🔒
❌
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierOverclocking

Un report des GPU Ampere de moins en moins improbable [MAJ]

Par : La Rédac

Cet article Un report des GPU Ampere de moins en moins improbable [MAJ] est apparu en premier sur Overclocking.com.

On sait maintenant qu’Ampere doit remplacer Turing en reprenant les recettes de ce dernier (RTX etc). La vraie inconnue compte tenu des tensions que le Coronavirus fait peser sur le marché et les consommateurs, c’est la date de sortie des futures cartes.

Il y a encore quelques semaines, on attendait tous une annonce importance sur cette prochaine génération au GTX (lire La Game Developers Conference annulée). Ce dernier annulé, il semble que Nvidia souhaite maintenant différer la sortie d’Ampere pour, au mieux, un lancement en fin d’année.

La RTX actuelle se vend bien… Pourquoi changer ?

C’est dans ce contexte que PCGamesN semble avoir identifié une nouvelle version des RTX 2060 équipée de 8GB de GRRD6 à 14Gbps. Pour le moment, impossible de dire si le GPU est exactement le même que celui d’une 2060 Super actuelle.

Si cette information est appuyée par un document d’enregistrement EEC faisant référence à des cartes Asus, il n’est pas impossible non plus qu’on soit en face d’un fake ou tout bêtement d’une erreur de frappe de la personne qui a rédigé ce document…

8GB RTX 2060

Alors évidemment, le couple Radeon RX 5600 XT et RX 5700 gêne un peu la RTX 2060…mais rien qui soit inconfortable pour Nvidia à cet instant.

Un report de la sortie d’Ampere pas improbable

Initialement, Ampere devait pointer le bout de son nez lors d’une Keynote Nvidia à la GTC.

Très rapidement, les équipes de la marque ont communiqué après l’annulation sur un événement online qui devait se tenir le 24 mars. Nvidia est là encore revenu sur ce programme au travers d’un communiqué (Nous vous en proposons une traduction ici) :

NVIDIA a annoncé aujourd’hui qu’à la lumière de la propagation du coronavirus, elle reporte ses projets de diffusion d’un webcast dans le cadre de la version numérique de sa conférence sur la technologie GPU qui aura lieu plus tard dans le mois.

La société publiera plutôt le mardi 24 mars des annonces de nouvelles qui devaient être partagées dans le cadre de la conférence. Cette conférence sera suivie d’un appel aux investisseurs avec Jensen Huang, fondateur et directeur général de NVIDIA, qui sera accessible aux autres auditeurs.

L’appel commencera à 8h, heure du Pacifique, et sera accessible sur investor.nvidia.com.

NVIDIA avait initialement prévu d’organiser sa 11ème GTC annuelle du 22 au 26 mars au San Jose Convention Center, avec une audience prévue de 10 000 personnes. Face à l’aggravation de la situation des coronavirus, la société a déclaré au début du mois qu’elle transférait une grande partie de la conférence sur sa plate-forme numérique.

La société estime que les incertitudes persistantes en matière de santé publique compromettraient sa capacité à produire et à diffuser un discours d’ouverture numérique.

[MAJ 16/03 à 18h] C’est maintenant acquis et officiel : il faudra attendre encore un petit moment pour les GPU Ampere. Le communiqué Nvidia de ce jour.

« We have exciting products and news to share with you.

But this isn’t the right time. We’re going to hold off on sharing our GTC news for now.

That way, our employees, partners, the media and analysts who follow us, and our customers around the world can focus on staying safe and reducing the spread of the virus.

We will still stream tons of great content from researchers and developers who have prepared great talks.

This is a time to focus on our family, our friends, our community. Our employees are working from home. Many hourly workers will not need to work but they’ll all be fully paid.

Stay safe everyone. We will get through this together. »

 

 

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici Un report des GPU Ampere de moins en moins improbable [MAJ]

Test : NZXT Kraken Z73

Par : NHU9B

Cet article Test : NZXT Kraken Z73 est apparu en premier sur Overclocking.com.

Après avoir vu de quoi était capable la gamme Kraken X de NZXT avec le test du Kraken X53, nous allons lorgner du côté de la série Z. Pour ce test, nous ne faisons pas les choses à moitié puisque nous allons nous concentrer sur le Kraken Z73, le plus haut des deux gammes actuelles. Donc si vous voulez savoir si ce modèle vaut son pensant en cacahuète, vous êtes au bon endroit ! C’est parti !

NZXT Kraken Z73 Boîte

Présentation : 

Avec cette gamme Z, NZXT nous propose des dissipateurs type watercooling tout-en-un hauts de gamme. Au programme, deux tailles sont proposées avec une version en 280 mm (Z63) et la seconde en 360 mm (Z73), celui du test d’aujourd’hui.

Pour le coup, haut de gamme, il l’est puisque cette version fait place à la personnalisation maximale. En effet, la pompe intègre un écran LCD qu’il sera possible de piloter via le logiciel CAM du constructeur. Grâce à ce dernier, on pourra afficher un .gif animé ou des données concernant la température du CPU, fréquence, etc. Mais vous allez le voir, NZXT apporte un soin particulier à l’intégration de ce dernier !

Idem, avec ce modèle on retrouve la gestion de la ventilation directement depuis la pompe. Pour rappel, sur les nouveaux Kraken X, cette option disparaissait. Un point que nous trouvions dommageable.

Sinon, la gestion via le logiciel CAM est toujours à l’ordre du jour. En même temps, un produit NZXT sans CAM c’est comme une Renault sans bruit nouveau, ça n’existe pas ! (Ou comment se mettre à dos tous nos lecteurs fans de Renault).

Et comme tout bon AIO de la marque qui se respecte, on retrouve des ventilateurs estampillés « Aer P ». Selon la marque, ces derniers devraient nous assurer de bonnes performances pour un niveau sonore contenu, dixit le constructeur. Idem, on retrouve une pompe Asetek de septième génération qui devrait aussi assurer un bon niveau de performance.

Enfin, on sent que le constructeur a confiance en son matos puisque la garantie est de 6 ans. Historie de se faire une idée, c’est aussi long que la garantie des produits Noctua qui est, elle aussi de 6 ans. Bref, chapeau bas.

Sommaire :

  1. Présentation
  2. Le Kraken Z73
  3. Installation
  4. L’écran LCD
  5. Protocole
  6. Vitesse et Bruit
  7. Températures
  8. Perf/Bruit
  9. Conclusion

NZXT Kraken Z73

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici Test : NZXT Kraken Z73

Fire Strike : classement des résultats de notre communauté

Par : La Rédac

Cet article Fire Strike : classement des résultats de notre communauté est apparu en premier sur Overclocking.com.

Benchmark Fire Strike

Vous trouverez ci-après le classement des résultats obtenus par la communauté overclocking.com sur Fire Strike. Pour rappel, si vous désirez aussi rejoindre ce classement, vous pouvez télécharger Fire Strike en suivant ce lien. Sachez qu’un classement Time Spy est déjà d’actualité.

Concernant les règles et le process de soumission, tout se passe sur notre forum et uniquement sur le forum dans l’espace dédié à la publication des scores. Merci d’être bien attentif aux informations que vous devez fournir ainsi qu’à la capture nécessitant la présence de certaines fenêtres bien spécifiques (CPU-Z, GPU-Z, …). Une fois votre score introduit sur la page dédiée, un modérateur se chargera de vérifier celui-ci afin de valider ou d’invalider votre résultat. Si celui-ci n’est pas valide, nous vous expliquerons bien entendu la raison afin que vous puissiez nous fournir un résultat conforme à nos règles.

N’hésitez pas à comparer vos résultats avec ceux déjà proposés et notamment avec ceux qui partagent des composants identiques. Une fois que notre protocole sera bien rodé, nous ajouterons d’autres benchmarks et vous proposerons d’autres classements.
L’idée est aussi d’encourager certains de nos membres par la mise en place de concours, de manière ponctuelle, avec à la clé de biens jolies surprises. Quoi ? Vous n’êtes pas encore sur le forum ?

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici Fire Strike : classement des résultats de notre communauté

Les benchmarks de la commu : au tour de Fire Strike

Par : La Rédac

Cet article Les benchmarks de la commu : au tour de Fire Strike est apparu en premier sur Overclocking.com.

Il y a quelques semaines, nous avons ouvert un classement dynamiques des overclocking et scores en découlant de notre communauté sur le benchmark Time Spy . Vous êtes nombreux à avoir soumis vos benchmarks overclocking.

Un classement déjà riche sous Time Spy !

Ce classement a pu permettre à notre communauté d’échanger, d’étalonner du matériel (le classement permet en effet de couvrir un spectre allant de la bonne vieille GTX 770 à la double RTX 2080Ti) mais aussi de se retrouver sur notre forum pour échanger les trucs et astuces pour tirer les meilleures performances de son matériel.

En complément du serveur Discord d’Overclocking.com où les membres peuvent échanger et se dépanner en temps réel, le forum a vocation à devenir une base de connaissance pour l’optimisation de son matériel. Déjà de nombreux sujets sont en ligne et d’autres surprises devraient arriver avec du contenu en rapport avec du matériel très ciblé (oui oui il y aura des annonces bientôt).

Et maintenant Fire Strike

Dans le même esprit nous lançons maintenant un classement de la communauté sous Fire Strike. Les conditions pour soumettre son score et figurer dans le classement sont clairement énoncées ici .

Ce classement étant à vocation purement « fun » et pédagogique, on rejettera tous les cooling extrêmes et autres bidouilles foireuses. Au sein du Discord, le « Bureau des juges » sera en charges de la validations des scores avant leur publication sur le site. Pour faire simple : si vous êtes bon en Photoshop mais nulasse en O/C : passez votre chemin, on devrait vous voir venir de très loin ;-)

Enfin, comme on aime le sport, on ne s’interdit pas de lancer un petit concours avec quelques bonus pour les membres les plus motivés !

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici Les benchmarks de la commu : au tour de Fire Strike

Eisbaer 200 : un AIO en 200 mm chez Alphacool !

Par : NHU9B

Cet article Eisbaer 200 : un AIO en 200 mm chez Alphacool ! est apparu en premier sur Overclocking.com.

La série de watercooling tout-en-un de chez Alphacool, on la connaît et plutôt bien même. Effectivement, par le passé, nous vous proposions les tests des modèles en 240 mm, 360 mm et 420 mm. Aujourd’hui, on apprend que la marque lance un modèle en 200 mm, le Eisbaer 200, une référence pour le moins… Originale.

Eisbaer 200 : un gros radiateur de 200 mm mais pas de ventilateur de fourni ! 

Alphacool Eisbaer 200Comme toujours, cet AIO est la résultante de différents éléments disponibles sur le marché retail assemblés un kit.

Alphacool nous propose ainsi un AIO au visuel bien connu puisque l’on retrouve la pompe caractéristique de la série. La marque retient alors sa DC-LT 2600 fonctionnant à 2600 RPM. À plein régime, au retrouvera un débit de 70 l/h et la colonne d’eau montera à 0.95 m. Cette dernière dispose également de deux filetages en G1/4″ ainsi qu’un fill port pour rajouter un peu de liquide en cas de panne sèche.

Quant au radiateur, nous retrouvons toujours un élément issu de la série NexXxoS intégralement en cuivre, pas de changement de ce côté-là. Néanmoins, ce qui demeure original c’est sa taille de 200 mm que l’on ne croise vraiment pas souvent. En matière de dimension, ce dernier affiche 200 (l) x 250 (L) mm. Au niveau de l’épaisseur, on est sur du 48 mm, les autres radiateurs en 27 mm paraissent bien fins tout à coup.

Pour finir, Alphacool propose toujours ses tuyaux en PVC avec ressorts anti-pincement. Au niveau de la longueur, on est sur du 40 cm, soit quelque chose de classique. La petite originalité concerne le système de raccord rapide afin d’intégrer d’autres éléments de la marque au sein de sa boucle.

Enfin, pour ce qui du positionnement tarifaire, le kit s’affiche à 129.95€ sur la boutique du constructeur. En revanche, il faudra s’assurer que son boîtier soit capable d’accueillir un tel monstre. Idem gardez à l’esprit que ce kit arrive sans ventilateur !


Par ici la fiche technique de Alphacool ! 


 

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici Eisbaer 200 : un AIO en 200 mm chez Alphacool !

Fortis 3 EVO aRGB : nouveau dissipateur lumineux chez SilentiumPC

Par : NHU9B

Cet article Fortis 3 EVO aRGB : nouveau dissipateur lumineux chez SilentiumPC est apparu en premier sur Overclocking.com.

Après être allé en Allemagne chez Alphacool et leur Eisbaer 200, direction la Pologne chez SilentiumPC. La marque d’Europe de l’Est nous propose une nouvelle variante de son Fortis 3 avec du RGB adressable. Bref, voici le Fortis 3 Evo aRGB !

Fortis 3 EVO aRGB : du RGB, une base excentrée et cinq caloducs ! 

SilentiumPC Fortis 3 Evo aRGB

D’un point de vue dimension, ce dissipateur se veut plutôt imposant. En effet, ce modèle affiche 158 (L) x 126 (P) x 158 (H) mm. Malgré sa largeur et sa profondeur imposante, ce modèle devrait rentrer sans trop de difficulté dans de nombreux boîtiers. Sa hauteur étant inférieure aux 160 mm fatidiques.

Sinon, la marque soigne la finition de son produit. Comme on peut le voir, la première ailette du dissipateur est en noir et les caloducs profitent de capuchons. Idem, on remarquera que les heatpipes profitent d’une anodisation, même au niveau de la base.

Autrement, le radiateur profite d’un format courant en simple tour. Néanmoins, sa base est excentrée afin de maximiser la compatibilité avec la RAM. Cependant, nous n’aurons pas une base en cuivre à proprement parler puisque les caloducs sont montés en Direct-Touch. Ils entreront en contact direct avec le CPU.

Pour finir, la marque équipe son modèle d’un ventilateur Pulsar HP ARGB de 140 mm. Alimenté par PWM, ce modèle vise le silence avant tout avec une plage de rotation comprise entre 250 RPM et 1400 RPM. En revanche, sortie de sa plage de rotation, la marque ne précise pas le flux d’air généré ni même la pression statique. Toutefois, on sait que le ventilateur se charge de l’éclairage qui sera de type adressable.

Actuellement, la marque n’a pas encore dévoilé le prix de son dissipateur. Pour ça, il faudra patienter encore un peu.


Par ici la fiche technique de SilentiumPC !


 

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici Fortis 3 EVO aRGB : nouveau dissipateur lumineux chez SilentiumPC

Nvidia : les RTX Super Mobile benchées sur TimeSpy

Cet article Nvidia : les RTX Super Mobile benchées sur TimeSpy est apparu en premier sur Overclocking.com.

Alors que leurs homologues de bureau sont sorties en juillet dernier, les cartes graphiques Nvidia RTX Super Mobile commencent à être « étalonnées » sous différents benchmarks.

nvidia rtx super

RTX Super Mobile, premiers scores

Prévues dans les prochains mois, mais sûrement repoussées (GTC annulé), les RTX Super pour ordinateurs portables commencent à se retrouver benchée sur internet. Dénichés par le twittos rogame, nous avons le droit aux résultats des 2080 et 2070 Super en version mobile et Max-Q sur TimeSpy.

La 2080 Super mobile culmine à 9861 points, qui la place juste en dessous d’une 2070 Super desktop.               

La 2080 super Max-Q se place quant à elle légèrement au dessus d’une 2060 desktop avec 7938 point.

La 2070 Super Mobile atteint les 8337 points, ce qui la place au-dessus de la 2080 Super Max-Q et en dessous d’une 2060 super desktop.                                                              La 2070 super Max-Q monte elle à 7336 point se plaçant en dessous d’une 2060 desktop.

Cette gamme Super, comme la gamme pour desktop, viendra remplacer les RTX non Super, le tout accompagné de la 10e génération de processeur Intel.

Bref, pour certains, ça va être difficile d’y voir clair au moment de choisir son portable, surtout si les anciennes et nouvelles références cohabitent quelques temps dans les stocks des magasins.

Enfin, il restera une interrogation importante sur « l’inflation » que va engendrer l’arrivée de la gamme Super sur les portables. Compte tenu de la situation, il n’a échappé à personne que la tendance actuelle est plutôt à la hausse des prix…

 

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici Nvidia : les RTX Super Mobile benchées sur TimeSpy

Coronavirus : la production de cartes-mères et GPU sévèrement impactée

Par : NotDjey

Cet article Coronavirus : la production de cartes-mères et GPU sévèrement impactée est apparu en premier sur Overclocking.com.

La production des cartes-mères, GPU et autres composants est sous tension

Nous ne reviendrons pas sur la dimension sanitaire et les conséquences du coronavirus : chacun peut désormais s’en rendre compte dans le quotidien des quatre murs de son domicile. Concernant notre industrie, les conséquences du confinement sévères appliquées il y a quelques semaines en Chine se font sentir sur le marché des composants, pas seulement au niveau de la production.

Alors qu’ici en Europe et particulièrement en France, la demande en PC, portables et accessoires a explosé quelques heures après les annonces des restrictions de circulation, les usines elles, ont tout simplement du encaisser une baisse de plus de 50% de leur production. Pour expliquer cette baisse historique, il y a plusieurs choses à prendre en compte.

Des usines quasiment fermées pendant 1 mois en Chine

Depuis le début de la crise, les consignes strictes de confinement ont quasiment obligé les usines chinoises à fermer leurs portes. Certaines, suivant les zones géographiques, ont tenté de maintenir un semblant d’activité mais avec « au mieux », une réduction de personnel de l’ordre de 75%.

On doit aussi combiner à cette situation la chute violente de la demande intérieure chinoise en composants : là aussi un effet de la restriction sévère imposée par les autorités en début d’année.

production cartes-mères confinement

Une industrie dépendante de ses sous-traitants

Si l’industrie de conception de circuits intégrés est fortement intégrée et dispose aussi de process automatisés, on ne peut pas en dire autant de nos fabricants de cartes-mères, de GPU etc etc.

Pour simplifier, cet écosystème est fortement éclaté et se rapproche d’une activité d’assembleur. Dans ces conditions, le moindre grain de sable met en difficulté toute la chaîne de production. Il y a quelques jours, un de mes contacts me faisait part de ses inquiétudes sur le lancement de la prochaine génération de processeurs… Non pas à cause des soucis de production d’Intel mais en raison des retards de production des cartes-mères.

Même histoire sur les cartes graphiques où là encore, une autre anecdote permet de comprendre la situation : une grosse marque est aujourd’hui pénalisée pour sortir des nouveaux modèles non pas par manque de GPU ou de mémoire mais par la rupture de livraison du vernis de tropicalisation…

Les marques ayant des plateformes de production à Taïwan ne sont plus en capacité de produire et sont sous la dépendance d’un ou plusieurs composants en provenance de Chine.

Des lancements logiquement repoussés

Alors qu’aujourd’hui la situation en Chine revient à la normale d’un point de vue de la production, c’est maintenant la chaîne logistique qui est sous pression à ses deux extrémités.

Au départ, il y a maintenant clairement un goulet d’étranglement compte tenu de la remise en route des usines. À l’arrivée, le confinement de l’Europe (mais aussi des autres) engendre une forte contraction des capacités à gérer l’accueil des containers.

On rajoute à cela la fermeture des commerces traditionnels en France et un confinement encore plus restrictif (comme en Espagne). Bref, pour résumer la situation, il est en train de se créer un véritable embouteillage avec un afflux de marchandises au départ et des capacités d’absorptions qui se réduisent, d’un point de vue logistique comme d’un point de vue commercial (temporairement ?).

la fnac vide confinement

Au regard de cette situation, une baisse globale des volumes avait déjà été anticipée par les principaux fabricants pour le premier trimestre. Ce « re-forecast » prenait cependant uniquement en compte les soucis de la chaîne de production.

Dans ces conditions, un lancement d’un nouveau produit devient ultra risqué. Inaudible au niveau du message marketing, le produit serait en plus difficilement disponible. Les lancements de nouvelles consoles, nouveaux GPU etc sont à minima repoussés pour la seconde partie de l’année.

Quid des prix aujourd’hui et demain ?

La situation en ce moment

La hausse des prix constatée ces derniers jours est une conjonction de deux facteurs :

  • Un approvisionnement plus tendu notamment en ce qui concerne les écrans (la province chinoise la plus touchée par le virus concentre une bonne partie des acteurs du secteur), les cartes-mères et les mémoires.
  • Une certaine spéculation sur les stocks actuels en anticipation d’éventuelles ruptures (la baisse du dollars ces derniers jours n’a pas permis d’amortir ce phénomène).

Les prix après la crise ?

Il est difficile de faire des prévisions alors que beaucoup de paramètres peuvent encore bouger. Nous pouvons cependant nous appuyer sur des éléments rationnels :

  • Le niveau des stocks en Europe est bas.
  • Le dollars est orienté à la baisse depuis quelques jours (à surveiller).
  • Le niveau de la demande globale est en forte baisse de manière conjoncturelle ce qui doit logiquement faire baisser les prix.
  • La fin du confinement au niveau européen engendrera un pic brutal de la demande, sans doute dans le prolongement du marché chinois.

Que faire de tous ces éléments ? Nous pouvons tenter une projection en se disant que les prix vont être orientés à la hausse entre maintenant et quelques mois après le retour à la normale. La fin de l’année pourrait être propice à un mouvement important de baisse des prix afin de « sauver les meubles » concernant les volumes de ventes.

Tout cela peut évidemment être bouleversé du jour au lendemain par l’évolution de la crise sanitaire. Voilà pourquoi, de Nvidia à Microsoft, les reports sont nombreux et peut-être même au-delà de l’année 2020.

 

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici Coronavirus : la production de cartes-mères et GPU sévèrement impactée

Era ITX : des boîtiers Fractal Design avec du bois et plein de coloris !

Par : NHU9B

Cet article Era ITX : des boîtiers Fractal Design avec du bois et plein de coloris ! est apparu en premier sur Overclocking.com.

Direction la Suède avec Fractal Design qui annonce l’arrivée d’un nouveau boîtier. Le constructeur dévoile donc son Era ITX une référence compacte qui se décline en plusieurs coloris et matériaux. Certaines versions proposent même du bois avec aux choix du chêne ou mieux encore, du noyer !

Era ITX : pas beaucoup de restriction malgré son format ! 

Fractal Design Era ITX

Avant de voir tout ce qui est disponible, petit mot sur les dimensions. Avec ce modèle, Fractal Design nous propose un boîtier au format ITX mesurant : 166 (L) x 325 (P) x 310 (H) mm. Au niveau du poids, nous sommes sur une base de 3.97 kg.

À l’intérieur, forcément, l’espace est restreint, format mini-ITX oblige vous nous direz. Pour le coup, nous avons un emplacement de carte mère à la verticale. Juste à côté, sur sa droite, nous avons l’emplacement de l’alimentation qui reposera à la verticale. À ce sujet, le constructeur laisse choix du format : soit du SFX, soit de l’ATX.

À noter que le format de l’alimentation impactera aussi le nombre d’unités de stockage. On parle alors de 2x HDD 3.5″/ 1x HDD 3.5″ + 1x SSD 2.5″ avec un bloc SFX contre 1x HDD 3.5″ avec une alimentation ATX. Plus spécifiquement, au niveau du stockage 2.5″ on passera de quatre emplacements 2.5″ à deux emplacements selon la taille du bloc.

Fractal Design Era ITX

D’ailleurs, le stockage reposera à la fois sur une platine latérale amovible et dans une cage HDD. Sachez que la cage HDD sera liée au support d’alimentation SFX qui disparaîtra si l’on opte pour un bloc ATX. Néanmoins, le boîtier se veut très peu contraignant dans ce domaine avec un support des blocs de 200 mm de profondeur ! Idem au niveau des cartes graphiques où cette dernière pourra mesurer de 295 mm à 190 mm. La longueur variera en fonction de la hauteur de l’alimentation encore une fois. La limitation des ventirads CPU variera de 120 mm à 70 mm en fonction de la platine des unités de stockage.

Au niveau de la ventilation, cet Era ITX offre arrive avec un petit moulin de 80 mm SSR3 en extraction à l’arrière. Autrement, nous avons deux emplacements de 120 mm dans le haut (compatibles radiateur de watercooling en 240 mm). Dans le bas, en fonction de votre carte graphique, ce sont deux emplacements de 140 mm qui sont présents.

Notre préféré, le Titanium Grey et son top en noyer !

Le point fort de cette gamme, c’est son grand nombre de variantes proposées. Fractal propose donc des boîtiers en plusieurs coloris, cinq au total. Ce modèle débarque donc en bleu cobalt, argent, gris titane, noir carbone et doré. Idem pour les matériaux avec un top qui sera soit en verre trempé soit en bois. Pour ce qui est du bois, la version argentée arrive avec du chêne blanc alors que le modèle gris titane propose un top en… Noyer !!!

Fractal Design Era ITXConcernant les prix, ces boîtiers ne seront malheureusement pas donnés. La facture variera de ~165€ chez Alternate (qui respecte le prix de la marque) à ~200€ chez LDLC. La disponibilité devrait être imminente.


Par ici la fiche technique de Fractal Design !


 

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici Era ITX : des boîtiers Fractal Design avec du bois et plein de coloris !

Tutoriel sur la réalisation du « Power MOD »

Par : CornerJack

Cet article Tutoriel sur la réalisation du « Power MOD » est apparu en premier sur Overclocking.com.

Attention, sachez que ce tutoriel engendre des risques dont la perte de garantie de votre carte graphique. Il est de bon ton d’en être informé avant de vous lancer ! Ce guide a été réalisé par nos confrères de French Legion et plus particulièrement par l’un de ces membres fondateurs, Niuulh.

Alors, qu’est-ce que le « Power Mod » ? Il s’agit, pour faire simple, d’un moyen d’éviter que votre carte graphique ne throttle. Je vous voir venir, ce n’est pas encore très clair. En gros, lorsque la consommation de votre carte graphique dépasse son TDP, la fréquence du GPU va automatiquement baissé. En diminuant la fréquence, la carte va retrouver une consommation inférieure à son TDP max. Il existe un moyen d’éviter cette baisse de fréquence en réalisant le « Power Mod ».

Nvidia Power Mod Nvidia Power Mod

« Nvidia contrôle la consommation de leurs cartes par le biais de shunt resistor. Le principe est très simple, plus la charge est importante, plus il y aura de vDrop dans cette résistance. La carte détermine l’intensité en fonction de la différence de potentiel entre les bornes du shunt. Si on baisse la résistance entre les bornes, la différence de potentiel sera plus faible et donc la carte calculera une consommation inférieure à la réalité (source French Legion). »

Restez attentif aux tutoriels de nos confrères puisqu’ils préparent un dossier sur le vmod des cartes graphiques, ce qui sera bien utile pour notre HD 5770.

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici Tutoriel sur la réalisation du « Power MOD »

Sony présente enfin les specs de la PS5

Par : geekosa

Cet article Sony présente enfin les specs de la PS5 est apparu en premier sur Overclocking.com.

Sony a tenu une vidéo conférence sans public hier à 17h. Cette présentation est celle qui aurait due être montrée à la GDC (Game Developer Convention) et concerne bien évidemment la PS5. Elle a été très suivie, notamment par les gamers, et beaucoup ont été déçus du contenu, trop peu accessible. Mais il ne faut pas perdre de vue que le contenu de la GDC est forcément un contenu très technique, orienté vers les dev et les techos. Ce n’est pas taillé pour le gamer moyen sur Playstation, qui connait très peu la technique.

1 – Le SSD

Et en substance, qu’ont-ils montré ? Le premier point sur lequel Sony a mis l’accent, c’est que « la puissance ne fait pas tout », qui est la phrase type du constructeur qui sait que sa console est moins puissante que celle d’en face. Ils ont par contre énormément mis l’accent sur le SSD customisé présent dans la PS5. Ce SSD offre un débit de 5.5 Go/s (contre 2.4 Go/s pour la XBox Series X). Et, comme pour la concurrence, une compression peut augmenter le débit de sortie.

Donc premier point gagnant pour Sony : son SSD est plus rapide. Sur les jeux optimisés (et uniquement ceux-ci) les temps de chargement pourront être plus courts. Sony affirme également que la grande vitesse de son SSD permet aux développeurs de ne charger en mémoire que ce dont le jeu a besoin de manière imminente. Ce qui permet de diminuer l’occupation mémoire (encore une fois si le jeu est optimisé pour).

Stockage rapide mais réduit :

Par contre, la contrepartie est que la capacité de stockage est de 825 Go sur la PS5 contre 1 000 Go pour la XBox Series X. Avec des jeux pesant entre 100 et 200 Go chacun, on arrivera vite au bout. Et c’est là que Sony propose un système d’extension mémoire assez différent de ce que propose Microsoft sur sa XBox Series X. Sony propose un slot M.2 NVME sur lequel vous pourrez mettre n’importe quel SSD NVME que vous souhaitez… ou presque. Car Sony va ériger une liste de SSD compatibles. Si votre SSD n’est pas dans cette liste, il ne fonctionnera pas, tout simplement.

Pourquoi ? Car ils souhaitent que les jeux puissent tirer partie dès leur conception d’un stockage ultra rapide. Et que les jeux PS5 soient conçus autour de cette logique (jeux sans chargement quand on avance, donnée mise en RAM si besoin lorsqu’on tourne la tête…). Microsoft a pour rappel fait quelque chose de plus radical : un slot SSD propriétaire, dans lequel les performances ne varieront donc pas d’un SSD à l’autre.

Dans tous les cas, la logique des jeux semblent être la même que Microsoft : vous avez le droit de jouer aux jeux next gen uniquement sur SSD. En effet les stockages externes via USB ne permettront que de transférer les jeux ou alors de jouer aux jeux d’ancienne génération. Mais on parlera de la rétrocompatibilité tout à l’heure.

2 – CPU et GPU

Voilà maintenant le cœur du sujet. Sony et Microsoft ont conçu avec AMD une sorte de SoC customisé pour leur console. Et les approches ont été différentes.

Côté CPU, c’est assez similaire puisque l’on retrouve 8 cœurs Zen2. On n’a pas encore d’info sur la présence de SMT ou non. Le GPU quant à lui n’est pas le même : ils utilisent tous deux l’architecture RDNA2 d’AMD mais le GPU de la SX possède 52 CU (donc 3328 SP) tandis que celui de la PS5 en possède 36 (donc 2304 SP).

Attention cependant, l’architecture RDNA2 du GPU de la PS5 et la Xbox Series X est très différente de GCN/Polaris. La PS5 a le même nombre d’unités de calculs que la PS4 Pro, mais celles-ci sont bien plus efficaces.

Une histoire de Boost :

La différence majeure est au niveau de la fréquence, puisque Sony a choisi une fréquence dynamique de type Boost, qui permet au GPU de monter plus haut si le jeu ne tire pas trop sur le CPU et vice-versa.

Dans la pratique cela permet à Sony de cadencer son CPU à 3.5 GHz en max-Boost sur la PS5 contre 3.6 GHz en permanence sur la Series X. Le GPU de la PS5 ira en pointe à 2.23 GHz contre 1.825 GHz sur la Xbox Series X. Notez que ces fréquences très élevées sont difficilement atteignables par les GPU AMD actuels en RDNA1 (comme la RX 5700 XT).

Ce qui permet à Sony d’obtenir 10.3 TFLOPs en pointe (et moins en moyenne). C’est à comparer aux 12.15 TFLOPs constants sur la Series X. La comparaison fait mal.

Par contre la logique du Boost implique que les développeurs vont subir ce côté dynamique. Ils ne doivent pas trop charger les unités de calcul pour qu’elles restent à une grosse fréquence. Il est probable que la fréquence nominale soit bien inférieure à cette fréquence de 2.23 GHz, que l’on très extrêmement élevée, ce qui amène à des TFLOPs réels plutôt autour de 9.

Sony a défendu son point de vue en disant que plus de CU n’amène pas toujours de meilleures performances. En effet on peut avoir du mal à tous les alimenter en instruction. C’est vrai. Mais ce qu’ils ne disent pas est que dans la cas de Raytracing, ces CU en moins risquent de cruellement manquer.

3 – La RAM

Sony a opté pour 16 Go en G-DDR6 à 14Gbps, comme Microsoft. Alors, match nul, on passe à la suite ? Pas vraiment.

Car côté Sony on a choisi une architecture symétrique de la mémoire (8 puces de 2 Go) sur un bus de 256 bits. Cela lui permet d’atteindre 448 Go/s en bande passante mémoire. Côté Xbox, ils ont eu une approche plus « tordue », avec 10 puces mémoires (6 de 2 Go et 4 de 1 Go). Donc un design asymétrique et tous les soucis que cela comporte. La mémoire est donc en quelques sortes coupées en deux parties : ici 10 Go et 6 Go. Ainsi les 10 premiers Go sont interfacés en 320 Bits (donc bande passante de 560 Go/s) alors que les 6 derniers Go seront interfacés en 192 bits donc 336 Go/s.

4 – Le son

Sony a accès une grande partie de sa conférence sur le son, comment le capturer et comment le modifier pour qu’il retranscrivent mieux la réalité. Ils appellent cela l’audio 3D. À voir ce que cela donnera, mais pour le moment cette technologie ne fonctionnera que sur les casques. Ils comptent ajouter cela sur les systèmes Home Cinéma un peu plus tard. C’est à opposer au Raytracing Audio + Dolby Atmos de chez Microsoft.

5 – la rétro-compatibilité

En effet la PS5 sera rétrocompatible PS4, mais au cas par cas. Pour l’instant Sony travaille sur les 100 jeux les plus joués en nombre d’heures (donc FIFA, Call of Duty, FIFA, Fortnite, Call of Duty…) les autres venant par la suite. Ceux qui espéraient une rétrocompatibilité systématique de l’ensemble du catalogue comme on peut le voir côté Series X en sont pour leurs frais.

Et il semblerait qu’il n’y ait pas de rétro-compatibilité PS3… Alors que Microsoft propose une rétro-compatibilité sur XBox 360, et même quelques titre de XBox.

6 – Et le reste ?

Il n’y a pas vraiment de reste. Sony n’a présenté ni sa manette, ni le design de sa console, et encore moins le prix. Tout juste est mumuré un « fin d’année 2020 » pour la console. Espérons que le calendrier soit tenu.

On peut noter également qu’à aucun moment Sony n’a parlé de FPS, alors que c’est primordial dans l’expérience de jeu. On peut penser qu’ils évitent le sujet car ils restent en 60 FPS quand Microsoft promet des pointes à 120 FPS.

Voici un petit récapitulatif des spécifications :

 

 

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici Sony présente enfin les specs de la PS5

Test : Millenium Touch 2 Mini

Par : Alan Grant

Cet article Test : Millenium Touch 2 Mini est apparu en premier sur Overclocking.com.

Pour la première fois chez Overclocking, nous accueillons en test les produits de la marque Millenium. Pour rappel, il s’agit de produits plutôt dédié à l’e-sport puisqu’il s’agit avant tout à l’origine d’une équipe de joueurs. Aujourd’hui, nous allons donc découvrir un clavier gaming au format TKL (sans pavé numérique) avec le Touch 2 Mini (voir fiche constructeur ici). Mais ce n’est pas tout, ce dernier est proposé à un prix très compétitif et renferme des switches mécaniques. Alors, que vaut-il ? Réponse dans ce test !

Sommaire :

  1. Présentation
  2. Déballage
  3. Logiciel
  4. Test
  5. Conclusion

Présentation :

Caractéristiques techniques :

Avec le Touch 2 Mini, Millenium nous propose donc un clavier au format « TKL », c’est-à-dire que le pavé numérique disparaît ici. De plus, notre sample de test est pourvu de switches rouges (linéaires), des Outemu. Nous n’avons pas encore eu l’occasion de les avoir sous les doigts à la rédac, c’est donc l’occasion de faire connaissance. Si vous souhaitez plus d’informations sur les commutateurs de manière globale, nous vous invitons d’ailleurs à jeter un œil sur notre dossier sur les switches ici. Sinon, cette référence est aussi équipée de LED RGB.

Sur le Touch 2 Mini, on retrouve aussi une base en acier sur laquelle vont reposer toutes les touches du clavier. On a donc une référence lourde et qualitative. Millenium équipe son clavier d’un câble tressé non détachable.

Millenium Touch 2 Mini

Concernant ses dimensions, rien d’officiel, mais d’après nos mesures, nous avons un produit de 13.3 (P) x 35.4 (L) x 4.2 (H) mm.

Système recommandé :

Rien de nouveau en soit en comparaison des autres références précédemment testées (cf : Roccat Vulcan 121 Aimo ou le Apex Pro de Steelseries). Pour utiliser ce clavier, il faudra au minimum avoir un Windows 7. Windows 10 est également supporté.

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici Test : Millenium Touch 2 Mini

GeForce 442.74 WHQL : un pilote nVidia pour DOOOOOOOM !

Par : NHU9B

Cet article GeForce 442.74 WHQL : un pilote nVidia pour DOOOOOOOM ! est apparu en premier sur Overclocking.com.

Aujourd’hui, c’est la sortie de Doom Eternal et pour l’occasion, quoi de mieux que de sortir un petit pilote ? C’est ce que nous propose nVidia avec l’arrivée de son GeForce 442.74 WHQL. Cette nouvelle mouture nous propose donc des optimisations pour le titre ainsi qu’un petit correctif histoire de.

GeForce 442.74 WHQL : un pilote pour casser du démon ! 

Doom Eternal - GeForce 442.74 WHQLAvec cette nouvelle version, nVidia s’occupe du cas de Doom Eternal en proposant des optimisations et des correctifs pour le titre. Le but étant de pouvoir casser du cacodémon à 60 FPS.

Sortie de ça, il n’y aura pas d’autres nouveautés.

Les correctifs : 

Comme nous vous le disions, nVidia propose aussi un petit correctif en speed histoire de. Le correctif en question concerne Red Dead Redemption 2. En effet, lors d’un Alt+Tab le jeu pouvait afficher un écran noir… Plutôt gênant non ? Quoi qu’il en soit, c’est un problème qui est maintenant corrigé, il n’y a plus à s’en faire.

Bref, cette nouvelle version n’est pas la mouture de l’année. En revanche, elle permet de jouer tranquillement au dernier Doom tranquillement. De quoi tuer le temps en confinement à 60 FPS ? On se quitte avec un petit lien de téléchargement OKLM.


Par ici pour télécharger le pilote de nVidia ! 


 

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici GeForce 442.74 WHQL : un pilote nVidia pour DOOOOOOOM !

RADEON Software 20.3.1 : un pilote AMD pour DOOM Eternal !

Par : NHU9B

Cet article RADEON Software 20.3.1 : un pilote AMD pour DOOM Eternal ! est apparu en premier sur Overclocking.com.

Après avoir parlé de nVidia, on s’attaque maintenant à AMD et son RADEON Software 20.3.1. Bien entendu, AMD se penche aussi sur le cas de DOOM Eternal, mais en profite pour ajouter une masse de correctifs… Genre beaucoup.

RADEON Software 20.3.1, les nouveautés : 

RADEON Software 20.3.1

La première nouveauté concerne bien évidemment l’ajout du support pour Doom Eternal. L’entreprise évoque d’ailleurs des gains pouvant atteindre les +5% avec ce pilote sur une RX 5700 XT face à l’ancienne version.

Sinon, le pilote offre un support pour le prochain Half Life : Half Life 3 (perdu ah ah) Alyx. Le changelog mentionne également le support d’une nouvelle version de Vulkan pour Ghost Recon Breakpoint.

On termine avec le support de nouvelles extensions Vulkan :

  • VK_EXT_post_depth_coverage
  • VK_KHR_shader_non_semantic_info
  • VK_EXT_texel_buffer_alignment
  • VK_EXT_pipeline_creation_cache_control.

Les correctifs : 

On passe maintenant avec les correctifs apportés par ce nouveau driver… Et c’est là que les choses sérieuses commencent :

  • Correction des sauts d’image ou d’audio hachuré sur en utilisant le RADEON ReLive.
  • Fini le stuttering en jeu lors de l’utilisation de Instant Replay ou d’autres logiciels de stream ou lors de capture d’image.
  • Les raccourcis clavier s’appliquent correctement sur ReLive en éditeur de scène lorsque la scène a un nom personnalisé.
  • La webcam apparaîtra correctement à l’écran lorsqu’un emplacement personnalisé est appliqué lors d’un enregistrement ReLive.
  • La bonne interface du pilote s’affichera avec un CPU/APU A-Series et E-Series.
  • Le mode Zero RPM se réinitialisera/apparaîtra correctement après avoir désactivé la gestion avancée de la ventilation dans l’onglet « Performance Tunning« .
  • Le RADEON Software ne se fermera plus automatiquement lors du lancement ou de l’arrêt d’un live stream.
  • Le curseur de souris ne disparaîtra plus après activation de l’overlay du RADEON Software dans certains jeux.
  • Finis les écrans blancs lors du lancement de Red Dead Redemption 2 en utilisant Vulkan.
  • Le RADEON Software ne crashera plus ou ne génèrera plus d’erreurs TDR lorsque 8 Go de VRAM d’une RX Vega seront utilisés avec l’option HBCC active.
  • Doom (2016 ?) ne plantera/crashera plus en jeu.
  • Même topo pour Space Engineers lorsque l’option de la densité de l’herbe sera activée.
  • Les plantages système/écrans noirs sont de l’histoire ancienne en quittant SteamVR sur des systèmes multi-écrans.
  • Correction des baisses de performances selon les régions sur Monster Hunter World : Iceborn avec des RX 5700 series.
  • La lecture de vidéo pouvait afficher des corruptions d’image sur des contenus entrelacés avec des APU Ryzen 3000.
  • Passmark ne plantera plus avec des APU Ryzen.
  • La baisse de framerate, suite à l’activation de l’Integer Display Scaling (avec des RX Vega (et plus ancien) et des APU), est de l’histoire ancienne.
  • Enfin, l’option de l’Integer Display Scaling s’affichera pour certains GPU GCN.

Pfiou ! Ce RADEON Software 20.3.1 est clairement un gros morceau et apporte son lot de correctifs. Ne reste plus qu’à le télécharger et pour cela, rendez-vous sur le lien ci-dessous :


Par ici le téléchargement du pilote !


 

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici RADEON Software 20.3.1 : un pilote AMD pour DOOM Eternal !

Test : 16 GB TEAMGROUP T-Force Xtreem 4500 MHz CL18

Par : CornerJack

Cet article Test : 16 GB TEAMGROUP T-Force Xtreem 4500 MHz CL18 est apparu en premier sur Overclocking.com.

Deux articles sinon rien ! En effet, pour répondre à une demande de la marque Teamgroup, nous avons réalisé deux articles sur le kit mémoire T-Force Xtreem 4500 MHz CL18.
Le premier, ici-même, se veut plus « technique » et une version dédié à l’utilisateur lambda est disponible chez nos confrères de Vonguru.fr. Les deux articles sont complémentaires, l’un s’adresse plus aux débutants, avec l’installation et le paramétrage du kit, alors que le second touche plus les utilisateurs confirmés. Les deux articles étant en lien direct, n’hésitez pas à aller jeter un coup d’œil aux deux !

Le kit mémoire T-Force Xtreem 4500MHz CL18 de Teamgroup

Sommaire :

  1. On fait le point sur les kits à notre disposition
  2. Présentation
  3. Comment identifier son kit mémoire ?
  4. Les configurations de tests
  5. L’importance du réglage de votre kit mémoire
  6. Les tests comparatifs sur la configuration INTEL
  7. Les tests comparatifs sur la configuration AMD
  8. Overclocking sur la Crosshair VIII Impact H24
  9. Overclocking manuel 4133CL12 et 4800CL14
  10. Le mot de la fin

On fait le point sur les kits à notre disposition :

Puisqu’il s’agit d’un article où nous allons faire des tests comparatifs, il nous semblait intéressant de refaire un point sur les différents kits en notre possession. Vous pourrez ainsi connaitre en détails les caractéristiques de chacun d’entre eux. Vous pouvez aussi jeter un œil à la section où sont disponibles nos derniers tests de kits mémoires.

Tableau comparatif des kits mémoires DDR4

Comme vous pouvez le constater, c’est le kit disposant actuellement de la plus haute fréquence qui passe entre nos mains !

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici Test : 16 GB TEAMGROUP T-Force Xtreem 4500 MHz CL18

4 jeux PC gratuits pour faire passer le confinement !

Par : Titane

Cet article 4 jeux PC gratuits pour faire passer le confinement ! est apparu en premier sur Overclocking.com.

Voilà de quoi faire passer le temps entre une série et un appel de votre boss. Amis gamers, en cette période difficile en France et un peu partout ailleurs dans le monde, les grands du jeux vidéo ont pensé à vous avec 4 jeux gratuits (c’est un bon prix !).

Vous retrouverez donc sur STEAM deux jeux de la série Tomb Raider : Tomb Raider de 2013

Vous aurez besoin de pas grand chose pour faire tourner ce jeux : un 4 core avec 4 Go de RAM et au minimum une GTX 480 avec DX11. Vous trouverez bien 12 Go qui traînent sur votre SSD, non ?

On retrouvera également le jeu LARA CROFT AND THE TEMPLE OF OSIRIS où vous avez jusqu’au 24 mars 8h pour les obtenir !

Ensuite, pour ceux qui n’y ont toujours pas joué et ceux qui veulent le refaire, EPIC GAMES vous propose Watch_Dogs premier du nom ! À télécharger ICI !

watch dogs

Pour jouer dans de bonnes conditions, un i7-3770 ou un FX-8350, accompagné de 8 Go de RAM et une petite GTX 780. Faites vite, il sera disponible jusqu’au 26 mars 16h. Et en bonus sur Uplay, vous pourrez obtenir Child of light.

Pour celui-ci, il faudra encore attendre un petit peu, car il sera disponible à partir du 24 mars prochain et ce jusqu’au 28 mars à 6h.

Voilà donc les 4 jeux gratuits, pour une durée certes limitée, mais qui vous occuperont un long moment en cette période de confinement. Bon courage à toutes et tous, mettez ce temps à profit !

 

 

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici 4 jeux PC gratuits pour faire passer le confinement !

Intel Rocket Lake : la plateforme se dévoile

Cet article Intel Rocket Lake : la plateforme se dévoile est apparu en premier sur Overclocking.com.

Alors que la 10e génération, d’Intel se fait attendre (on parle de plus de trois trimestres de retard), des infos sur la plateforme de la 11e génération Rocket Lake viennent de fuiter.

Rocket Lake : la fin de grand père skylake ?

Aujourd’hui, venant tout droit de videocardz, la plateforme de la 11e génération d’Intel, qui succédera au Comet Lake en fin d’année, vient d’être leakée.

Rocket Lake

Cette image (si elle se vérifie), nous dévoile tout un tas d’informations sur cette nouvelle plateforme, qui prendra place sur les cartes mères série 500 et utilisera le LGA1200.

  • Commençons donc par la principale nouveauté, Rocket Lake abandonnerait l’architecture Skylake pour être remplacée par Willow Cove, mais tout en gardant la gravure 14nm ! Le 10nm n’ayant pas les performances suffisantes pour le moment ?
  • Le PCI Express 4.0 serait de la partie, nous aurions le droit à 20 lignes PCIE 4.0 fournies uniquement par le CPU, 16 lignes pour le GPU et 4 lignes pour les SSD NVME. En comparaison AMD propose jusqu’à 44 lignes PCIE 4.0 (28 par le processeur, 16 par la carte mère).
  • Rocket Lake bénéficiera d’un nouveau GPU intégré, l’Intel Xe (Gen 12) qui apportera le support de  l’HDMI 2.0B et le DisplayPort 1.4. Cette nouvelle partie graphique doit apporter +50% de performance par rapport à la Gen 11 équipant actuellement les processeur Ice Lake.

D’autres changement sont à prévoir, que nous vous laissons découvrir sur l’image.

Prévu pour fin année, Rocket Lake ne laisserait donc aucune durée de vie à Comet Lake qui a déjà bien du mal à sortir bien que ne proposant « quasiment aucun » vrai changement par rapport à Coffee Lake Refresh. Intel pourrait donc revenir sur le desktop mainstream, avec un 8 cœurs à haute fréquence, proposant un IPC entre 22-25% supérieur à skylake selon les dernières rumeurs (en accord avec le leak de videocardz).

Si ce leak se confirme, cette génération se trouvera en face de Zen 3 qui promet aussi de bonnes avancées, tant en terme de fréquence que d’IPC, tout en gardant l’avantage du nombre de cœur.

Bref cette fin d’année risque d’être mouvementée chez AMD et Intel.

 

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici Intel Rocket Lake : la plateforme se dévoile

Tuto : refroidissement liquide custom, ce dont j’ai besoin

Par : CornerJack

Cet article Tuto : refroidissement liquide custom, ce dont j’ai besoin est apparu en premier sur Overclocking.com.

Logo montage d'un watercoolingBon, comme tout le monde, en cette période de confinement, c’est l’occasion de réaliser des projets que j’avais reporté depuis quelques semaines. Ayant l’opportunité de mettre à jour ma boucle de refroidissement liquide custom, j’ai trouvé intéressant de partager avec vous son montage. Cette nouvelle boucle va notamment me servir pour notre comparatif de waterblocks LGA2066.

L’idée est donc de vous proposer un tutoriel qui se composera de trois parties :

  1. Ce dont vous avez besoin pour concevoir un circuit de refroidissement liquide, c’est-à-dire les différents composants.
  2. Les petits plus, ces accessoires pas nécessaires mais qui peuvent se montrer très utiles dans votre boucle ainsi que lors de vos tests.
  3. Le montage de ma boucle de refroidissement qui me servira pour mes tests mais surtout pour le comparatif des waterblocks LGA2066.

J’en profite pour remercier EKWB pour son soutien sur une grande partie des composants. Allez, c’est parti, passons en revue les composants obligatoires pour monter une boucle de refroidissement liquide custom. N’hésitez pas à nous partager votre expérience dans l’installation de votre boucle de refroidissement custom dans les commentaires ci-dessous ou sur notre forum.

 

Les éléments indispensables :

Débutons avec les éléments indispensables dans la conception d’une boucle de refroidissement liquide dit « custom ». Le choix de ces éléments variera en fonction des composants qui équipent votre configuration. Vous devrez par exemple tenir compte du  socket de votre carte mère pour le waterblock CPU, de votre carte graphique pour un block GPU ainsi que de la taille de votre boitier pour le choix du radiateur ainsi que de la place disponible.

Les.s waterblock.s CPU/GPU

La première question à se poser lorsque l’on désire se mettre au watercooling est : « quels sont les composants que je veux tenir au frais ? » La plupart du temps, il s’agit de votre processeur mais vous pouvez aussi ajouter votre carte graphique. Le choix d’un waterblock se fera dans un premier temps en fonction du socket de votre carte mère. Pour une carte graphique, c’est le modèle et la marque de celle-ci qui seront pris en compte. Cette nouvelle boucle que je mets en place va me servir pour mes tests mais plus particulièrement pour le comparatif de waterblock LGA2066. L’un deux sera d’ailleurs le nouveau EK Quantum Magnitude.

Le waterblock EK Quantum Magnitude LGA2066 Le waterblock EK Quantum Magnitude LGA2066

Le modèle que nous avons réceptionné est une version « nickel + plexi ». Une fois le waterblock identifié comme compatible avec votre socket, sa finition est une histoire de goût. Le maze, c’est-à-dire le circuit interne, a été complètement modifié par rapport aux waterblocks précédents.  La surface de dissipation du waterblock a été augmentée de plus de 50% par rapport à la génération précédente. La base en cuivre dispose de micro-canaux de 0.40 mm de large et d’une épaisseur de 0.26 mm. De telles modifications permettent d’optimiser la dissipation thermique sans entraver le débit.

Le waterblock EK Quantum Magnitude LGA2066 Le waterblock EK Quantum Magnitude LGA2066

Le waterblock bénéficie d’une bande LED insérée au waterblock et composée de pas moins de 30 diodes adressables. En fonction de la finition du waterblock, l’éclairage se fera vers l’intérieur (plexi) ou l’extérieur. Au niveau de la connectique, celle-ci se fera via un connecteur D-RGB 5v 3 broches. Le prix de notre exemplaire est de 223.60 euros.

La pompe et le réservoir

Alors qu’il s’agit de deux éléments différents, il se retrouve de plus en plus souvent combiné en un seul produit. L’idée principal est de faciliter sa mise en place au sein du boitier et ainsi de gagner de la place. Nous avons donc opté aussi pour une pompe associée avec un réservoir. Notre choix s’est porté sur la nouvelle série EK Quantum Kinetic. Notre modèle dispose d’un réservoir de 200 mm de haut et d’un diamètre de 60 mm. Il existe aussi des versions de 300 mm dans le catalogue EK. L’avantage d’avoir un réservoir qui peut s’ouvrir est la facilité pour le remplissage ou l’appoint.

La pompe EK Quantum Kinetic TBE 200 D5 PWM La pompe EK Quantum Kinetic TBE 200 D5 PWM

La pompe, un modèle D5 PWM G2, est une version améliorée de la Xylem D5. Il s’agit d’une pompe que l’on ne présente plus et qui a déjà largement fait ses preuves. La vitesse de cette dernière peut-être contrôlée soit par le bios soit par un connecteur dédié sur votre carte mère. Celui-ci porte souvent le nom de PUMP_FAN.

La pompe EK Quantum Kinetic TBE 200 D5 PWM La pompe EK Quantum Kinetic TBE 200 D5 PWM

Ce modèle dispose aussi d’un rétroéclairage RGB adressable alimenté par un connecteur 5v. Au niveau de la base se trouve une entrée et une sortie et au sommet, nous avons trois entrée disponible. On peut aussi remarquer la présence à l’intérieur du réservoir d’un anti-cyclone dont le rôle est d’éviter la création d’un « cyclone » et de faciliter l’élimination des bulles d’air au sein de votre circuit liquide. Cette EK-Quantum Kinetic TBE 200 D5 PWM D-RGB – Acetal est disponible au prix de 182.93 euros.

Le.s radiateur.s

L’élément primordial pour dissiper la chaleur. Il est important lors du choix d’un radiateur de tenir compte de plusieurs éléments. Vous devez vérifier la compatibilité de sa taille ainsi que de son épaisseur avec votre boitier. N’oubliez pas également de tenir compte de l’épaisseur des ventilateurs ! C’est la raison pour laquelle EKWB propose cinq séries de radiateur.

Le radiateur EK-CoolStream XE 480

Notre choix s’est porté sur un un modèle haut de gamme, le EK CoolStream XE de 480 mm. Il s’agit d’un radiateur ayant comme dimension, 520 x 130 mm, pour une épaisseur de 60 mm. Ce modèle peut accueillir jusqu’à 8 ventilateurs de 120 mm, quatre d’un côté, quatre de l’autre. On peut ainsi imaginer un système push/pull afin d’augmenter les performances.

Le radiateur EK-CoolStream XE 480 Le radiateur EK-CoolStream XE 480

Il est composé d’ailettes et de tubes en cuivre le tout protégé par un carénage en acier et aluminium. Le EK CoolsTream XE 480 pèse 2.1 kg, dispose d’une contenance de 450 ml et est pourvu de 4 entrées/sorties disposant d’un filet G1/4. Il est actuellement affichés au prix de 142.31 euros.

Le radiateur EK-CoolStream XE 480 Le radiateur EK-CoolStream XE 480

Maintenant, en fonction de la taille de votre boitier, il est tout à fait possible d’en utiliser plusieurs, surtout si vous avez d’autres composants que le processeur à refroidir.

Le.s ventilateur.s

Les ventilateurs que nous avons reçu sont des modèles EK-Meltemi 120ER Black spécialement adaptés à notre radiateur CoolStream XE. Ces ventilateurs, basé sur les modèles EK-Vardar, profitent d’une pression statique élevée notamment à grâce à leur épaisseur de 38 mm. Le débit max annoncé est de 62 CFM (106 m³/h) pour une vitesse max de 1800 RPM.

Les ventilateurs EK Melmeti 120ER Les ventilateurs EK Melmeti 120ER

Bien que nous ayons reçu 6 exemplaires, nous n’en utiliserons que 4 lors de nos tests afin de pouvoir contrôler leur vitesse grâce au contrôleur Phanteks. L’alimentation se fait par l’intermédiaire d’un câble gainé de 500 mm se terminant à son extrémité par un connecteur 4 broches PWM.

Les ventilateurs EK Melmeti 120ER Les ventilateurs EK Melmeti 120ER

De plus, ils bénéficient d’une fonction « start/stop » permettant de les laisser au repos si leur utilité ne s’avère pas nécessaire. Le EK-Meltemi 120ER est vendu à 26.33 euros l’unité.

Les tuyaux et embouts

Ce sont les nouveaux embouts EK-Torque STC que nous avons reçu en version noire. Ils sont également disponible en finition nickel ou black nickel. Une de leur particularité est de pouvoir être customisé par l’ajout d’une bague de couleur. Plusieurs couleurs sont disponibles afin de s’accorder à votre carte mère par exemple. Ce type d’embout s’utilise uniquement avec du tuyau souple. Il existe des embouts particuliers pour ceux qui désirent se lancer dans une installation avec des tuyaux rigides. Sachez seulement qu’un montage avec des tuyaux rigides requiert des outils particuliers et s’avère plus compliqué pour un débutant.

Embouts EK Torque STC Embouts EK Torque STC

En ce qui concerne le tuyaux, celui-ci devra être compatible avec la taille de vos embouts. Personnellement, j’affectionne les tuyaux 10/13 qui sont un bon compris. Il s’agit de modèles ayant un diamètre interne de 10 mm et externe de 13 mm. Libre à vous d’opter pour des versions transparentes, opaques voire noires.

Vous êtes presque prêts

Un petit conseil avant de commander votre matériel, dessinez le schéma de votre boucle de refroidissement sur une feuille. Cela va notamment vous permettre de compter les embouts dont vous avez besoin ainsi que les coudes à 45° ou 90°. Un élément à ne pas négliger non plus est le liquide avec lequel vous allez remplir le circuit. Oublier l’eau du robinet. Optez soit pour de l’eau déminéraliser soit pour un mélange tout prêt évitant ainsi l’arrivée d’algues après quelques semaines dans votre boucle de refroidissement !

Rendez-vous d’ici quelques jours pour vous parler de ces accessoires pas vraiment indispensables mais qui finalement se montre rudement utile ! N’hésitez pas à nous partager votre expérience dans l’installation de votre boucle de refroidissement custom.

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici Tuto : refroidissement liquide custom, ce dont j’ai besoin

Nvidia annonce l’arrivée du DLSS 2.0

Par : CornerJack

Cet article Nvidia annonce l’arrivée du DLSS 2.0 est apparu en premier sur Overclocking.com.

Le DLSS, pour Deep Learning Super Sampling, est un procédé qui concrètement se substitue aux anti-aliasing traditionnels et utilise les Tensor Cores pour lisser l’écran. Les Tensor Cores ont pour but de faciliter principalement le deep learning nécessaire à l’intelligence artificielle pour afficher des images de meilleurs qualités. Le DLSS permet un gain en terme de FPS en remplaçant l’antialiasing TAA. Les RT Core sont utilisés par l’API Ray Tracing, une solution pour l’éclairage, les reflets et les ombres réalistes. Turing reste la première architecture à le proposer en temps réel. Aujourd’hui, grâce à l’amélioration du deep learning, qui booste la fréquence d’image, elle passe en version 2.0.

 

Actuellement, seul deux jeux peuvent profiter du DLSS 2.0 : Wolfenstein Youngblood et Deliver US the Moon. Mech Warrior 5 et Control le seront aussi dans les jours à venir.
NVIDIA annonce aussi mettre à disposition sa technologie pour les développeurs sous Unreal Engine 4.

Mais qu’est-ce qui change ?

Voici les améliorations annoncées par NVIDIA face à la version précédente :

  • Une qualité d’image supérieure : le DLSS 2.0 offre une qualité d’image comparable aux résolutions natives tout en restituant seulement entre un quart et la moitié des pixels. Cette technologie utilise également de nouvelles techniques de feedbacks temporels pour offrir des détails d’image plus nets et une stabilité améliorée d’une image à l’autre.
  • Une évolutivité étendue pour tous les GPU et la résolution en RTX : un nouveau réseau d’intelligence artificielle utilise de manière plus efficace les Tensors Cores pour exécuter une tâche deux fois plus rapidement que les versions précédentes. Ainsi, les fréquences et les limitations dues aux paramètres des GPU, et donc les résolutions, sont améliorées.
  • Un seul réseau pour tous les jeux : la technologie DLSS originelle nécessitait de d’entraîner une IA pour chaque nouveau jeu. Le DLSS 2.0 utilise du contenu non-spécifique au jeu, offrant un réseau généralisé qui fonctionne pour tous les jeux. Ainsi, cette technologie peut être intégrée plus facilement au jeu, ce qui signifie plus de jeux supportant le DLSS.
  • Des options personnalisables : le DLSS 2.0 intègre trois modes pour optimiser la qualité de l’image : qualité, équilibre, performance – et contrôler le rendu du jeu en termes de résolution. Le mode « performance » permet de booster jusqu’à 4 fois la résolution (par exemple, de 1080p jusqu’à la 4K). Ainsi, les joueurs ont davantage de choix disponibles pour booster les performances.

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici Nvidia annonce l’arrivée du DLSS 2.0

Un tuto d’overclocking du i7 9700K pour débutant

Par : CornerJack

Cet article Un tuto d’overclocking du i7 9700K pour débutant est apparu en premier sur Overclocking.com.

L’overclockeur Luumi, qui travaille en étroite collaboration avec KingPiN et donc EVGA, vient de mettre en ligne une nouvelle vidéo. Dans celle-ci, il nous explique comment overclocker un processeur Intel i7 9700K. La carte mère est la superbe EVGA Z390 Dark, qui malheureusement, ne s’est vendue qu’à quelques exemplaire en Europe. Si vous êtes un fan de notre site, vous savez qu’il s’agit de la carte mère que j’utilise pour une grande partie des tests sur le chipset Z390 avec le i9 9900K.

 

Le potentiel en overclocking de la Z390 Dark est très bon et associé au 9700K, Luumi vous explique comment atteindre les 5 GHz. Il passe en revue les profils disponibles dans le bios ainsi que son bios spécial H24 pour une fréquence de 5.2 GHz et la mémoire à 4300 MHz en 17-18-18. Seule nécessité, disposer d’un kit mémoire équipé de puces Samsumg B-Die. Si vous ne savez pas comment identifier votre kit mémoire, un petit conseil, allez jeter un coup d’œil à notre dernier article sur le kit mémoire Teamgroup T-Force Xtreem 4500 MHZ CL18.

Même si votre configuration est différente mais que vous disposez d’une carte mère architecturée sur le chipset Z390 et d’un processeur de 9th génération, pas mal de ses conseils vous seront très utiles !

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici Un tuto d’overclocking du i7 9700K pour débutant

Vulcan Z & Dark Z : des modules RAM de 32 Go chez TeamGroup !

Par : NHU9B

Cet article Vulcan Z & Dark Z : des modules RAM de 32 Go chez TeamGroup ! est apparu en premier sur Overclocking.com.

Certains usages peuvent être particulièrement gourmands en RAM. C’est pour satisfaire ces besoins que TeamGroup propose de nouveaux modules RAM affichant de grosses capacités. En effet, les séries T-Force Vulcan Z et Dark Z proposent maintenant des barrettes de 32 Go !

Vulcan Z & Dark Z : des modules de 32 Go, jusqu’à 3000 MHz ! 

TeamGroup T-Force Dark Z

Au programme, la marque propose de nouveaux modules DIMM affichant de grosses capacités. Effectivement, pour les séries citées précédemment, nous aurons le droit à des barrettes de 32 Go à l’instar de certains kits G.Skill par exemple.

Au niveau des fréquences, deux choix sont proposés : 2666 MHz et 3000 MHz. Idem, la marque laisse le choix des capacités des kits : soit une barrette simple de 32 Go, soit un kit de deux barrettes pour une capacité max de 64 Go !

Sinon, ces séries s’affichent avec un dissipateur de hauteur différente. Ainsi, les RAM de la série Dark seront plus imposantes avec un radiateur de 43 mm de hauteur. Les Vulcan Z seront plus compactes avec 32 mm de hauteur. Une information à prendre en considération selon la taille et le type de refroidissement CPU choisi. Idem, deux coloris semblent être proposés : rouge ou gris.

TeamGroup Vulcan ZPour finir, pas d’info sur les prix ni sur la date de lancement. En revanche, on sait que la garantie est à vie.


Par ici et les infos sur ces séries !


 

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici Vulcan Z & Dark Z : des modules RAM de 32 Go chez TeamGroup !

EK-Quantum Reflection Evolv X : EKWB s’attaque aux boîtiers Phanteks !

Par : NHU9B

Cet article EK-Quantum Reflection Evolv X : EKWB s’attaque aux boîtiers Phanteks ! est apparu en premier sur Overclocking.com.

Sur le marché du watercooling custom, les distro plates semblent être la nouvelle mode. Ces derniers temps, nous avons vu pas mal de nouvelles références apparaître sur le marché. De son côté, EKWB s’attaque à certains boîtiers Phanteks avec sa nouvelle EK-Quantum Reflection Evolv X !

EK-Quantum Reflection Evolv X : une distro plate pour les Evolv X et P600S de Phanteks ! 

EK-Quantum Reflection Evolv X

Comme vous le savez sûrement, le rôle d’une distro plate et de faciliter l’intégration d’une boucle watercooling custom. En effet, elle répartit astucieusement les entrées/sorties sur sa surface, tout en jouant le rôle de combo réservoir/pompe.

Ainsi, la solution proposée par EKWB mesure 105 (L) x 71 (P) x 323 (H) mm. Au niveau des matériaux, il y a ce qu’il faut avec de l’acier inoxydable, de l’aluminium et en polymère transparent (PPS-GF40).

La distro plate en elle-même propose alors un certain nombre d’entrées/sorties en G1/4″, on en compte 11. Ces dernières sont disposées de manière à limiter les manipulations au niveau du tubbing. Idem, le modèle en question supportera un waterblock CPU. Pour les GPU, la marque annonce supporter jusqu’à quatre blocs.

Avec ceci, le constructeur fournit la pompe, une D5, alimenté par une prise molex. En matière de débit, EKWB annonce un débit max de 1500 L/h ainsi qu’une colonne d’eau de 3.9 m. Pour finir, on pourra jouer avec le signal PWM de cette dernière avec une amplitude de 20% à 100%.

EK-Quantum Reflection Evolv X D5

Avant de passer au prix, sachez que l’éclairage RGB reste au programme. La plaque totalise alors 19 diodes adressables (prise 3 broches) masquées par une partie en aluminium.

En matière de prix, forcément, ça ne sera pas donné puisque ce modèle s’affiche à 259.99€. Néanmoins, c’est le prix à payer pour s’offrir une plaque compatible avec les boîtiers Evolv X et P600S de Phanteks !


Par ici la fiche technique de EKWB !


 

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici EK-Quantum Reflection Evolv X : EKWB s’attaque aux boîtiers Phanteks !

ASRock : un nouveau vBIOS la VRAM de ses RX 5600 XT customs !

Par : NHU9B

Cet article ASRock : un nouveau vBIOS la VRAM de ses RX 5600 XT customs ! est apparu en premier sur Overclocking.com.

Si vous vous souvenez bien, le lancement de la RX 5600 XT était l’occasion pour AMD de « taquiner » nVidia. En effet, durant sa conférence, les rouges annonçaient des fréquences de fonctionnement relativement basses pour les rehausser (à grand coup de bios) par la suite. L’objectif étant de semer la confusion chez la concurrence. Pari réussi ? Là n’est pas le propos, mais plutôt de parler des RX 5600 XT customs de ASRock. La marque proposant un nouveau bios afin d’augmenter la fréquence de la mémoire de ses cartes.

RX 5600 XT Customs : ASRock fait tourner la RAM de ses cartes à 14 Gbps ! 

Bios ASRock RX 5600 XT Customs

Comme nous vous le disions, ASRock propose un nouveau vBIOS afin d’augmenter la fréquence de fonctionnement de la VRAM de ses cartes. Cette dernière passe ainsi des 12 Gbps d’origine à 14 Gbps, un joli gain en fréquence. D’ailleurs, ceci ne sert pas qu’à faire joli sur le papier puisque la bande passante progresse également. On passe alors de 288 Go/s (à 12 Gbps) à 336 Go/s après la mise à jour. Un petit gain toujours intéressant pour ses scores en bench ou ses FPS en jeu.

Pour le coup, cette mise à jour concerne un certain nombre de cartes du constructeur. Les références suivantes sont donc concernées :

  • Phantom Gaming D2 6G OC (version bios : L12)
  • Phantom Gaming D3 6G OC (version bios : L12)
  • Challenger D 6G OC (version bios : L08)

Pour cela, il suffit de se rendre sur le site de la marque et de procéder au téléchargement de la version du bios correspondant à sa carte. L’installation de la MAJ ne devrait pas être compliquée puisqu’il s’agit d’extraire l’archive téléchargée et lancer l’utilitaire. En revanche, il faudra s’assurer que le pilote soit bien lancé lors du flasheage. Idem, une fois le nouveau bios en place, il faudra réinstaller son pilote AMD (dixit ASRock).

ASRock RX 5600 XT Phantom Gaming D3

Pour les autres, sachez que nous vous proposons un tuto vous décrivant la procédure sur du matériel Gigabyte.

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici ASRock : un nouveau vBIOS la VRAM de ses RX 5600 XT customs !

Summit ELX : des waterblock pour Threadripper 3000 chez Bitspower !

Par : NHU9B

Cet article Summit ELX : des waterblock pour Threadripper 3000 chez Bitspower ! est apparu en premier sur Overclocking.com.

On poursuit dans le watercooling, mais on passe chez Bitspower. La marque annonce, en effet, un nouveau waterblock à destination des Threadripper 3000 d’AMD : le Summit ELX. Une nouvelle référence offrant trois variantes différentes.

Summit ELX : des versions noires, chromes et acrylique !

Bitspower Summit ELX

Avec ce nouveau modèle, Bitspower nous propose ainsi un waterblock se destinant aux CPU Threadripper d’AMD. L’ensemble offre donc une compatibilité avec le socket sTRX4 mais reste compatible avec l’ancien TR4. Les Threadripper 1000, 2000 et 3000 pourront donc en profiter pleinement.

Comme nous vous le disions, ce modèle débarque en trois variantes. La première propose un top noir en POM acétal alors que la seconde affiche un revêtement chromé. Pour la dernière, nous aurons le droit à de l’acrylique avec des diodes RGB intégrées. À ce sujet, nous sommes face à du RGB adressable, donc prise 3 broches exigée.

Pour le reste des caractéristiques, on mentionnera les dimensions de 115 (L) x 75 (l) x 18 (H) mm. À l’intérieur, les micro-canaux sont conçus pour diriger le liquide au niveau des différents dies des CPU. Idem pour ce qui est des deux entrées/sorties en G1/4″ placées aux extrémités du bloc.

Bitspower Summit ELX

Côté prix, malheureusement, ce dernier est annoncé en nouveau dollar taïwanais (NTD). Après conversion (sans tenir compte des taxes ou autres), cela nous fait 86.37€ pour la version transparente. La version noire sera la moins onéreuse avec ses 81.28€ tandis que le modèle chrome sera le plus cher : ~100€.

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici Summit ELX : des waterblock pour Threadripper 3000 chez Bitspower !

Test – Asus Rampage VI Extreme Encore

Par : CornerJack

Cet article Test – Asus Rampage VI Extreme Encore est apparu en premier sur Overclocking.com.

Même si actuellement, le vent souffle plus du côté d’AMD avec ses Ryzen de troisième génération, Intel a proposé un refresh du 9980XE qui est devenu à cette occasion le i9-10980XE. L’arrivée de ce nouveau processeur a vu débarquer de nouvelles cartes mères, dont l’Asus Rampage VI Extreme Encore, sur laquelle nous allons nous pencher aujourd’hui.

Le PCB de l'Asus Rampage VI Extreme Encore

Sommaire :

  1. On fait le point sur ce i9-10980XE
  2. L’architecture et le tour du propriétaire
  3. Le PCB et les connectiques
  4. Le bios et logiciel
  5. La configuration utilisée pour les tests
  6. L’overclocking
  7. Le comportement des VRM
  8. Conclusion

On fait le point sur ce i9-10980XE

Fraîchement débarqué en fin d’année 2019, le i9-10980XE fait partie des processeurs de la famille Cascade Lake-X et est gravé en 14 nm. Celui-ci est toujours compatible avec le socket LGA-2066 ainsi qu’avec le chipset X299. Il sera donc possible de l’utiliser sur toutes les cartes mères X299 à condition de passer par la case mise à jour de votre bios.

Comme le i9-9980XE, ce nouveau processeur dispose de 18 cores et 36 threads. La bonne nouvelle concernant ce i9-10980XE : c’est son prix face à l’ancien i9-9980XE (2100 euros). Intel avait annoncé un prix divisé par deux et compris entre $979.00 – $1000.00. Malheureusement, celui-ci est de 1192.95 euros et toujours indiqué en rupture au moment de publier notre article.

Sa fréquence de base est de 3.0 GHz sur tous les cœurs, elle peut atteindre 4.6 GHz en mode turbo 2 et jusqu’à 4.8 GHz en mode turbo 3. Face au 9980XE, la fréquence turbo 2 gagne 200 MHz et celle du turbo 3, 300 MHz. En ce qui concerne la taille de mémoire cache, elle est de 18432 ko pour le L2 et de 24.75 Mo pour le L3.

Ce nouveau processeur gagne aussi 4 voies PCIe supplémentaire afin de passer à 48 ainsi qu’un support de capacité maximale de 256 GB pour la mémoire. Son TDP de 165 watts reste lui inchangé.

Enfin, sachez que Intel aurait dans ses cartons un i9-10990XE avec 22 cœurs afin de venir concurrencer le Threadripper 3970X. Pour finir, nous avons mis à jour notre tableau regroupant les benchmarks que nous affectionnons afin de vous faire une idée des performances du i9-10980XE.

Tableau comparatif :

Tableau comparatif des performances CPU 6 à 12 cores Tableau comparatif des performances CPU 16 à 32 cores

Les résultats ci-dessus sont obtenus sans aucun paramétrage si ce n’est le XMP du kit mémoire. Le processeur est sorti de sa boite, installé dans le socket, un p’tit tour dans le bios pour activer le XMP et c’est parti pour les benchmarks.

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici Test – Asus Rampage VI Extreme Encore

GeForce 445.78 Hotfix : des soucis avec ImageSharpening ? (+focus sur le 445.75 WHQL)

Par : NHU9B

Cet article GeForce 445.78 Hotfix : des soucis avec ImageSharpening ? (+focus sur le 445.75 WHQL) est apparu en premier sur Overclocking.com.

Après avoir accompagné le lancement de Doom Eternal avec son GeForce 442.74 WHQL, nVidia se voit contraint de lancer un Hotfix. Effectivement, les verts font face à des soucis avec ImageSharpening et des jeux en DirectX 11. Afin de corriger ce problème, le caméléon publie son GeForce 445.78 Hotfix.

GeForce 445.78 Hotfix, les correctifs : 

GeForce 445.78 Hotfix

Comme tout bon pilote Hotfix qui se respecte, cette version ne comporte pas de nouveautés. En effet, le pilote ne se destine qu’à la correction de bugs particulièrement gênants. Ainsi, cette mouture corrige les problèmes de lancement de certains jeux DirectX 11 lorsque l’Image Sharpening est activée depuis le panneau de contrôle.

Sinon, le pilote se basant sur le pilote 445.75 WHQL (que nous ne vous avions pas présenté) et reprend donc les mêmes nouveautés/changements apportés par ce dernier. On retrouve alors :

Nouveautés du 445.75 WHQL : 

Le pilote 445.75 WHQL proposera le support de nouveaux titres comme :

  • Game Ready pour Half-Life : Alyx
  • Game Ready pour le DLSS 2.0 dans Control & MechWarrior 5
  • Idem pour Resident Evil 3 et Ghost Recon : Breakpoint

On retrouvera aussi des ajouts/modifications de profils multi-GPU pour les cartes Turing et les autres :

  • Turing :
    • Ace Combat 7 : Skies Unknown
    • Blacksad : Under the Skin
    • Blair Witch
    • Close to the Sun
    • Hell Let Loose
    • Journey to the Savage Planet
    • Monster Energy Supercross 3
    • MotoGP 19
    • MXGP 2019 – The Official Motocross Videogame
    • eFootball PES 2020
    • World War 3
  • Pour tous les GPU nVidia :
    • Druidstone : The Secret of the Menhir Forest
    • Phoenix Point
    • Tamarin
    • Will to Live Online
    • Yakuza Kiwami 2

Les correctifs du GeForce 445.75 WHQL : 

  • Les paramètres peuvent maintenant être modifiés depuis le panneau nVidia lorsqu’un affichage est cloné avec l’iGPU du processeur.
  • Il n’y aura plus d’augmentation du flickering en jeu sur Red Dead Redemption 2 en SLI avec la V-Sync et la G-Sync activées.
  • Fini les corruptions de couleurs vertes apparaissant sur Strange Brigade en DirectX 12 lorsque le format de couleur est réglé sur : YCbCr 420 ou 12bpc.
  • GeForce Experience supporte GeForce freestyle pour Resident Evil 3 Remake.
  • Correction des corruptions sur Doom Eternal lors de l’ouverture de l’overlay Steam en SLI.
  • Terminées les erreurs pouvant apparaître sur Doom Eternal lors de la capture en Super Resolution avec Ansel.
  • Il n’y aura plus de baisse de FPS sur Doom Eternal (toujours) en utilisant le compteur de FPS de Steam.
  • On termine avec Doom Eternal par la correction de flickering observé lorsque le HDR est activé depuis le jeu alors qu’il est désactivé depuis l’OS.
  • Il n’y aura plus de flash blanc à apparaître dans Call of Duty : Modern Warfare en approchant d’un mur.
  • Freestyle fonctionne maintenant sur Call of Duty – Warzone.
  • La courbe de trajectoire pouvait afficher une ligne noire sur certains circuits de Forza Motorsport 7.
  • Les onglets Ansel et Frestyle sont maintenant sélectionnables sur Zombie Army : Dead War 4.
  • Terminé le flickering sur Rainbow Six Siege en Vulkan (avec la G-Sync) lors du basculement du mode plein écran au mode fenêtré.

Maintenant, pour télécharger le pilote GeForce 445.78 Hotfix, cela reste le sujet principal de cet article, rendez-vous sur le lien ci-dessous :


Par ici pour télécharger le correctif de nVidia !


 

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici GeForce 445.78 Hotfix : des soucis avec ImageSharpening ? (+focus sur le 445.75 WHQL)

B1 : un boîtier mini-ITX type NUC chez In Win !

Par : NHU9B

Cet article B1 : un boîtier mini-ITX type NUC chez In Win ! est apparu en premier sur Overclocking.com.

Nouveau boîtier chez In Win qui nous présente un B1. Avec ce modèle, nous sommes bien loin des modèles Signatures ultras imposants et original de la marque. En effet, ce modèle est beaucoup plus sage puisqu’il mise sur un format mini-ITX et arbore un format typé NUC.

B1 : un boîtier mini-ITX typé NUC allant à l’essentiel ! 

In Win B1

Ce B1 est un boîtier on ne peut plus compact. Ce dernier mesure en effet 302 (L) x 238 (P) x 108 (H) mm à l’horizontale. À la verticale, le boîtier affiche 305 mm de hauteur grâce au pied fourni. Côté poids, nous sommes aussi face à quelque chose de très léger avec moins de 2 kg sur la balance. Pour ce qui est des matériaux, la marque opte pour de l’ABS ainsi qu’un panneau en verre trempé.

À l’intérieur, avec un tel format, on sera forcément restreint. Déjà, la carte mère devra être au format mini-ITX. Ensuite, nous n’avons pas d’emplacement pour une carte graphique dédiée. L’affichage ne se fera que via l’iGP du CPU, évitez donc les CPU Ryzen. Enfin, le refroidissement autorise un ventirad CPU de 60 mm de hauteur, parfait pour un NH-L9i ou NH-L9a pas exemple.

In Win B1

Au niveau du sockage, on retrouve deux emplacements 2.5″ au dos de la carte mère. Pour l’alimentation, pas de soucis à se faire puisque l’on retrouve un bloc estampillé In Win de 200W… Ce qui est largement suffisant pour alimenter une carte mère, un CPU et deux SSD. Pour finir, on retrouvera un petit ventilateur de 80 mm dans le haut.

Pour le moment, nous ne connaissons pas le prix de ce boîtier. Enfin, si vous vous posez la question de l’utilité d’un tel produit, sachez qu’il se destinera aisément aux machines de bureautique. Si vous cherchez quelque chose de peu encombrant et d’élégant, c’est une référence à prendre en considération.


Par ici la fiche technique de In Win !


 

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici B1 : un boîtier mini-ITX type NUC chez In Win !

La 10ème génération Intel, attendue pour le 30 avril

Cet article La 10ème génération Intel, attendue pour le 30 avril est apparu en premier sur Overclocking.com.

Après des mois d’attente, Intel annoncerait finalement sa 10éme génération pour desktop le 30 avril, nous informe Videocardz, relayant l’info du site espagnol, El Chapuzas Informatico.

Intel Comet Lake-S, plus qu’un mois d’attente

Intel Core i9 10900Après les versions mobiles basse consommation lancées en 2019, les versions mobiles hautes performances prévues dans les prochaines semaines, ce serait au tour des versions desktop de la 10ème génération de processeur Intel d’être présenté le 30 avril, pour une sortie envisagé en mai.

Pour rappel, cette génération n’est qu’un énième refresh de l’architecture Skylake, avec un 14 nm poussé au bout de ses capacités et proposant une gamme identique à l’ancienne avec un boost de fréquence auquel vient s’ajouter un nouveau 10 cœurs montant jusqu’à 5.3 GHz. Le tout prendra place sur un nouveau socket nommé LGA1200 qui équipera les prochaines cartes mères série 400. On parle du chipset Z490.

Gamme des processeurs de 10e génération Intel Comet Lake S

Tous les prix de cette nouvelle génération sont disponibles dans un de nos précédents articles. Comme nous vous l’avions laissé sous entendre, reste à voir si la disponibilité, tant des processeurs que des cartes mères, ne sera pas remise en cause par l’impact du Covid 19. Enfin, le report du Computex au mois de septembre vient lui aussi certainement bouleverser un peu les projets d’Intel. Bref, attendons de voir pointer le mois d’avril pour découvrir et tester cette 10ème génération de processeurs Intel.

 

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici La 10ème génération Intel, attendue pour le 30 avril

Test : Western Digital Black SN750 1 To

Par : _0CooL_

Cet article Test : Western Digital Black SN750 1 To est apparu en premier sur Overclocking.com.

Test du Western Digital BLACK SN750 1To

On se retrouve une nouvelle fois autour de la table de bench pour tester ensemble un SSD plutôt haut de gamme, le BLACK SN750 de chez Western Digital. La marque ne nous a pas envoyé n’importe quelle version, mais celle refroidie par un block made in ekwb (EK waterblock). J’ai déjà hâte de vous montrer la suite.

Ce sera le premier vrai SSD NVME que nous testerons depuis la reprise récente de cette section SSD/HDD. Exit donc maintenant les SSD au format 3.5″ (du moins pour le moment), et bienvenue au M.2, un support orienté vers l’avenir sans conteste.

test-ssd-wd-black-sn750-ek-1to

Nous testerons donc le Western Digital BLACK SN750 1To dans sa finition ekwb.

Sommaire:

  1. Présentation et descriptif technique
  2. Protocole
  3. Jeux vidéo
  4. Applicatif
  5. Débits séquentiels et aléatoires
  6. Débits selon la taille du fichier
  7. Temps d’accès
  8. Conclusion

On revient donc aux fondamentaux avec ce test de SSD NVME au format M.2. Certes, cette référence date déjà de quelques temps, mais c’était un excellent moyen de remettre les pieds dans le domaine, en commençant par un SSD haut de gamme. Car oui, le WD_Black SN750 Heatsink peut être catalogué de matériel haut de gamme.

test-ssd-wd-black-sn750-ek-1to

Attardons nous en premier lieu sur sa fiche technique, notamment les infos que l’on retrouve sur le site du constructeur.

  • Série : WD_Black SN750
  • Capacité ds stockage : 1To
  • Form Factor : M.2 2280
  • Protocole de connexion : PCIe 3.0 x4 / NVME
  • Débit théorique : 3470 MB/s en lecture séq. et 3000 MB/s en écriture seq.
  • Consommation max. : 2.8 A
  • Dimensions (L x l x H) : 80mm x 24.2mm x 8.1mm
  • Poids : 33.2 grammes
  • Garantie 5 ans

On passe sur la table d’opération

C’est jolie un SSD dans son emballage d’origine, mais ça ne laisse entrevoir que peut d’informations sur les composants qui sont utilisés. Ouvrir l’ensemble, c’est déjà avoir une première approche de la mécanique, des pièces utilisées, du soin pris pour l’étude du matériel final.

test-ssd-wd-black-sn750-ek-1to

Le Black SN750 est donc un SSD au format M.2 2280, ce qu’il veut dire qu’il mesure 80 mm de long. Son enveloppe est composée d’un bloc en aluminium usiné dans la masse, avec des formes permettant d’avoir une plus grande surface d’échange avec l’air ambiant.
Le dos est composé d’une plaque métallique, en contact avec le PCB via un pad thermique, ce qui aura aussi comme but de dissiper efficacement les calories produites par les composants actifs. Le petit log « EK » fait toujours son effet !

Bon point donc, un soin particulier pour de bonnes performances énergétiques. Mais arrêtons nous sur ce qui compose ce SSD, avec les puces importantes, comme la mémoire de masse, la mémoire de cache et le contrôleur mémoire.

test-ssd-wd-black-sn750-ek-1to

La première puce dont nous allons parler, c’est le contrôleur mémoire. Il est référencé 20-82-00700-A1 de marque SanDisk. Nous n’avons pas beaucoup d’informations. La seule chose que nous pouvons remarqué, c’est que nous sommes avec ce sample sur l’ancienne version du contrôleur, qui a été déjà remplacé par le 20-80-007011.

test-ssd-wd-black-sn750-ek-1to

Nous continuons avec la mémoire de masse, le stockage. Le WD_Black SN750 1To est équipé de deux puces de mémoire SanDisk de type TLC 3D. Chaque référence propose 512 Go de mémoire. Pareil, impossible également de trouver une datasheet au moment ou j’écris ces lignes.

test-ssd-wd-black-sn750-ek-1to

Enfin, la troisième référence concerne le cache. C’est SKhynix qui s’en charge via la puce référencée H5AN8G6NAFR dont la datasheet est disponible ici. C’est une puce de 8Go (512Mb x 16) de  DDR4 cadencé à 2400 MHz, avec des timings CL-tRCD-tRP en 17-17-17. Un excellent  choix comparé au SSD utilisé dans le X8 de Crucial qui utilisait une puce de DDR3 cadencé à 1600 MHz.

Nous rajoutons donc ces éléments à notre tableau comparatif des SSD :

test-ssd-wd-black-sn750-ek-1to

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici Test : Western Digital Black SN750 1 To

PX4480 : Kingmax annonce un SSD PCIe 4.0 x4 de 2 To max !

Par : NHU9B

Cet article PX4480 : Kingmax annonce un SSD PCIe 4.0 x4 de 2 To max ! est apparu en premier sur Overclocking.com.

Nouvelle référence de SSD chez Kingmax qui annonce sa série PX4480. Une nouvelle gamme qui offre une interface en PCIe 4.0 x4, le tout, dans un format M.2. De plus, l’ensemble affiche de grosses capacités avec du 2 To au maximum. Bref, ça s’annonce pas trop mal de but en blanc.

PX4480 : du PCIe 4.0 en 2 To maximum, tout ce qu’il faut en somme ! 

Kingmax PX4480Au programme, le constructeur nous propose donc un SSD au format M.2 2280 embarquant une interface PCIe 4.0 x4. Afin d’en profiter pleinement, pas le choix, il faudra se tourner vers des plateformes AMD en X570 ou TRX40 elles aussi dotées de cette interface.

En interne, pas de précisions quant à la mémoire retenue, idem pour le contrôleur. Néanmoins, on sait qu’il embarque un système de SLC Caching et un cache DRAM. Les fonctionnalités S.M.A.R.T et TRIM sont également supportées, tout comme les fonctions ECC pour les corrections d’erreurs.

En matière de capacités, il y a de quoi faire avec des unités débutant à 500 Go de stockage. Pour les plus gros besoins, la marque propose des modèles de 1 To et 2 To, ce qui fait fait pas mal.

On terminera rapidement par les performances les débits montent jusqu’à 5000 Mo/s en lecture séquentielle et 4400 Mo/s en écriture séquentielle. Idem pour les performances aléatoires avec du 600k IOPS / 500K IOPS en lecture/écriture.

Actuellement, nous ne connaissons pas les prix de ces modèles et il en est de même pour la date de lancement. En revanche, la fiche technique est consultable sur le site de la marque.


Par ici la fiche technique de Kingmax ! 


 

Retrouvez le contenu intégral de cet article ici PX4480 : Kingmax annonce un SSD PCIe 4.0 x4 de 2 To max !

❌