue St Paul. Au cours de l’Install Party vous pourrez tester un système Linux directement sur votre ordinateur et apprendre à l’installer avec l’aide des bénévoles engagés dans l’association. Pensez tout de même à faire vos sauvegardes de données avant de venir !

    Une distribution Linux – Ubuntu ou LinuxMint par exemple – est un ensemble de programmes permettant de faire fonctionner rapidement votre ordinateur en utilisant moins de ressources que peuvent le faire les alternatives commerciales comme Windows 7 ou Windows 10. Ces distributions vous permettent de travailler directement avec des outils Libres : LibreOffice pour la bureautique, Firefox pour Internet et Thunderbird pour vos mails. Un système Linux vous permet d’accéder à l’ensemble des sites Internet dont vous avez l’habitude (Google, Facebook, Yahoo, Orange, Leboncoin…) même si là aussi des alternatives existent et peuvent vous être proposés si vous êtes sensible au respect de votre vie privée.

    De nombreux programmes sont également installables facilement via une logithèque intégrée (comme sur Android ou iOS). La majeure partie des programmes intégrés et disponibles via la logithèque sont Libres. Cela signifie qu’ils offrent à chacun les libertés d’utiliser, d’étudier, de (re)distribuer et de modifier leur fonctionnement afin de les améliorer.

    En choisissant d’installer une distribution Linux sur votre ordinateur vous optez pour une informatique plus éthique, ouverte et durable.

    [FR Mantes-la-Jolie] TSL Mantois - Le samedi 21 mars 2020 de 14h00 à 18h00.

    Chaque troisième samedi du mois, l’espace culturel multimédia Le Chaplin à Mantes-la-Jolie ouvre ses portes tout l’après-midi et propose des ateliers d’émancipation numérique.
    Ça parle de logiciel libre, de protection de la vie privée, de neutralité du Net, d’auto-hébergement.

    L’entrée est libre et gratuite.

    Au programme:

    Install-party

    Venez avec votre vieil ordinateur pour lui redonner vie en installant GNU/Linux à la place de Windows.

    Café vie privée

    Posez vos questions pour découvrir différents moyens de protéger votre vie privée numérique.

    Atelier tails

    Transformez votre clef USB avec Tails, un outil facile à utiliser pour protéger sa vie privée même sur l’ordinateur de quelqu’un d’autre.

    La brique Internet

    Découvrez un petit boitier qui respecte la neutralité du Net et qui facilite l’auto-hébergement.

    [FR Mourenx] Utiliser le logiciel LibreOffice Draw pour créer une affiche, un flyer - Le samedi 21 mars 2020 de 14h30 à 16h00.

    [FR Ivry sur Seine] Cours de l’École du Logiciel Libre - Le samedi 21 mars 2020 de 14h30 à 18h30.

    Présentation de l’E2L

    Quel est le rôle de l’école du logiciel libre ?

    Tout d’abord, ce n’est pas une école comme les autres. Elle n’a pas d’établissement fixe, pas de cours de récréation, pas de carte d’étudiant, ni de diplôme de fin d’année.

    Comme toutes les écoles, son rôle est d’apprendre à ses élèves les logiciels libres, c’est-à-dire :

    • comment en trouver de bons parmi les nombreux sites qui en proposent,
    • comment en prendre possession en fonction des licences,
    • comment les installer en fonction de ses besoins,
    • comment les tester et les utiliser,
    • comment en comprendre le fonctionnement pour ensuite les modifier,
    • comment écrire ses propres logiciels libres.

    En fait, l’école du logiciel libre est une université populaire, comme celles qui ont vu le jour en France à partir du 19ᵉ siècle, et dont le but est de transmettre des connaissances théoriques ou pratiques à tous ceux qui le souhaitent. Et pour atteindre ce but, sa forme juridique est de type « association à but non lucratif ».

    Comment fonctionne l’école ?

    Cette école étant une association, elle possède, comme toutes les autres, un bureau, élu chaque année en assemblée générale, pour l’administrer. Mais elle a aussi des responsables pédagogiques dont le rôle est essentiel, car ce sont eux qui établissent les programmes des cours en fonction des souhaits des adhérents, valident les candidatures des enseignants et affectent les sessions.

    Les membres du bureau et les responsables pédagogiques forment « l’encadrement de l’école ». Tous les membres « encadrants » doivent être membres de l’association.

    Les locaux où se déroulent les cours seront ceux que l’on veut bien nous prêter : une salle des fêtes, un théâtre, une salle de réunion publique, un amphi dans une école publique, ou autre.

    Les thèmes des cours sont définis par les adhérents en fonction de leurs envies, de leurs besoins. Les cours sont ensuite décidés par les responsables pédagogiques de l’école en fonction des enseignants disponibles.

    Afin de permettre au plus grand nombre de participer et d’assister aux cours, les sessions se tiennent essentiellement le samedi. Une première de 9h à 13h, et une autre de 14h30 à 18h30.

    Programme détaillé sur le site http://e2li.org

    [BE Boussu] Pourquoi et comment sécuriser son réseau wifi ? - Le samedi 21 mars 2020 de 15h00 à 18h00.

    De nos jours, les fuites d’informations depuis les entreprises ou pire encore depuis les ordinateurs personnels, sont journalières. Dès lors plus personne n’est à l’abri, il est donc important d’avoir un Wifi sécurisé.

    Mot de passe, DHCP, SSID, Chiffrage, WPS, filtrage des MAC Adresses, DMZ, UpnP, Ping entrant… autant de termes barbares qui nous serons utiles pour sécuriser notre réseau. De nos jours, les fuites d’informations depuis les entreprises ou pire encore depuis les ordinateurs personnels, sont journalières. Dès lors plus personne n’est à l’abri, il est donc important d’avoir un Wifi sécurisé.

    Bien entendu, l’atelier traitera comme toujours les aides, questions et réponses pour des installations et configurations de logiciels libres.

    [FR Nantes] Permanences Linux - Le samedi 21 mars 2020 de 15h00 à 18h00.

    Les permanences de Mars 2020 auront lieu les :

    samedi 14 et 21 mars 2020 de 15h à 18h dans l’aile du local associatif « Bellamy 17 »-> https://www.linux-nantes.org/Comment-se-rendre-au-local.html

    Au plaisir de vous voir à l’une de ces dates.

    [FR Paris] Libérés, délivrés ? Les logiciels libres sont-ils une véritable alternative ? - Le samedi 21 mars 2020 de 15h00 à 18h00.

    Fournisseur d’électricité 100% renouvelable et coopératif, Enercoop porte une vision de société, à travers sa promotion de la transition énergétique citoyenne. En ce sens, Enercoop mène un cycle de débats dénommé :

    « Ça deb’watt ! Les débats d’Enercoop vous éclairent »

    Nous vous invitons à notre cinquième débat le samedi 21 mars après-midi consacré au thème suivant :

    Libérés, délivrés ? Les logiciels libres sont-ils une véritable alternative dans le monde du numérique ?

    Pour cette cinquième édition, le format évolue : le débat sera précédé d’une projection du documentaire "La bataille du Libre", de Philippe Borrel.

    Les places sont limitées, inscription nécessaire !

    Depuis sa création, Enercoop s’est construit comme une alternative - dans le secteur de l’énergie - à des modèles monopolistiques centralisés et gérés hors de tout contrôle citoyen. C’est en ce sens que nous avons fait le choix du statut de société coopérative d’intérêt collectif, porteur d’une autre vision de société et de modèle économique. Dans cette optique, Enercoop porte une attention particulière au choix de ses outils numériques et promeut ainsi le logiciel libre.

    Le nom « Logiciel libre » désigne des logiciels qui respectent la liberté des utilisateurs : liberté d’exécuter, copier, distribuer, étudier, modifier et améliorer ces logiciels. Ce modèle est souvent perçu comme une réponse à des enjeux sociétaux, en tant que solution anti-monopolistiquedémocratique car en faveur de la réappropriation citoyenne du numérique, promouvant la transparence et mettant en œuvre un modèle économique en opposition au « tout-profit ».
    Cette perception peut être néanmoins nuancée, car faire le choix des logiciels libres dans notre quotidien n’est pas anodin ; en effet, tout comme dans le milieu des coopératives, et de surcroît dans le secteur de l’énergie, « statut n’est pas vertu ». Aussi, le statut de « libre » n’est pas à lui seul un rempart contre une série de dérives telles qu’un milieu ultra-concurrentiel, réservé aux experts, qui fait face à une complexité accrue des modes d’organisation ou aux faiblesses de ses modèles économiques.

    C’est pourquoi aujourd’hui Enercoop se questionne sur les conditions dans lesquelles le libre peut être une alternative viable et éthique et vous invite à découvrir plus en détails les enjeux sociétaux qui sous-tendent nos choix numériques.

    Ce débat sera animé par Fanélie Carrey-Conte, Secrétaire Générale d’Enercoop, avec les interventions de :

    Nous vous accueillerons à partir de 14h45 pour la projection du documentaire « La Bataille du Libre » (15h-16h30) suivie du débat (16h30-18h). Les échanges se finiront à 18h.

    La projection et le débat se tiendront au cinéma Les trois Luxembourg.

    [FR Rennes] Atelier-permanence Wikipédia - Le dimanche 22 mars 2020 de 14h00 à 18h00.

    Curieux, confirmé ou débutant, vous êtes les bienvenus à cet atelier Wikimédia. L’occasion de découvrir le fonctionnement de Wikipédia et les autres projets Wikimédia ou bien d’apprendre à participer et partager vos connaissances.

    Des contributeurs expérimentés pourront vous guider pour vos premiers pas dans l’univers de Wikipédia et vous accompagneront pour améliorer, créer un article ou encore ajouter des images. Ce sera également l’occasion de découvrir les autres projets de la galaxie Wikimédia (Wikidata, Wikisource, Wiktionnaire, etc.).

    Rendez-vous aux Champs Libres (espace Muséocube au rez-de-chaussée) le dimanche 22 mars 2020 de 14h à 18h.

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Apicula : lancement de la libération du FPGA Gowin GW1N

    Le lecteur assidu de LinuxFr.org sait déjà sans doute ce qu’est un FPGA. Rappelons‑en cependant brièvement la définition.

    Les FPGA sont des composants constitués de « champs de portes programmables ». L’idée est de graver un certain nombre d’éléments logiques simples sous forme de matrice et de laisser au développeur le loisir de reconfigurer à l’infini les connexions entre ces portes. Une fois les connexions configurées, on se retrouve avec un composant numérique sur mesure qui ne ressemble à aucun composant disponible chez les fournisseurs classiques. C’est très pratique quand on a besoin d’architectures bâtardes, ou quand justement on développe un composant numérique : ça permet de reconfigurer à l’infini pour déverminer et évaluer les performances.

    Pepijn de Vos a effectué un stage pour Symbiotic EDA. Et l’ingénierie inverse du GW1N était son sujet de stage. Il a rendu son rapport avant Noël sur GitHub et a publié le code source du projet Apicula.

    Vous voulez en savoir plus, lisez la suite…

    Sommaire

    Parlons maintenant du grand drame des FPGA : ils sont complètement verrouillés car, pour reconfigurer ces fameuses connexions, il faut leur téléverser un fichier nommé bitstream qu’aucun constructeur de FPGA ne documente. Ce drame conduit les libristes que nous sommes à se taper des installations d’outils propriétaires particulièrement volumineux (surtout dans le cas de Xilinx et Altera) et pas toujours très stables. Tout ça pour générer le fameux bitstream.

    Le format du bitstream n’est pourtant pas chiffré. Depuis plus d’une décennie, on sait qu’il est parfaitement possible d’en faire l’ingénierie inverse. Mais rien n’avait bougé jusqu’en 2015 quand Clifford (qui se prénomme maintenant Claire) Wolf a sorti sa suite open source pour le Lattice iCE40 : IceStorm. Le projet IceStorm avait pour but d’analyser toute la gamme des FPGA iCE40 pour en documenter le format du bitstream. Projet qui a parfaitement abouti et essaimé : toute la gamme des iCE40 est désormais accessible au moyen d’outils open source, ainsi que la gamme des ECP5 avec le Projet Trellis.

    Presque tous les modèles de FPGA ont leur projet d’ingénierie inverse aujourd’hui. Tous ne sont pas terminés, loin s’en faut. Néanmoins, quelques‑uns avancent, comme le projet Apicula de Pepijn de Vos ciblant les FPGA du constructeur chinois Gowin. Dire que le projet Apicula est abouti serait un raccourci un peu rapide, il manque encore en effet un certain nombre de blocs à décoder. Cependant, il est possible aujourd’hui de réaliser un projet très simple (UNE LED QUI CLIGNOTE \o/) grâce au travail effectué.

    Le Gowin GW1N

    Voici l’architecture du GW1N donnée dans la documentation du composant :
    Architecture global du GW1NOui, toi aussi, cher lecteur, tu te demandes bien l’intérêt de ce zoom. ;)

    On voit différents éléments dans ce schéma, de la mémoire vive, des PLL pour générer les horloges, des multiplieurs câblés (DSP), des blocs d’entrées‑sorties (IOB) et surtout — ce que l’on voit le plus — des CFU (Configurable Function Unit).

    Chez Gowin, le CFU est l’élément de base constitué ainsi :
    Schéma d’architecture CFU

    Les deux éléments qui nous intéressent ici sont : la LUT (Look Up Table) et le REG (registre). Ces deux éléments sont la base de la logique synchrone.

    Le registre recopie son entrée sur la sortie au front montant de l’horloge, la sortie restant stable le reste du temps.

    La LUT, comme son nom anglais l’indique, est une table de vérité, qui, dans le cas de ce petit FPGA, comporte quatre entrées binaires et une sortie. La configuration du FPGA viendra remplir cette table de vérité pour réaliser une fonction logique. Le registre se trouvant derrière se charge ensuite de verrouiller le résultat au rythme de l’horloge.

    Si l’on arrive à déchiffrer le bitstream pour pouvoir configurer ces LUT, ces registres ainsi que les blocs d’entrées‑sorties (IOB), alors on a (presque) gagné : on peut réaliser un composant simple mais fonctionnel.

    Et c’est ce qu’a réalisé Pepijn de Vos, on peut donc dire qu’il a amorcé la libération du GW1N de Gowin !

    Le projet n’est cependant pas terminé, il faut encore déchiffrer les autres blocs pour permettre l’utilisation complète du FPGA. Il faut également réussir à documenter les temps de propagation des signaux entre les différents blocs. L’information de ces temps de propagation permet au logiciel de placement routage (nextpnr, pour ne citer que le plus célèbre en libre) de faire son travail correctement.

    Mais alors, cette LED clignotante, elle vient ?

    Minute, papillon ! Dans un premier temps, il va falloir trouver une carte électronique munie d’un FPGA de Gowin. Nous allons ensuite nous servir des données déjà produites par le projet Apicula pour faire la synthèse avec Yosys, puis le placement‐routage avec nextpnr.

    Pour le moment, deux kits de développement ont été utilisés dans le projet Apicula :

    Nous allons tester avec le kit allemand TEC0117, mais le Tang Nano ne change pas grand’chose à la procédure (et il est moins cher).

    On doit installer :

    • Yosys, le logiciel de synthèse Verilog. Pour le détail des dépendances et autres subtilités d’installation, voir le site officiel. Sinon, pour résumer :

      git clone https://github.com/YosysHQ/yosys.git
      cd yosys
      make
      sudo make install
    • nextpnr, le logiciel de placement routage. Il faut le compiler avec le paramètre «generic». Les deux autres paramètres possible à ma connaissance sont ice40 et ecp5 (les deux gammes de FPGA vraiment prises en charge par nextpnr) :

      git clone https://github.com/YosysHQ/nextpnr.git
      cd nextpnr/
      cmake -DARCH=generic .
      make
      sudo make install

      Dans mon cas, j’ai dû forcer l’utilisation de Python 3.7 dans le fichier CMakeLists.txt : find_package(PythonInterp 3.7 REQUIRED); pour pouvoir exécuter les scripts en argument avec Python 3.7.

    • Apicula, dont il faut cloner le dépôt Git :

      git clone https://github.com/pepijndevos/apicula.git
      cd apicula
    • pour l’instant la « base de données » des éléments trouvés par ingénierie inverse n’est pas « commité » dans le projet Apicula, il faut donc avoir une installation de l’EDI officiel de Gowin ; les scripts du projet Apicula iront fouiller dans les données de l’IDE pour générer un fichier intelligible en JSON et pickle (Python), il n’est cependant pas nécessaire d’avoir la licence ;

    • il faut également aller chercher le « pinout » de nos FPGA sur le site officiel de Gowin et le mettre dans son répertoire local nommé ~/Documents/gowinsemi :

    Maintenant que nous avons les outils installés, lançons l’exemple générique du projet Apicula :

    • d’abord, on génère la base de données des éléments du FPGA :

      export GOWINHOME=/chemin/de/linstallation/gowin/IDE/
      export DEVICE="GW1NR-9" # TEC0117
      python dat19_h4x.py # makes $DEVICE.json
      python tiled_fuzzer.py # makes $DEVICE.pickle
    • muni de cette base de données, on peut se lancer dans la synthèse du (pas si) simple porte‑gramme de clignotement de LED donné en Verilog ci‑dessous :

      module top;
          wire clk;
          (* BEL="R29C29_IOBA", keep *)
          GENERIC_IOB #(.INPUT_USED(1), .OUTPUT_USED(0)) clk_ibuf (.O(clk));
          wire [7:0] leds;
          (* BEL="R1C8_IOBA", keep *)
          GENERIC_IOB #(.INPUT_USED(0), .OUTPUT_USED(1)) led7_obuf (.I(leds[7]));
          (* BEL="R1C8_IOBB", keep *)
          GENERIC_IOB #(.INPUT_USED(0), .OUTPUT_USED(1)) led6_obuf (.I(leds[6]));
          (* BEL="R1C10_IOBA", keep *)
          GENERIC_IOB #(.INPUT_USED(0), .OUTPUT_USED(1)) led5_obuf (.I(leds[5]));
          (* BEL="R1C10_IOBB", keep *)
          GENERIC_IOB #(.INPUT_USED(0), .OUTPUT_USED(1)) led4_obuf (.I(leds[4]));
          (* BEL="R1C11_IOBA", keep *)
          GENERIC_IOB #(.INPUT_USED(0), .OUTPUT_USED(1)) led3_obuf (.I(leds[3]));
          (* BEL="R1C11_IOBB", keep *)
          GENERIC_IOB #(.INPUT_USED(0), .OUTPUT_USED(1)) led2_obuf (.I(leds[2]));
          (* BEL="R1C12_IOBA", keep *)
          GENERIC_IOB #(.INPUT_USED(0), .OUTPUT_USED(1)) led1_obuf (.I(leds[1]));
          (* BEL="R1C12_IOBB", keep *)
          GENERIC_IOB #(.INPUT_USED(0), .OUTPUT_USED(1)) led0_obuf (.I(leds[0]));
      reg [25:0] ctr;
      always @(posedge clk)
          ctr <= ctr + 1'b1;
      assign leds = ctr[25:18];
      endmodule

      Un habitué des LED qui clignotent en Verilog reconnaîtra tout de suite le compteur dans les dernières lignes (always, reg…) mais sera peut‑être perturbé par la déclaration des entrées‑sorties. Il faut juste avoir en tête que le projet n’est pas terminé et qu’il faut se taper le placement‐routage des entrées‑sorties « à la main », d’où les directives (* ... *) et les modules GENERIC_IOB().

    • le script pour la synthèse et le placement routage est donné dans l’exemple :

      $ cd generic
      $ bash simple.sh blinky.v # TEC0117
      $ cd ..
      $ python gowin_pack.py generic/pnrblinky.json
      $ python gowin_unpack.py pack.fs
      $ yosys -p "read_verilog -lib +/gowin/cells_sim.v; clean -purge; show" unpack.v
    • on doit se retrouver avec un bitstream nommé pack.fs que l’on peut téléverser dans le FPGA au moyen de l’utilitaire libre openFPGALoader maintenu par Trabucayre (Gwenhael Goavec‑Merou) :

      openFPGALoader -m -b littleBee pack.fs # FOSS programmer
      Parse pack.fs: 
      Done
      erase SRAM Done
      Flash SRAM: [==================================================] 100.000000%
      Done
      SRAM Flash: FAIL
      

      Le FAIL est connu et vient d’une sombre histoire de somme de contrôle que openFPGALoader ne sait pas encore calculer et qu’Apicula ne fournit pas. Un ticket est ouvert sur le sujet dans le projet, Trabucayre sera ravi d’accepter des correctifs.

    Et les huit LED doivent clignoter. Enfin, disons plutôt qu’elles comptent en binaire. Pour voir la vidéo des LED clignotantes, c’est sur YouTube.

    Architectures de développement hétéroclites

    Comme nous avons des outils open source, il est possible de développer sur des ordinateurs à base d’architectures différentes de x86. Voici un petit exemple de téléchargement d’un bitstream sur Tang Nano au moyen d’un Raspberry Pi (architecture ARM). Le bitstream en question permet de piloter un écran à cristaux liquides.

    Chose impossible à faire avec les Vivado, Diamond et autres Quartus.

    LCD sur Tang Nano

    C’est encore très expérimental

    Comme nous venons de le voir, le projet Apicula est encore très expérimental. Cependant, tous les ingrédients sont là et la preuve de fonctionnement est faite. Donc, à condition de mettre un minimum les mains dans le cambouis, on peut désormais générer des bitstreams pour les GW1Nx avec des outils open source.

    Super ! Comment je fais pour contribuer ?

    Autant d’enthousiasme fait plaisir à voir. Pour contribuer, le mieux est d’acquérir l’une des deux cartes citées dans cette dépêche et d’installer le logiciel officiel de Gowin.
    Ensuite, différentes commandes permettant de mettre le pied à l’étrier de l’ingénierie inverse sont données sur le README.md du projet Apicula.

    Sinon, n’hésitez pas à laisser une issue sur le projet GitHub ou d’interpeller Pepijn directement sur le « silo social Twitter ». Pepijn est super content de voir des gens s’intéresser au projet et répond très vite.

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Contribuer aux Journées du logiciel libre à Lyon [install party]

    N. D. M.  : malheureusement, compte tenu des dernières dispositions contre l’épidémie de Covid‑19, les Journées sont annulées.

    Les 4 et 5 avril 2020 se dérouleront les Journées du logiciel libre à Lyon, un événement festif autour du logiciel libre. On vous prépare un programme chargé avec des conférences, des ateliers, un espace DIY, le pôle gones (numérique en famille à partir de sept ans) et le village associatif.

    Lors de l’événement est également organisée une install party pour laquelle nous avons besoin de bénévoles.

    Tout le monde est le bienvenu et peut venir donner un coup de main, l’essentiel est d’être capable d’aider les utilisateurs et/ou de les renseigner sur les logiciels libres. Il n’est pas nécessaire d’être expert pour donner un coup de main, il suffit d’être motivé. Pour ceux qui n’ont pas l’habitude des install parties, on aura une équipe d’habitués qui pourra vous guider ou prendre le relai si besoin. C’est l’opportunité de partager vos connaissances et de rencontrer d’autres utilisateurs de logiciels libres et de distributions GNU/Linux.

    Les plus motivés peuvent nous aider durant les deux jours, mais vous pouvez participer simplement quelques heures pendant le week‑end et profiter du programme des JDLL.

    Ceux qui sont intéressés peuvent s’inscrire par courriel à jdll[@]jdll.org. L’inscription n’est pas obligatoire mais ça permet une meilleure organisation. L’inscription préalable vous donnera également accès à la buvette. Les explications détaillées pour remplir le formulaire d’inscription se trouvent ci‑dessous.

    Merci d’indiquer dans votre message :

    Objet : bénévole Install Party

    • disponibilité(s) : p. ex., samedi de 10 h à 12 h et dimanche de 14 h à 17 h ;
    • cordonnées : courriel et/ou numéro de mobile pour confirmer ou pour les dernières informations concernant l’organisation de l’install party ;
    • compétences : indiquez si vous avez des compétences techniques particulières et l’habitude des install parties.

    N. B. : des postes de bénévoles ne requérant aucune compétence technique particulière sont également à pourvoir, et notre campagne de financement participatif, autre manière de nous soutenir, est ouverte jusqu’au 31 mars.

    La réussite de cet évènement repose en grande partie sur l’entraide, et donc les bénévoles, alors on compte sur vous. N’hésitez pas à partager l’info autour de vous.

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Revue de presse de l’April pour la semaine 10 de l’année 2020

    Par : echarp · Davy Defaud · Ysabeau

    [Cryptonews.com] C’est quoi un fork ?

    ✍ Boris Nedeltchev, le vendredi 6 mars 2020.

    « Dans le domaine de l’ingénierie, un fork (ou “fourche“ en français) se produit lorsque les développeurs d’un logiciel, à partir d’une copie du code source, commencent un développement indépendant sur celui‑ci. Ainsi, une version distincte du logiciel est séparée et créée. »

    [Numerama] Comment DuckDuckGo va contrer plus efficacement les trackers pour protéger votre navigation

    ✍ Julien Lausson, le vendredi 6 mars 2020.

    « DuckDuckGo annonce Tracker Radar, un projet qui vise à améliorer le suivi et la lutte des outils de pistage sur le Web. L’outil, gratuit et open source, doit corriger certaines insuffisances des listes anti‑suivi déjà existantes. »

    [LeMagIT] L’avenir incertain des licences open source

    ✍ Cliff Saran, Adrian Bridgwater, le vendredi 6 mars 2020.

    « Adrian Bridgwater, contributeur de Computer Weekly (propriété de TechTarget également propriétaire du MagIT), a récemment interrogé des experts de l’industrie concernant le futur des licences open source. »

    [ZDNet France] L’open source devient de plus en plus riche, selon SUSE

    ✍ Daphné Leprince‑Ringuet, le mercredi 4 mars 2020.

    « Le logiciel libre est l’avenir, et il est gratuit, en supposant qu’il puisse survivre au capitalisme. Mais le modèle de développement emprunté par SUSE fait polémique. »

    [Ville Intelligente] Planter, arroser, partager, les mots d’ordre du collectif « Incroyables Comestibles »

    ✍ Yannick Sourisseau, le mercredi 4 mars 2020.

    « Investir les terrains inutilisés en ville, de la pelouse abandonnée, au rond‑poind, en passant par les friches urbaines, l’objectif des membres des Incroyables Comestibles est de transformer l’espace urbain en potager géant et totalement gratuit. Et ça marche… »

    [FHH Journal] Un mouvement en « open source » pour redynamiser l’horlogerie

    ✍ Fabrice Eschmann, le mercredi 4 mars 2020.

    « L’association Openmovement travaille au développement d’un mouvement libre de droits. Pour la première fois dans l’horlogerie, les plans du calibre seront accessibles par les acquéreurs. Qui pourront librement le modifier ou l’améliorer. »

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Les journaux LinuxFr.org les mieux notés de février 2020

    LinuxFr.org propose des dépêches et articles, soumis par tout un chacun, puis revus et corrigés par l’équipe de modération avant publication. C’est la partie la plus visible de LinuxFr.org, ce sont les dépêches qui sont le plus lues et suivies, sur le site, via Atom/RSS, ou bien via partage par messagerie instantanée, par courriel, ou encore via médias sociaux.

    Bannière LinuxFr.org

    Ce que l’on sait moins, c’est que LinuxFr.org vous propose également à tous de tenir vos propres articles directement publiables, sans validation a priori de lʼéquipe de modération. Ceux‑ci s’appellent des journaux. Voici un florilège d’une dizaine de ces journaux parmi les mieux notés par les utilisateurs et les utilisatrices… qui notent. Lumière sur ceux du mois de février passé :

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    Libre en Fête — Émission « Libre à vous ! » du 3 mars 2020 — Podcasts et références

    Cinquante‐sixième émission « Libre à vous !  » de l’April. Podcast et programme :

    • sujet principal : Libre en Fête, pour accompagner l’arrivée du printemps, des  événements de découverte du logiciel libre et de la culture libre en général ;
    • interview de Picasoft (association de l’Université de Technologie de Compiègne qui a pour objet de promouvoir et défendre une approche libriste respectueuse de la vie privée et de la liberté d’expression dans le domaine de l’informatique) ;
    • la chronique la « Pituite de Luk » sur le thème de la viralité.

    Photo de Frédéric Couchet, Isabella Vanni, Étienne Gonnu

    Vous écoutez régulièrement ou vous découvrez la radio Cause Commune et notamment l’émission « Libre à vous ! » de l’April ? Vous voulez découvrir les visages derrière les micros, faire plus ample connaissance, échanger, découvrir le studio ?… Venez participer à l’apéro Cause Commune du vendredi 27 mars 2020 à partir de 19 h au 22 rue Bernard Dimey, 75018 Paris. L’apéro est ouvert à toute personne qui souhaite venir.

    Rendez‑vous en direct chaque mardi de 15 h 30 à 17 h sur 93,1 MHz en Île‑de‑France. L’émission est diffusée simultanément sur le site Web de la radio Cause Commune.

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    ❌